Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Ma première Foire de Bâle : par Jean-Jacques Weber, fondateur du groupe Templus


Alors que la Foire de Bâle subit actuellement un véritable « tremblement de terre », nous avons demandé à des professionnels de l’horlogerie de revenir sur « leur tout premier Bâle », celui qui est resté gravé dans leur mémoire. Une série de témoignages intergénérationnels qui revient sur ce qui reste, jusqu’à ce jour, le plus grand rendez-vous mondial de l’horlogerie. Aujourd’hui, Jean-Jacques Weber.


Avril 1978 : ma toute première Foire de Bâle. A l’époque, la Foire de Bâle était la « Mustermesse ». J’étais fou de joie à l’idée d’entrer enfin dans le « Saint des Saints », que mon père horloger m’avait si souvent raconté, pour avoir terminé sa carrière chez France Ebauches.
 
En février de la même année, j’étais entré chez Yema, en qualité de responsable des ventes export. Les stands français, très nombreux à l’époque, étaient répartis au premier étage et mes voisins de stand pendant mes cinq années chez Yema s’appelaient Michel Herbelin, mais aussi, hélas pour ceux qui ont disparus : Parent Frères, Groupe René Fourt, Chilex ou encore France Horlogère.
 
Il régnait dans la halle des « Français » une ambiance de franche camaraderie et c’est à cette occasion que j’ai fait la connaissance de gens qui sont resté des amis, particulièrement la famille Herbelin, père et fils.
 
Le matin, en entrant dans la grande Halle 1 (bien avant sa reconstruction), je passais m’éblouir les yeux devant les stands des belles marques suisses... Pour moi, c’était Noel au Printemps !
 
Je dois dire que mon amour pour la belle horlogerie s’est forgé pendant ces premières années et j’ai passé des heures à admirer tous ces superbes stands, au standing beaucoup moins ostentatoire néanmoins que ceux de ces dernières années.
 
Le soir, toute cette belle équipe se retrouvait dans un petit hôtel en France, privatisé pendant la Foire par Yema et nous faisions un débriefing décontracté de la journée avec mon patron, Henry John Belmont autour d’un bon plat alsacien préparé par le chef !

Les conditions de vie étaient relativement simples, mais ces souvenirs sont pour moi heureux et joyeux, pour une foire qui, à cette époque, durait dix jours, souvent à cheval sur deux weekends.
 
Au total, j’ai fait 41 Foires de Bâle, sans discontinuer, avec le même plaisir. Je m’apprêtais à faire ma 42ème cette année, mais j’ai l’impression que cette belle histoire s’est arrêtée, victime des conséquences de l’inconséquence de BaselWorld…

Passé chez Yema, puis à la direction des exportations chez Matra Horlogerie avant de prendre la direction d’Eterna France, il fonde finalement la société Templus qui distribuera les montres Frédérique Constant, Atelier de Monaco, Alpina, MeisterSinger et qu’il dirigera pendant vingt-cinq ans d’une main de maitre. Depuis le 10 mars 2017, Jean-Jacques Weber est le président de la Fédération de l’horlogerie (FH).

Montres-de-luxe.com | Publié le 24 Avril 2020 | Lu 951 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos