Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Girard-Perregaux : quand sa Laureato se pare de céramique noire


Très belle réussite. En effet, pour la toute première fois de son histoire, la fameuse Laureato de chez Girard-Perregaux se pare de céramique. Cette nouveauté embarque ainsi un boitier en céramique noire mate avec cadran noir « clou de Paris », le tout complété par un calibre « maison » automatique. Un garde-temps élégant, chic et sportif à la fois.


Depuis une grosse dizaine d’années, la céramique a révolutionné le monde de l’horlogerie haut de gamme. On la retrouve désormais pratiquement dans toutes les marques. Si certaines, comme Rolex se contente de fabriquer leurs lunettes de montres dans cette matière high-tech, d’autres ont pris la décision d’en faire des boitiers et des bracelets. De Rado à IWC en passant par Audemars Piguet, la liste est longue.
 
Aujourd’hui, c’est au tour de Girard-Perregaux d’entrer dans le cercle de marques commercialisant des montres en céramique high-tech. Un matériau inrayable (mais qui peut casser), anallergique, léger, ultrarésistant et qui s’adapte à la température de la peau.
 
Montre architecturale, la Laureato intègre donc cette nouvelle matière vendue parfois aussi chère que l’or ; cette version coutant tout de même la « bagatelle » de 17.100 euros. Dans sa nouvelle livrée noire, la Laureato 42 mm Ceramic arbore un bracelet intégré à la boite et qui prolonge cette dernière de manière naturelle. 

Il se caractérise par ses larges maillons satinés, en forme de H et par ses entre-maillons bombés et polis, entièrement taillés dans la céramique noire. Le jeu entre surfaces polies et satinées crée le relief et anime la montre même lorsqu'elle est de couleur noir profond. Au porter, ce bracelet possède une souplesse exceptionnelle. Il rend cette Laureato très confortable sur tous les types de poignets. Du beau boulot.
 
La Laureato est équipée dans cette version du calibre manufacture GP01800-0025. Ce mouvement mécanique à  remontage automatique peut être observé à travers le fond du boîtier en saphir fumé, vibre à 28’800 alternances par heure et affiche une réserve de marche de 54 heures.
 
Pour la petite histoire, rappelons que le nom de la montre fut suggéré par le distributeur italien de Girard-Perregaux : il s’inspire du film culte de Mike Nichols, « Le Lauréat » (1967), interprété par Dustin Hoffman, Anne Bancroft et Katharine Ross. Ce nom de baptême était osé, en effet, à l’époque, le film fit scandale, puisqu’il mettait en scène une histoire d’amour entre un jeune étudiant et une femme mature… Une cougar dirait-on de nos jours.  

​Spécificités techniques

Boîtier de 42 en céramique noire
Epaisseur : 10,90 mm
Verre saphir traité antireflet
Fond saphir fumé
 
Cadran : noir avec motif « Clou de Paris »
Aiguilles de type bâton, garnies de matière luminescente
 
Etanchéité : 100 mètres (10 ATM, 10 bar)
 
Mouvement GP01800-0025, mécanique à remontage automatique
Diamètre : 30.00 mm (13’’’) 
Epaisseur : 3,97 mm
Fréquence : 28 800 Alt./h. (4 Hz)
Nombre de composants : 191
Rubis : 28
 
Réserve de marche : 54 heures
 
Bracelet céramique noire, finitions polies et satinées, boucle déployante à triple lame en céramique
 
Référence 181010-32-631-32A

Montres-de-luxe.com | Publié le 23 Octobre 2017 | Lu 1539 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos