Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Rolex et les 24h du Mans


Vingt-quatre heures à pleine vitesse. C’est le défi qu’imposent les 24 Heures du Mans, universellement connues comme l’une des courses automobiles les plus difficiles du monde. Qu’il pleuve ou qu’il vente, de jour comme de nuit, les pilotes n’ont aucun répit ; à chaque tour, ils repoussent leurs propres limites et celles de leur voiture.



Les 24h du Mans sont le nec plus ultra des courses d’endurance. Organisées pour la première fois en 1923, elles sont toujours remportées par l’équipe sachant conjuguer résistance à la fatigue, fiabilité et vitesse du véhicule, détermination sans faille et rage de vaincre. Ce rendez-vous incontournable du calendrier automobile a hissé au rang d’icônes nombre de voitures et de pilotes.
 
Il est difficile de rouler vingt-quatre heures sans encombre et encore bien plus ardu de couvrir les plus de 5.000 kilomètres nécessaires pour avoir une chance de gagner. Mais la récompense est à la hauteur du défi : pour les vainqueurs une Rolex Cosmograph Daytona (version acier) spécialement gravée et une place de choix dans la grande histoire sportive de l’humanité. Créé par Rolex en 1963, La Daytona (la « Dayto » pour les intimes) a gagné ses titres de noblesse sur les circuits automobiles pour sa fiabilité et ses performances.
 
Rolex s’est engagée depuis longtemps aux côtés du sport automobile. Sensible au prestige des 24h du Mans, Rolex en est Montre Officielle depuis 2001 et entretient des liens étroits avec le créateur et organisateur de la course, l’Automobile Club de l’Ouest (ACO). En 90 ans d’histoire, les 24h se sont imposées comme une épreuve de légende, et bien des personnalités et des marques automobiles y ont largement contribué au prix d’efforts acharnés. Leur aura est telle qu’elles attirent chaque fois une multitude de participants et de passionnés de tous horizons. Lors de la dernière édition se sont côtoyés des pilotes de 16 à 65 ans, des talents en herbe et des habitués de la compétition, des vedettes de cinéma et de télévision férues de course automobile et des pros du Championnat du Monde de Formula 1.

Témoignage Rolex : Tom Kristensen

Neuf fois vainqueur au Mans et Témoignage Rolex, Tom Kristensen rappelle que son enthousiasme ne s’est jamais démenti pendant près de vingt ans de compétition au plus haut niveau sur le Circuit de la Sarthe. La première victoire du Danois remonte à 1997, sa dernière date de 2013, année du 90e anniversaire de la première édition de la course. Après avoir remporté une deuxième place âprement disputée en 2014, son 14e podium dans cette course, Tom Kristensen décide de raccrocher et se retire des courses d’endurance.
 
Ses différentes expériences lui ont montré que rien n’était jamais joué. Selon lui, aucun pilote ne pourra jamais « conquérir » les 24 Heures du Mans. Pour parvenir à une réussite personnelle, le pilote doit tout donner, à chaque instant de la course. Mais remporter la compétition implique la maîtrise de nombreux autres facteurs : de la voiture à la stratégie, du physique au mental. Chaque membre de l’équipage doit participer à la course souverainement et collectivement.
 
« Le Mans, dit-il, est le point culminant de chaque saison ; la course qui draine le plus d’énergie. C’est un défi unique, et il faut évoluer à son meilleur niveau si on veut gagner. C’est vraiment dur, mais c’est ce que les pilotes adorent au Mans. » Le jeune retraité Tom Kristensen sera présent à la 83e édition de la course en juin et honorera le circuit qui a fait de lui une légende. Il a été invité par l’ACO à officier comme Grand Marshal, et son rôle symbolique sera de conduire le pace-car en tête de la course durant le tour de chauffe.

Les 24 Heures du Mans sont disputées sur le Circuit de la Sarthe, dit aussi « Circuit des 24 Heures ». Long de 13,629 km, celui-ci est situé dans l’ouest de la France. Combinant route et piste de course, c’est actuellement l’un des circuits les plus rapides au monde ; les prototypes y atteignent des vitesses maximales proches des 340 km/h. Chaque année, les développements techniques et aérodynamiques permettent aux équipes de pointe d’aller plus vite et plus loin. Alors qu’une grande partie de chaque tour est parcourue à fond, on imagine le stress humain et technique ainsi que l’usure extrême des freins et des suspensions au fil des terribles ralentissements qu’imposent virages et chicanes.
 
Pour réussir au Mans, il faut rester attentif vingt-quatre heures, sans jamais faillir, et pour cela, un étroit travail d’équipe est évidemment indispensable. Au volant, la constance est vitale : il faut pouvoir rouler aussi vite dans le dernier tour que dans le premier. Les 24 Heures du Mans forment la triple couronne des épreuves internationales d’endurance avec la Rolex 24 At Daytona, leur équivalent nord-américain dont Rolex est Sponsor Titre depuis 1992, et les 12 Heures de Sebring dont Rolex est également Montre Officielle.
 
Les trois pilotes en charge de se relayer pour que la voiture aille au bout de la course doivent faire preuve d’une précision absolue. Toute erreur de jugement, tout écart de trajectoire, toute faute de freinage, tout retard lors d’un dépassement peuvent avoir des conséquences désastreuses. Quant aux mécaniciens, leur efficacité dans les stands ne doit jamais se démentir, car ils doivent faire en sorte que la voiture roule le plus longtemps possible entre deux relais et qu’elle passe devant le drapeau à damiers. La gestion de l’écurie, la stratégie de course, le contrôle des ressources, tout cela demande beaucoup d’attention durant vingt-quatre heures non-stop. L’objectif : rester devant alors que les conditions de course évoluent sans cesse.
 
Certes, les 24 Heures du Mans sont une course d’endurance. Pourtant, la vitesse en est l’une des clés. Dans les années 1970, on y frôlait les 400 km/h ! Pas étonnant dans ces conditions qu’au cours de l’histoire du Mans, la sécurité des pilotes et des spectateurs ait fait l’objet d’une attention soutenue et que le circuit ainsi que les caractéristiques techniques des voitures aient subi des modifications régulières pour limiter les vitesses atteintes et réduire la puissance des moteurs.
 
La progression des temps au tour témoigne de l’équilibre délicat entre les modifications apportées par les organisateurs et la technologie en constante évolution. Le record du tour en course de 3’19’’074 (vitesse moyenne de 246,463 km/h) établi en 2010 sur la configuration actuelle du circuit rejoint désormais le record du tour absolu de 3’18’’400 (244,387 km/h de moyenne) enregistré en 1971 sur un tracé légèrement plus court et avec une ligne droite des Hunaudières de 5,8 km de long, encore inchangée et parcourue à la vitesse maximale.
 
L’édition 2015 met en lice 56 voitures pilotées par 168 pilotes de 25 nationalités différentes. Ce groupe de pilotes internationaux n’est qu’une facette de la mondialisation de l’événement. Au fil des ans, la compétition entre des marques automobiles européennes, américaines et asiatiques a suscité un fort patriotisme. Les constructeurs se servent de cette course comme d’une vitrine leur permettant de présenter leur capacité d’innover et leurs forces stratégiques. Chaque année, le temps d’un week-end, cet événement draine plus de 250.000 personnes séduites par l’ambiance, le spectacle, le prestige, l’aura, la passion, les multiples rebondissements et anecdotes des 24 Heures du Mans. 

​L’Automobile Club de l’Ouest

Fondé en 1906 et basé au Mans, l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) est l’un des grands acteurs du sport automobile depuis plus d’un siècle. Ses activités principales sont l’organisation de courses et la promotion active de la sécurité routière. L’ACO est également engagée dans l’élaboration des règlements techniques régissant la quantité d’énergie disponible à chaque voiture, une pierre angulaire de sa philosophie de développement durable. L’année de sa fondation, le club créait le tout premier Grand Prix automobile avant de lancer, en 1923, les 24 Heures du Mans. Plus de 90 ans plus tard, cette épreuve est l’une des plus renommées et des plus intéressantes de la planète, en grande partie grâce aux valeurs prônées par l’ACO et partagées avec Rolex : la sportivité, le dévouement, la performance et l’innovation technologique.

​Spirit of Le Mans

En hommage aux 24 Heures du Mans et à tous ceux qui ont contribué à sa légende, l’ACO décerne depuis 2001 le trophée honorifique « Spirit of Le Mans » (Esprit du Mans). Cette récompense, qui prend la forme d’une Rolex Cosmograph Daytona spécialement gravée, est attribuée à celles et ceux qui incarnent le mieux l’esprit et la passion de la compétition. Parmi les anciens lauréats de ce prix figurent les team-managers Hugues de Chaunac et Yoshimasa Hayashi, ainsi que les pilotes Tom Kristensen et Gérard Larrousse.

Une boutique Rolex et une animation horlogère dans le village des 24 Heures du Mans

Rolex ouvrira du mercredi 10 au dimanche 14 juin une boutique en partenariat avec l’enseigne Royal Quartz. Un large éventail de pièces des dernières collections sera proposé et les visiteurs pourront également admirer le travail de précision du maître horloger qui effectuera des gravures à la demande.

Montres-de-luxe.com | Publié le 3 Juin 2015 | Lu 850 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos