Montres-de-luxe.com

Retour sur le fameux mocassin à mors de chez Gucci


Ringard pour certains, il reste un grand classique pour les autres… Retour sur une déclinaison du mocassin qui depuis sa création en 1953 par Aldo Gucci, a chaussé les plus grandes stars de la planète, tout en étant copié et/ou réinterprété par des nombreuses autres marques. Mais le véritable, le vrai mocassin à mors, reste le Gucci de 1953 !



Le mocassin à mors (ou « horsebit loafers » en anglais) est né en 1953. C’est Aldo Gucci « himself » fils de Guccio Gucci et « accessoirement », l’homme qui lança les collections de chaussures chez Gucci, qui eut l’idée de réinterpréter le mocassin.
 
En effet, la marque florentine venait tout juste de s’ouvrir sur le marché américain et sur place, Aldo Gucci remarqua que tout le monde portait des mocassins…

Il décida alors d’offrir à ce soulier, un petit twist d’originalité en lui ajoutant ce parement en forme de mors de cheval qui vient remplacer la fameuse languette qui permettait aux étudiants américains de l’Ivy League de glisser leur pièce de monnaie qui leur servait à prendre le bus !

A ce titre, rappelons que le mors de cheval est omniprésent chez Gucci : on le retrouve sur certains sacs, sur des ceintures, sur les foulards… Il fait partie des signes identitaires de la marque au même titre que le « H » chez Hermès. 

Ces souliers nés dans les années 50 illustrent parfaitement la douceur de vivre à l’italienne, la fameuse « dolce vita », mais symbolisent aussi tout le chic florentin ! Ils sont également, très probablement, les tous premiers souliers de luxe pour messieurs immédiatement identifiables d’un seul coup d’œil ! Grâce à leurs mors justement.
 
De Rome à Hollywood, ils seront portés pendant une trentaine d’années par toutes les stars, d’Alain Delon à Jodie Foster en passant par Fred Astaire, Clark Gable, Fellini, John F. Kennedy, Gianni Agnelli, Jane Birkin, Francis Ford Coppola, Brad Pitt, Madonna ou encore… Jean-Paul Sartre (?) mais aussi l’écrivain Gérard de Villiers qui ne partait jamais en reportage sans ses mocassins Gucci !

Au cinéma, ce soulier apparait aux pieds de Dustin Hoffman dans Kramer contre Kramer (1979), on le remarque également sur Matt Dillon dans Drugstore Cowboy (1989) et sur Matt Damon dans le Talentueux monsieur Ripley (1999). Liste non exhaustive, bien évidemment.

Ce modèle est monté sur des semelles fines en cuir* (cousu blake) ce qui le rend très souple et confortable, idéal pour le printemps ou l’été. Le talon fait dans les deux centimètres de hauteur et trois clous sont plantés à l’avant pour réduire l’usure de la semelle. Sachez que Gucci les ressemelle (service payant).

Contrairement aux anciens modèles qui étaient doublés de cuir, les 1953 sont désormais doublés d’une toile écrue.

​Sur les mocassins, le mors était doré à l'origine. Il est aussi disponible en acier ou acier noir de nos jours en MTO. Ils peuvent être associés ou pas, à une bande de tissu rouge et vert ou rouge et bleu.

Le 1953 a été relancé en 2013 par Gucci pour les soixante ans de ce modèle et ce, dans de très nombreuses couleurs et matières : différentes peausseries (cuir, nubuck, alligator, autruche, etc.) ou dans des tissus fleuris (Flora) très « Gucci ». Désormais, il n’est plus disponible pour hommes qu’en noir et marron…

Et c’est bien dommage ! Imaginez, même pas de cuir bleu marine ou de nubuck marron en catalogue en prêt-à-porter ! Cet emblème de la maison est pratiquement inexistant en collection. Incompréhensible ; on espère d’ailleurs que la marque italienne le remettra en selle d’ici deux ans, pour son soixante-dixième anniversaire !

D’autre part, il ne faut pas oublier que depuis 1985, ce soulier absolument incontournable fait partie des accessoires emblématiques répertoriés par le Metropolitan Museum de New-York. A ce titre, il est intégré dans les collections permanentes du musée.

Pour les collectionneurs et les inconditionnels de ce mocassin, sachez qu'il existe un petit porte-clef en argent de chez Gucci représentant ce fameux soulier.

D’une manière générale, le mocassin à mors est une chaussure casual-chic qui se porte plutôt à la belle saison. Si vous décidez de l’associer à un costume gris (droit pas croisé), il vous faudra assumer votre look très orienté eighties ! Très « Wall Street », époque Michael Douglas… Pour autant, il est parfait avec un jean, un pantalon en lin, un chino et même en bermuda à condition de le porter sans chaussettes !
 
Au-delà de Gucci, quelques marques proposent également leur interprétation du mocassin à mors. On en trouve ainsi chez l’Espagnol Carmina (qui commercialise un modèle un peu trop « copié » sur le Gucci d’ailleurs comme pour le 180 de Weston !) ou chez l’Américain Bass qui présente une version dans l’entrée de gamme (dans les 150 euros) de très bonne facture.

Retour sur le fameux mocassin à mors de chez Gucci
Le mocassin Cannes de chez Corthay peut également être considéré comme une déclinaison de ce type de soulier. Ferragamo ou le Suisse Bally offrent aussi un modèle à mors réalisé dans le même esprit que le 1953. Et pour ceux qui seraient en recherche d’un modèle plus automnal, sachez qu’Alden dispose d'une version sur semelle cuir plus épaisse.
 
Le mocassin à mors est indubitablement associé à Gucci ; donc, quitte à vous en offrir une paire, autant prendre l’original. Le « vrai ». Le modèle transgénérationnel qui depuis près de soixante-dix ans a chaussé tous les élégants de ce monde. En option entrée de gamme, le Easy Weejuns Lincoln de Bass peut aussi faire l’affaire…  
 
Jean-Philippe Tarot

*existe également en version avec semelles à picots. A éviter car leur durée de vie reste assez limitée. Rappelons que les chaussures à picots servaient à l'origine à la conduite, pas à la marche...


Quelques idées de mocassins à mors

Mocassins à mors Easy Weejuns Lincoln de Bass

Mocassins à mors Carmina

Mocassins à mors Alden

Mocassins à mors Ferragamo 

Mocassins Cannes de Corthay

Mocassins à mors Bally

Mocassins en chèvre noire détail clous Médor – Chaussures AH20 

Montres-de-luxe.com | Publié le 20 Avril 2021 | Lu 2251 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances