Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Piaget : quand la montre-bracelet se fit bracelet-montre...


Alors que la maison Piaget présente aujourd’hui même une nouvelle version de sa fameuse Polo reprenant le design, quasi à l’identique du modèle iconique des années 80, revenons plus en détail sur l’histoire de ce modèle si caractéristique d’une époque mais qui, encore aujourd’hui, séduit les amateurs et collectionneurs de garde-temps d’exception.


Créée en 1979 par Yves G. Piaget (sur un design de Jean-Claude Gueit), la montre Piaget Polo et ses 135 grammes d’or environ, est très vite devenue, une star, grâce à son design, son élégance et sa marraine de l'époque, Ursula Andress. Depuis, elle a traversé toutes les modes.
 
« Toute la philosophie de la Piaget Polo tient en une phrase : c’est un bracelet-montre et non une montre-bracelet... » déclarait à l’époque Yves G. Piaget. Et d’ajouter : « vous savez, la Polo c’est un peu mon bébé et je suis toujours un peu ému à l’idée d’en parler ».
 
Ému et fier à la fois. Tout le monde n’a pas eu la chance de donner naissance, il y a plus de quarante ans, à l’une des stars de l’horlogerie contemporaine.

De nombreuses coupures de presse et photos de l’époque peuvent en témoigner. Andy Warhol, le pape du Pop Art et Brooke Shields. Sammy Davis Junior. John Forsythe et Pamela Sue Martin, deux des héros de la série américaine « Dynastie »

Tous ont porté à leur poignet le mythique bracelet en or, tout comme Robert de Niro dans Casino ! Mais également en France, Alain Delon, Guy Marchand ou encore, Véronique Jeannot !
 
« C’est la première de nos montres qui ait été créée en fonction de la demande et non pas « imposée » comme cela se faisait autrefois », se souvient Yves G. Piaget. « En 1979, elle répondait à un désir très fort du marché américain. Nos détaillants souhaitaient une montre luxe et sport ».

Et d’ajouter : « sur le plan technologique, nous venions de sortir le Piaget 7P, un mouvement électronique à quartz, à affichage analogique, avec cadran et aiguilles classiques. Avec ses 3,1 millimètres d’épaisseur, c’était le plus plat du monde et une rareté, fabriquée en série très limitée ».
 
« À la même époque, nos dessinateurs eurent l'idée de créer des cadrans totalement intégrés dans un bracelet en or massif alternant or satiné, pour les maillons plats, et or poli, pour les godrons. Depuis, l’A.D.N de cette montre n’a pas changé, même s’il s’est adapté aux époques ».

Et le fait est qu’une montre Polo de chez Piaget est toujours immédiatement reconnaissable ; qu’il s’agisse de sa version ronde, la plus connue ou de sa version carrée, qui fut d’ailleurs la plus commerciale à l’époque. « Chaque fois que l’on voyait le nom Piaget, on pensait à la Polo et chaque fois que l’on voyait le mot Polo on pensait à Piaget… » ajoute encore Yves Piaget.

« Depuis mon enfance, j’ai toujours été fasciné par les chevaux. Dans notre ferme familiale de la Côte aux Fées », raconte encore Yves Piaget. « Nous n’avions pourtant qu’un cheval de trait, mais c’était déjà mon animal préféré ».
 
Et de préciser : « nous avons commencé à tourner autour de l’univers du polo. Ce nom avait une sonorité prestigieuse car il concernait une élite. Nous étions exactement dans la cible : luxe et sport. En plus, sur le plan technique, le polo nous ressemblait. C’est un sport de précision qui demande de l’anticipation, la maîtrise du temps et de l’élégance, sur le terrain et dans les tribunes. Cet univers très sophistiqué était celui de notre clientèle ».

« L’identité de cette montre est devenue si forte que nous avions des demandes de clients pour des Polos qui ne savaient même pas que c’était une montre Piaget… » remarque encore Yves G. Piaget. « Après de longs débats, la nouvelle montre est baptisée, très discrètement, uniquement pour la publicité, sans que le nom Polo ne figure sur les montres elles-mêmes ».

À Palm Beach en 1980, lors de la coupe du Monde de polo, la montre Polo de Piaget fit son entrée dans la Jet Set. À cette époque, la presse « people » n’existe pas encore et personne n’a jamais eu l’idée d’associer des stars au monde du luxe.
 
S’enchainent alors les soirées chez Régine à New York, les dîners de gala aux Breakers, le plus bel hôtel de Palm Beach. Et surtout, la visite impromptue des écuries en compagnie d’une des plus belles femmes du monde de l’époque : Ursula Andress. Et la plus célèbre des « James Bond Girls » qui accepta d’être la marraine de cette nouvelle montre.

« C’était une amie de longue date et une fille épatante se souvient Yves G. Piaget. Toute la matinée, elle s’est laissé prendre en photos avec les chevaux. C’est elle qui a remis la coupe. Les images ont fait le tour du monde ». Sur chacune d’entre elles, impossible de ne pas remarquer au poignet de la star, cette montre en or. La Piaget Polo entre alors dans la légende.

Cette même année 1980, un nouveau mouvement électronique à quartz, le calibre 8P, fait son apparition chez Piaget et dans la Piaget Polo. D’une épaisseur d’1,95 millimètres, il était particulièrement ingénieux. Et encore plus plat. Certaines Piaget Polo abriteront quant à elles, le célèbre calibre mécanique 9P. 
 
A noter qu’il y eut différentes versions de la Polo de cette époque. Si la grande majorité était à quartz (c'était très chic à l'époque de porter du quartz rappelons-le), il faut savoir qu’il existe sur le marché quelques versions, très rares, en automatique et même une Polo Triple Calendrier et phase de Lune qui aurait été produite à deux exemplaires uniquement.

Bref, la quasi-totalité des Polo (dans les 95%) de l’époque étaient à quartz (7P ou 8P ; pour les distinguer à coup sûr, il suffit de vérifier le premier chiffre de la référence qui correspond à celui du mouvement). Au début des années 1980, on estime que la Piaget Polo représentait près d’un tiers des ventes de montres de la marque.

En plus de quarante, la montre Piaget Polo a toujours su séduire une clientèle d’amateurs et de collectionneurs. On l’a vu récemment au poignet de Sylvester Stallone dans la série Tulsa King. Cette montre fut produite de 1979 à 1990. On estime la production globale de cette montre à 4.000 ou 6.000, également répartie entre rondes et carrées). 

Si la grande majorité (70%) des Polo étaient en or jaune, il en a aussi existé en or jaune et or blanc (20%) et en or blanc (10%). Avec ou sans diamants et, avec parfois, des cadrans en pierres dures. Mais tout comme les Day-Date de chez Rolex, il n’y a pas de Polo en acier !
 
On recense en tout, une quinzaine de références avec des tailles allant de 20 à 34 mm. La version la plus courante et la plus recherchée actuellement étant bien évidemment celle de 34 mm, la référence 7661, la toute première. Quant aux versions mécaniques, ce sont des unicornes extrêmement rares !  
 
Surfant sur ce succès phénoménal et international, Piaget étendit le catalogue Polo à des boutons de manchette, des bagues mais également à des briquets qui tous reprenaient le fameux design des godrons propres à cette montre totalement unique.

L'acteur Roger Moore, grand amateur de Piaget, possédait quant à lui en plus des boutons de manchette Polo, un splendide coupe-cigare !  

Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Février 2024 | Lu 2154 fois