Montres-de-luxe.com

L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...


Après de longues années d'absence sur le territoire français, Universal Genève, manufacture née au Locle en Suisse en 1894, revient en force depuis quelques mois dans l'Hexagone... Après avoir présenté en 2007 une nouvelle collection basée sur le Microtor, technologie inventée par la marque locloise en 1955, dès la rentrée 2008, Universal Genève lancera un somptueux modèle de cabriolet qui devrait ravir les amateurs de belles pièces… Mais en attendant, redécouvrons l’histoire de celle que l’on nommait à ses débuts, la maison d’horlogerie Descombes & Perret.


Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...
Au cours de sa riche histoire, Universal Genève a développé une quantité considérable de calibres et de mouvements pour équiper ses collections, innovant chaque fois plus.

En quelques années ont été créés des modèles aujourd’hui encore très recherchés par les collectionneurs: l’Uni-Compax, le Compax, le Medico-Compax, l’Aero-Compax, et le Tri-Compax dit également « le glorieux » ou encore la fameuse Polerouter

Surnommé également le « couturier de la montre », Universal Genève a imaginé des collections dames à la fois subtiles et raffinées avec pour originalité : la possibilité de personnaliser chaque modèle.

Très prisés dans les salons parisiens littéraires et artistiques d’après-guerre, les gardes temps Universal Genève se sont imposés comme une référence horlogère.

Aussi, après avoir révolutionné le chronographe en introduisant un second bouton-poussoir et un compteur des heures chronographe, les concepteurs d’Universal présentent, en 1955, un système breveté de remontage automatique à masse oscillante sur 360°, intégrée au mouvement et améliorant sa précision, le Microtor, dont l’aboutissement sera le mouvement automatique le plus plat du monde (2,5 mm), le calibre UG 66, qui équipera la ligne Golden Shadow lancée en 1966.

Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...

Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...
La marque apparaît officiellement pour la première fois dans l’histoire horlogère le 18 janvier 1894, année de naissance au Locle (Suisse), de la maison d'horlogerie Descombes & Perret, dirigée à l’époque par Numa Emile Descombes (1863-1897) et Ulysse Georges Perret (1868-1933).

Deux brevets internationaux n°91051 et 91463 sont déposés en 1925 pour l’Auto-Rem, première montre-bracelet à remontage automatique d’Universal (mécanisme avec butoirs). Puis rapidement, en 1927/1928, la marque présente un cabriolet (montre réversible) et des garde-temps dotés de réserves de marche de huit jours.

1934 voit la création du chronographe-bracelet Compur à deux poussoirs (marque déposée sous le brevet n°83340) ; le premier mouvement utilisé est muni de deux roues à colonne.

En 1935, la marque lance le chronographe-bracelet Compax avec compteur de 12 heures et de 30 minutes. Puis dans la foulée, en 1936, la manufacture présente son chronographe Uni Compax avec un compteur de 45 minutes.

C’est en 1937, alors que la marque vient de créer le chronographe-bracelet pour dames le plus petit, équipé d’un mouvement 19 1/2", qu’Universal Watch Co. Ltd. change de nom pour devenir Universal Genève (UG pour les intimes…).

En 1940, juste avant la guerre, sort l’Aero-Compax (brevet n°235608). Il s’agit d’un chronographe Compax muni d’un 4ème petit cadran équipé d’aiguilles d’heures et de minutes à 12h, et permettant de mémoriser le début d’une opération grâce à une couronne supplémentaire fixe située à 9h.

Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...

Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...
En 1943, UG présente une montre-calendrier, avec ou sans phases de lune, dotée d’une petite seconde à 9h, du quantième à 3h, du jour à 12h, ainsi que du mois et des phases de lunes à 6h.

En 1944, premier grand anniversaire… A l’occasion de ses cinquante ans, la marque lance le Tri-Compax, un chronographe à compteur d’heures, muni d’un calendrier triple date et phases de lune. Ce sera l’un des plus grands succès commerciaux d’Universal Genève au 20ème siècle.

Universal Genève présente en 1945 dans la gamme des Compax, le Medico-Compax, chronographe avec compteur d’heures muni d’une échelle pulsométrique et le Dato-Compax, chronographe avec compteur d’heures muni d’un 4ème petit cadran à 12h indiquant le quantième de 1 à 31.

En 1948, UG lance le Calibre 138, mouvement automatique 12 1/2" avec petite seconde puis seconde au centre.

Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...
1954-1955 : deux grandes innovations coup sur coup. Tout d’abord, avec l’arrivée de la fameuse Polerouter (ou Polarouter).

Il s’agit d’une montre automatique de précision (cal. 138) qui résiste aux champs magnétiques du Pôle et qui équipât les membres du vol inaugural réalisé par la compagnie suédoise SAS (Scandinavian Airlines System) lors de l’inauguration de la première route aérienne reliant l’Europe aux Etats-Unis via le Pôle Nord.

Puis en 1955, arrive sur le marché le Microtor (brevet n°329805), nouveau type de calibre automatique avec masse oscillante intégrée dans le mouvement (cal. 215).

En 1963, lors de la Foire de Bâle, UG lance les modèles Railrouter et Polerouter Electric. Puis arrive en 1966, la gamme Golden Shadow, qui s’annonçait à l’époque comme la « montre automatique la plus plate du monde », cal.66 et cal.67 « date » (2,5 mm d’épaisseur). L’année 68 voit l’arrivée du Tuning Unisonic, montre à régulateur de fréquence par diapason.

En 1975, lors de la Foire de Bâle, la marque présente le Calibre 74, mouvement à quartz à affichage analogique qui se veut le plus plat du monde (3,45 mm).Pour son centenaire, en 1994, Universal Genève lance une montre commémorative (cal. UG 42-83/4") baptisée la Janus, inspirée du modèle Cabriolet. Son boîtier réversible abrite un seul mouvement permettant de lire l’heure sur deux cadrans, dont un avec heures sautantes.

2005 : UG lance deux nouvelles collections, l’Okeanos (hommes) et L’Anthea (dames). 2006, la marque présente à Baselworld de quatre nouveaux modèles : le Microtor UG 100, l’Okeanos Compax, l’Okeanos Aero-Compax et l’Okeanos Moon Chronograph. Plus récemment, en 2007 (alors que la marque revient sur le marché français), la manufacture locloise annonce l’arrivée de trois nouveaux modèles hommes acier: le Microtor UG 101 (calibre automatique maison) produit de série, l'Uni-Timer, avec calibre chronographe UG 71.5 à deux compteurs, et le Timer Chronograph, avec calibre UG 71.6 à trois compteurs, munis tous deux d'un rotor squeletté. Pour les dames, l'Anthea acier est proposée avec deux nouvelles animations joaillerie : l'une sertie de 46 brillants et l'autre sertie de 132 brillants.

En 2008, Universal Genève va présenter son Microtor Cabriolet, un nouveau garde-temps inspiré de la Cabriolet, première montre réversible que la maison lança en 1928. Mais ceci est une autre histoire…

Universal Genève : retour sur le devant de la scène de la marque qui créa le Microtor...

Montres-de-luxe.com | Publié le 5 Août 2008 | Lu 24016 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos