Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Interview de Jean-Marc Pontroué : le point sur Roger Dubuis avant de rejoindre Panerai


Six ans, c’est le délai qu’il aura suffi à Jean Marc Pontroué pour redonner une santé à la marque Roger Dubuis. En 2011, on pouvait estimer les ventes annuelles à environ 2.000 pièces. Aujourd’hui, à la veille de son départ, ce chiffre a pratiquement doublé. La production de Roger Dubuis est d’ailleurs similaire à celle de Lamborghini. Avec une augmentation régulière de production de 300 à 400 pièces par an. Encore une fois, c’est dans la position du PDG de secours qu’il va arriver chez Panerai dès le 1er avril. Avant cette prise de fonction, il a pris le temps de répondre à quelques questions.



Joel Chassaing-Cuvillier : lors d’une de nos précédentes rencontres, vous m’aviez affirmé qu’un accord avec une marque automobile ne vous semblait pas judicieux. Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?
Jean-Marc Pontroué : effectivement à cette époque, le moment ne semblait pas opportun, mais il y a deux ans j’ai rencontré deux pilotes italiens de l’écurie FFF et qui m’ont parlé de la Squadra Corsa. J’ai ensuite rencontré le propriétaire chinois de cette écurie qui m’a convaincu à m’intéresser à un tel partenariat.
 
JCC : vous êtes venu à Lamborghini par l’intermédiaire de Pirelli ou est-ce l’inverse ?
JMP : c’est en priorité le projet avec Lamborghini qui a été le déclencheur. Le croisement entre Lamborghini et Pirelli s’est véritablement créé lors d’un voyage à Milan. Invité par Pirelli à visiter le centre de recherche Pirelli, je suis tombé sur un stock de pneus de F1 revenant de Monaco et destinés à être détruit.
 
C’est à ce moment que j’ai eu l’idée de faire des bracelets montres avec ces « rebuts ». Bien entendu, afin de pouvoir être porté sur la peau, le caoutchouc est transformé et l’on y intègre des molécules anti-allergéniques. Ce projet qui semble anodin a néanmoins été le fruit d’un processus qui a demandé un an de développement.

JCC : pourquoi cette présence au festival de l’automobile ?
JMP : une rencontre avec Rémi Depoix m’a convaincu de participer à cet événement et cela m’a semblé légitime.
 
JCC : quel va être le futur de Roger Dubuis ?
JMP il se construira dans le partenariat avec Lamborghini et également avec notre participation dans la série de course du SuperTroféo. Roger Dubuis sera également présent lors du prochain salon de l’auto de Genève sur le stand Lamborghini où nous présenterons un modèle spécifique comme l’an passé.
 
Nous poursuivons ainsi notre politique marketing où nous préférons mettre en avant un seul modèle par événement important. Cela évite le risque de dilution qui existe avec la présentation d’une collection complète. C’est ce choix que nous avions déjà mis en avant lors des SIHH.
 
JCC : la présence dans le Troféo ?
JMP : elle se traduit par un accompagnement au cours de cinq courses en Amérique du Nord, cinq en Europe, trois au Moyen Orient et cinq en Asie.
 
Propos recueillis par Joel Chassaing-Cuvillier


Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Février 2018 | Lu 1449 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos