Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


La Perrelet Double Rotor vue par Jacques Ecrement de chez Forges


Alors que Perrelet vient de rééditer la montre à double rotor dans un boitier très élégant -avec également une version squelette très intéressante- Jacques Ecrement, responsable de la boutique Forges à Paris, revient sur cette nouveauté.


La Perrelet Double Rotor vue par Jacques Ecrement de chez Forges
En 2009, l’horloger Perrelet invente la première montre Turbine à double rotor, popularisée notamment par le chef Philippe Etchebest connu pour son émission « Cauchemar en cuisine ». Il la porte alors de manière ostensible lors des tournages, ce qui fait connaître le modèle et la marque par la même occasion !
 
Le côté hypnotisant de la turbine tournant à grande vitesse -comme en lévitation au-dessus du cadran- a tout de suite attiré l’œil des amateurs et des collectionneurs. Rappelons que dans cette version, la turbine qui se trouve côté cadran est uniquement esthétique et ne participe absolument pas au remontage du mouvement. Quant au boitier très arrondi, il permet de porter des diamètres importants sans aucune gêne : du 44 et même du 50 millimètres !
 
Aujourd'hui Perrelet réédite sa montre à double rotor dans un boitier très élégant avec également une version squelette. Au fil du temps, le modèle a gagné en élégance ; la mise en valeur du rotor côté cadran est parfaite. Quand vous retournez la montre, vous pouvez admirer le rotor classique de remontage surplombant le mouvement. Dans cette version, les deux rotors sont synchronisés et fonctionnels, ils remontent très efficacement le calibre !  
 
On remarque que la rotation du rotor « de cadran » s’avère plus lente que sur la turbine, le rotor étant « freiné » par le remontage du mouvement, mais cela permet de profiter pleinement et visuellement du remontage de sa montre ! Son diamètre de 42.5 mm se place bien sur le poignet. L'ensemble n'est pas très épais au poignet (ce que l’on pouvait craindre avec les deux rotors) puisque ce calibre est construit sur la base d'un mouvement automatique extra-plat manufacture. A noter la présence d’un gros rubis (l’un des plus gros utilisé en horlogerie) côté rotor de cadran, ce qui lui permet d’effectuer ses rotations tout en renforçant l’aspect technique de cette pièce.  
 
Pour la petite histoire, Louis-Abraham Perrelet se forme chez Breguet à Paris et se perfectionne dans l'échappement de chronométrie. Contemporain de Breguet et Berthoud, il fait partie de ces grands horlogers du 18ème siècle qui révolutionnèrent cette industrie. En 1777, Louis-Abraham Perrelet, invente la première montre à remontage automatique dans une montre de poche. Cette invention ne se propagea cependant pas par la suite dans la montre de poche. Breguet en donna une version à butée en montre de poche vers 1780 et non pas circulaire comme Perrelet. Le mécanisme de Perrelet tourne à 360 degrés comme le système actuel.

Forges
4 Avenue de Wagram  
75008 Paris
 
Tél : 01 42 27 88 13
Lundi de 11h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h

Montres-de-luxe.com | Publié le 12 Octobre 2016 | Lu 1223 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances