Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



MB&F Horological Machine N°7 Aquapod : médusante montre méduse


Mais quelle bête a donc piqué Maximillian Busser pour qu’il imagine une telle montre ? La réponse est évidente ! Il suffit de regarder cette HM N°7 Aquapod pour comprendre immédiatement qu’il s’agit d’une méduse. En effet, il semblerait que le fondateur de MB&F ait eu l’idée de cette montre totalement médusante… après que l’un de ces animaux unicellulaires ait piqué le pied de sa femme !



Tous les ans, on se demande ce que MB&F va bien pouvoir imaginer pour nous étonner… Et tous les ans, il y parvient… Et cela fait plus de quinze que ça dure ! Ainsi, après avoir repoussé les limites de l’horlogerie en se propulsant dans l’espace (HM2, HM3, HM6), dans le ciel (HM4) ou sur les routes et les circuits (HM5, HMX, HM8), en ce début d’année 2017, Max et ses copains se jettent à l’eau avec cette Horological Machine N° 7, alias HM7 Aquapod.
 
Que les choses soient claires dès le départ : non, il ne s’agit pas d’une montre de plongée ! Même si effectivement, sa forme et la présence de cette lunette unidirectionnelle pourraient laisser penser le contraire.
 
Comme le souligne la marque dans son communiqué, « l’Aquapod a pris vie sous la forme d’une méduse horlogère, grâce à un moteur biomorphique dûment architecturé ». Alors qu’une méduse s’alimente avec la nourriture saisie par ses tentacules, la HM7 tire son énergie d’un rotor de remontage automatique à tentacules. Ces dernières ont été façonnées dans un bloc de titane massif et forment une structure tridimensionnelle qui rend l’usinage et les finitions extrêmement difficiles. En dessous des tentacules, une masse en platine assure le remontage.  

Alors que les méduses ont un anneau nerveux radialement symétrique en guise de cerveau, l’Aquapod possède des anneaux radialement symétriques pour afficher les heures et les minutes. Enfin, alors que les méduses ont une « cloche » en guise de tête, l’Aquapod arbore un imposant tourbillon volant qui régule l’énergie fournie par le rotor et la convertit pour afficher le temps qui passe.
 
Bien que l’Horological Machine N° 7 ne soit pas une « plongeuse » à proprement parler, elle se porte sans problème dans l’eau ; étanche à 50 mètres, on peut se baigner avec. MB&F a donc intégré l’élément que toute montre marine digne de ce nom se doit de posséder : une lunette tournante unidirectionnelle (qui ici ne sert pas à indiquer des temps de plongée mais qui permet de chronométrer des temps inférieurs à 60 minutes).
 
Cette lunette en céramique flotte hors du boîtier et un duo de couronnes a été placé dans l’intervalle qui les sépare : celle de gauche sert au remontage du mouvement (si nécessaire), celle de droite à la mise à l’heure. Ces deux couronnes, qui renforcent la symétrie de cette montre, sont volumineuses et ergonomiques pour faciliter la manipulation, même avec les doigts mouillés ! Pour créer cette lunette en céramique incurvée, les chiffres et index ont été gravés au laser avant d’être remplis de titane métallisé. On a ensuite poli l’ensemble de la lunette à l’extrême. 
 
Ce mouvement de 303 composants offre une réserve de marche de 72 heures. Il a été entièrement développé à l’interne par MB&F. Tous les mécanismes -de bas en haut, le rotor de remontage, le barillet, l’affichage des heures-minutes et le tourbillon volant- sont montés autour de l’axe central. L’énergie va du rotor au tourbillon volant, tout en haut du mouvement, en passant à travers les rouages comme si elle montait un escalier, avec une transition d’une marche à l’autre.  

Le choix d’un tourbillon volant s’est imposé car le pont supérieur d’un tourbillon usuel aurait nécessité l’emploi d’anneaux d’affichage plus petits et moins lisibles. On pourra apprécier pleinement la rotation du tourbillon volant à tout moment, de jour grâce à sa position tout en haut du mouvement, de nuit grâce à l’illumination de trois panneaux -recouverts de matière luminescente AGT Ultra- placés autour du mouvement.  
 
L’affichage des heures et des minutes est assuré par deux anneaux sphériques en aluminium et titane. Ils sont supportés par des roulements à billes en céramique surdimensionnés, expressément développés. Les chiffres et index lisibles de nuit ont été peints de Superluminova à la main ; peints à la main car il est impossible de réaliser une impression parfaite sur des composants incurvés de manière aussi complexe. Les courbes du verre saphir extrêmement bombé se reflètent dans la forme des anneaux de l’affichage. Ils ne sont pas simplement plats et inclinés mais sphériquement incurvés.
 
Enfin, comme beaucoup de méduses, la HM7 brille dans la nuit. Elle s’illumine non seulement comme on s’y attend, sur les chiffres des heures et des minutes, mais également autour du mouvement… L’éclairage se porte sur le tourbillon volant et, de surcroît, sur les tentacules du rotor de remontage que l’on peut voir également fonctionner de nuit.
 
Pour son lancement, la HM7 Aquapod est limitée à 33 exemplaires en titane grade 5 avec lunette bleue et 66 exemplaires en or rose avec lunette noire. A priori, les détaillants se plaignent... Il n'y a pas assez de montres compte-tenu de la demande...

​Spécificités techniques

Boîtier construction sphérique : éditions de lancement en titane grade 5 ou en or rose 18ct 5N+
Dimensions : 53.8 mm x 21.3 mm
Nombre de composants : 95
 
Etanchéité : 50m
 
Verres saphir supérieur et inférieur traités avec un revêtement antireflets sur les deux faces.
 
Mouvement à architecture verticale tridimensionnelle et remontage automatique, conçu et développé à l’interne par MB&F.
Tourbillon volant central 60 secondes
Fréquence du balancier : 2.5 Hz / 18’000 a/h
Remontage automatique par un rotor tridimensionnel en titane et platine
Nombre de composants : 303
Nombre de rubis : 35
 
Réserve de marche : 72 heures
 
Fonctions / indications
Heures et minutes affichées sur deux anneaux sphériques en aluminium / titane supportés par des roulements à billes centraux en céramique
Lunette tournante unidirectionnelle : bleue pour la version titane et noire pour la version rose
Chiffres, indexes et segments le long du rotor de remontage automatique en Super-LumiNova
Trois panneaux — en matière luminescente AGT Ultra (Ambient Glow Technology) — placés autour du tourbillon volant
Deux couronnes : remontage du mouvement à gauche, mise à l’heure à droite
 
Bracelet caoutchouc moulé de qualité aéronautique Fluorocarbone FKM 70 Shore A élastomère avec boucle déployante dans le matériau correspondant au boitier.


Montres-de-luxe.com | Publié le 10 Février 2017 | Lu 2324 fois



Alpina | Anonimo | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | F.P. Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | HYT | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | SevenFriday | Speake-Marin | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques