Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Omega Railmaster Co-Axial Master Chronometer 40 mm : modèle denim


Omega vient de dévoiler une intéressante version de son modèle Railmaster (boitier acier 40 mm), initialement conçue pour les employés des chemins de fer, dotée d’un beau cadran satiné vertical bleu associé à un bracelet de type Nato en denim. Le tout, doté d’un calibre automatique « maison » antimagnétique et labellisé Master Chronometer.



A l’origine, en 1957, la toute première Omega Railmaster fut conçue pour les employés des chemins de fer et pour les personnes travaillant à proximité de champs électriques (les scientifiques par exemple).
 
Capable de résister à des champs magnétiques de 1 000 gauss, elle offrait une précision à toute épreuve. Aujourd'hui, grâce à son mouvement aux composants antimagnétiques, la Railmaster s’avère quinze fois plus résistante que son « ancêtre » avec une résistance à des champs magnétiques allant jusqu'à 15 000 gauss, soit la puissance d’un gros électro-aimant !
 
Ce modèle est doté d’un boitier satiné de 40 mm en acier, étanche à 150 mètres. La taille idéale pour une sportive-chic. A noter la présence d’une couronne conique. Mais ce qui fait surtout son charme, c’est son cadran satiné vertical bleu « blue-jean » (existe aussi en gris ou noir) et ses index creusés revêtus de Superluminova blanc. La minuterie chemin de fer est sublimée par l’emblématique motif « crosshair » Omega et au centre, l’aiguille des secondes « lollipop » qui rappelle les aiguillages des chemins de fer.

La Railmaster est équipée du calibre Master Chronometer 8806 antimagnétique. Il est dissimulé par un fond bordé d'un motif vagues et frappé d’un médaillon représentant l’hippocampe Omega. Le système Naiad Lock permet quant à lui de maintenir les gravures dans la même position.
 
Ce modèle denim est proposé avec un bracelet en acier (4.600 euros) ou bien avec un bracelet de type Nato en véritable denim bleu. Rappelons qu’à l’origine, le terme de « denim » provient de « serge de Nîmes » qui était une toile française fabriquée à partir de laine et de soie.
 
Plus tard, au début du 19ème siècle, ce tissu a commencé à être réalisé aux Etats-Unis en coton. Aujourd’hui, le Japon est le seul pays au monde à produire des toiles comme au 19ème siècle, pour ce faire ils ont racheté tous les stocks de vieilles machines américaines… Le prix d’un « vrai jean » (raw selvedges) nippon peut atteindre les 2.000 euros. Cher mais increvable.   

Montres-de-luxe.com | Publié le 31 Juillet 2018 | Lu 1700 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos