Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


2010 : Vacheron Constantin présente trois hautes complications dans des boites en platine


A l’occasion du dernier SIHH, qui s’est tenu la semaine dernière à Genève, Vacheron Constantin, la manufacture la plus ancienne au monde, a présenté trois nouveautés d’exception. Trois pièces à hautes complications (Calibre 2253 ; Calibre 2755 et Calibre 1141 QP) réalisées dans le plus pur, le plus rare et le plus éternel des métaux : le platine. Trois garde-temps absolument hors-normes. Détails.


2010 : Vacheron Constantin présente trois hautes complications dans des boites en platine
Dans la Collection Excellence Platine (voir encadré ci-dessous), le modèle Patrimony Traditionnelle « Calibre 2253 », un garde-temps d’exception qui réunit, outre un tourbillon, plusieurs complications de type astronomique, à l’instar du quantième perpétuel, des heures de lever et de coucher du soleil et de l’équation du temps. Cette montre dispose en outre d’une exceptionnelle réserve de marche de 14 jours. C’est une édition limitée de seulement 10 montres numérotées.

Modèle présenté en platine également, la montre Patrimony Traditionnelle « Calibre 2755 » est un concentré de complications majeures dont Vacheron Constantin a la parfaite maîtrise tant technique qu’esthétique. Elle réunit un tourbillon, un quantième perpétuel et une répétition minutes dont un dispositif original de régulateur de sonnerie, qui est parfaitement silencieux.

Enfin, modèle également présenté en platine, la montre Patrimony Traditionnelle Chronographe Quantième Perpétuel « Calibre 1141QP » est une figure de style classique signée Vacheron Constantin. Elle réunit un chronographe et un quantième perpétuel qui battent au rythme d’un mouvement mécanique manuel de légende – le calibre 1141 – calibre d’exception qui a fait battre quelques-uns des plus prestigieux chronographes de l’histoire horlogère.

Vacheron Constantin et le platine

Métal pur, rare et éternel, le platine est travaillé de longue date par Vacheron Constantin ; la manufacture genevoise propose en effet à ses clients des pièces dans le plus précieux des métaux dès le début du 19ème siècle.

Si l’or 18 carats ne contient que 75% de métal précieux, le platine est pur à 95%. Trente fois plus rare que l’or, il ne provient que d’un petit nombre de gisements à travers le monde. Sa densité et son poids expliquent sa résistance bien supérieure à celle des autres métaux, ce qui en fait le fidèle compagnon d’une vie entière.

Une griffure sur une pièce en platine ne fera que déplacer le métal, limitant la perte de matière habituelle avec un autre matériau. Celle-ci gardera ainsi valeur et intégrité, comme il sied à un gage d’éternité. Outre sa résistance et sa densité, le platine a une autre qualité remarquable : sa malléabilité, qui permet qu’un seul gramme de ce métal puisse être étiré jusqu’à former un fil d’une longueur de près de deux kilomètres.

En 2006 et pour ouvrir un nouveau quart de millénaire d’histoire, la Manufacture Vacheron Constantin a décidé de rendre hommage au plus extraordinaire et au plus noble des métaux précieux. Dorénavant, tout modèle créé en platine sera initialement fabriqué en édition limitée –jamais plus de 150 exemplaires– diffusée de façon très restreinte et destinée à un public de connaisseurs et de collectionneurs. La Collection Excellence Platine était née.

Outre sa carrure en platine, chaque pièce appartenant à cette collection dispose de caractéristiques extrêmement rares en horlogerie, et aptes à la différencier de toutes les autres montres faites de ce matériau, à l’image d’un fermoir en platine, d’une couronne en platine, d’aiguilles en platine, ou encore d’un cadran en platine –finition sablée– portant la discrète inscription « PT950 ». Le souci du détail sera poussé jusqu’à utiliser du fil de platine mélangé à du fil de soie pour coudre les bracelets en alligator bleu nuit destinés à équiper ces pièces exceptionnelles.

Patrimony Traditionnelle « Calibre 2253 »

2010 : Vacheron Constantin présente trois hautes complications dans des boites en platine
Vacheron Constantin présente en 2010 dans la Collection Excellence Platine le modèle Patrimony Traditionnelle « Calibre 2253 », une complication astronomique majeure du fait de la technicité mise en œuvre.

Entièrement créé en interne par les bureaux techniques de la manufacture et fruit de plusieurs milliers d’heures de développement, le nouveau calibre 2253 dispose outre d’un tourbillon, de complications liées au mouvement de la Terre dans l’espace : un quantième perpétuel, une équation du temps ainsi que l’indication des heures de lever et de coucher du soleil.

Pour célébrer son 250e anniversaire, Vacheron Constantin présentait en 2005 la montre Saint-Gervais dont le calibre 2250, équipé d’un tourbillon et d’un quantième perpétuel, disposait déjà d’une réserve de marche exceptionnelle de 250 heures grâce à ses quatre barillets.

C’est en s’appuyant sur toute l’expérience acquise lors de la création du calibre 2250 que le calibre 2253 a été mis au point. Outre des complications en nombre plus élevé, le calibre 2253 présente une époustouflante réserve de marche qui repousse encore les limites du possible pour battre un nouveau record : environ 336 heures, soit 14 jours. Sa configuration technique repose sur quatre barillets assemblés par couple ; la réserve de marche s’affiche côté pont, bien visible à travers le fond saphir du boîtier.

Elle est probablement la complication la plus fascinante de ce modèle d’exception : l’équation du temps. Elle a pour fonction de mesurer l’écart, exprimé en minutes, entre l’heure solaire et l’heure légale et universelle. En effet, si l’homme a –pour des raisons pratiques– décidé de diviser chaque année en 365,25 jours, chaque jour en 24 heures, et chaque heure en 60 minutes, l’heure telle que nous la donne le soleil, l’heure « vraie », diffère en fonction du jour de l’année, ceci du fait que l’orbite parcourue par la Terre est elliptique et non circulaire.

Ainsi le midi solaire, heure à laquelle le soleil se trouve au zénith, ne correspond pas tous les jours au midi légal et universel, celui qu’affiche notre montre. A dire vrai, cette concordance ne se produit que quatre fois par an : le 15 avril, le 14 juin, le 1er septembre et le 24 décembre. Le reste du temps, le midi solaire enregistre constamment un retard ou une avance de quelques minutes sur le midi légal. Ce retard ou cette avance varient chaque jour, se situant cependant toujours entre -16 et +16 minutes.

La plus ancienne horloge dotée d’une équation du temps fut mise au point par le mathématicien Nikolaus Mercator au XVIIe siècle. Elle permettait à l’époque de procéder à un réglage précis de l’heure en se calant sur le soleil lors de son passage au zénith.

La mise en œuvre de cette complication requiert, il est vrai, une véritable expertise. Elle suppose en effet l’utilisation d’une came dite « d’équation », pièce métallique dont le profil est celui d’un analemme. L’analemme représente la figure tracée dans le ciel par les différentes positions du soleil relevées chaque jour à une même heure et depuis un même lieu, au cours d’une année calendaire. Sa forme rappelle celle d’un huit.

Cette came d’équation tourne donc sur elle-même une fois en un an. Et c’est de l’extrême précision de sa forme que dépend l’exactitude de l’équation du temps. Cette fascinante complication s’affiche au moyen d’une courte aiguille située à 10h30 sur le cadran du modèle Patrimony Traditionnelle « Calibre 2253 » de la Collection Excellence Platine.

Ce garde-temps dispose par ailleurs d’une autre complication de type astronomique peu usitée en horlogerie : l’heure de lever et de coucher du soleil. Très délicate à mettre en œuvre, cette complication permet de connaître pour chaque jour et de façon précise ces indications à un endroit donné de la Terre.

Là encore, l’ensemble repose sur une came dont la forme dépend directement de la latitude et de la longitude du lieu retenu. Outre le fait que cette complication illustre encore le degré de maîtrise des ingénieurs et des maîtres horlogers de la manufacture, elle démontre l’attention constante portée par Vacheron Constantin à son client, puisque celui-ci peut choisir la ville pour laquelle il souhaite disposer des informations de lever et de coucher du soleil. Une « complication sur mesure » en quelque sorte, dont l’affichage est proposé de manière symétrique, à 8h pour l’heure de lever, à 4h pour l’heure de coucher.

Le tourbillon traditionnellement pourvu d’une cage en forme de Croix de Malte, emblème de la maison, effectue un tour sur lui-même par minute. Tenant lieu de petite seconde, il est situé à 6h. Le quantième perpétuel affiche dans une belle symétrie le jour de la semaine, le mois et la date à 9h, à 12h et à 3h. Quant à l’indicateur d’année bissextile, il est positionné à 1h.

La complexité de ce garde-temps n’a d’égal que le raffinement de ses finitions. Du fait de son appartenance à la Collection Excellence Platine, ce modèle intègre bien entendu de nombreux composants en platine, de sa boîte de 43 mm de diamètre –étanche à 3 bar, ce qui équivaut à environ 30 mètres– à sa boucle déployante en forme de demi-Croix de Malte, en passant par sa couronne et son cadran discrètement estampillé de la mention « PT950 ». Fait rarissime, si ce n’est unique, dans l’horlogerie : même les aiguilles de forme « dauphine » indiquant heures et minutes sont façonnées dans ce même matériau. La finition du cadran alterne fond argenté sablé, compteurs azurés, zones satinées circulaires, filets diamantés, ainsi que des index et une Croix de Malte en or gris 18 carats.

Le calibre 2253 est par ailleurs estampillé du prestigieux Poinçon de Genève, garantie indépendante et souveraine de bienfacture, d’origine, de qualité de précision, de durabilité et de savoir-faire. Il signifie notamment que la décoration du mouvement, qu’il s’agisse de ses Côtes de Genève, du perlage et de l’anglage de ses pièces ou encore de l’étirage de ses aciers, est entièrement réalisée à la main de façon artisanale.

Un exemple parmi d’autres : la finition des barrettes de la cage de tourbillon. Cette opération appelée « berçage » consiste à limer dans l’arrondi – en berçant – avec une parfaite régularité une tige d’acier de section rectangulaire pour lui donner une forme conique et semi- cylindrique, tout en respectant la forme – différente – de son centre et de ses extrémités ou « talons ».

Pour continuer l’opération, la pièce est adoucie (adoucissage), puis polie (polissage). Ensuite, l’angleur adoucit l’ensemble de la pièce en s’aidant de pierres, de cabrons, de chevilles de bois et de pâtes de finition afin d’obtenir un fini parfaitement poli. Ce travail, signature du plus haut degré de terminaison d’un mouvement nécessite, chez Vacheron Constantin, près de 11 heures d’un travail entièrement réalisé à la main pour répondre aux critères de finition exigés par la manufacture.

Le mouvement de ce chef-d’œuvre horloger à la complexité et au degré de finition exceptionnels est de seulement 9,60 mm d’épaisseur et comporte pas moins de 457 composants. Cela suffit à expliquer que ce garde-temps d’exception ne sera produit qu’à 10 exemplaires.

Patrimony Traditionnelle « Calibre 2755 » en platine

2010 : Vacheron Constantin présente trois hautes complications dans des boites en platine
Digne héritier des développements du 250e anniversaire de Vacheron Constantin, et démonstration de son savoir-faire sans égal, le modèle Patrimony Traditionnelle « Calibre 2755 » en platine appartient à la catégorie des très grandes complications.

Ce garde-temps abrite en effet en son sein trois des complications les plus sophistiquées de l’univers de la Haute Horlogerie : le tourbillon, le quantième perpétuel et la répétition minutes.

Descendante de la montre « Tour de l’Ile », exceptionnelle et très remarquée pièce maîtresse du 250e anniversaire de la marque en 2005, la montre Patrimony Traditionnelle « Calibre 2755 » a nécessité plus de trois années de développement et des milliers d’heures de travail pour sa mise au point.

Elle est le modèle le plus complexe au catalogue de la collection courante de la manufacture. Son mouvement comporte pas moins de 602 composants, logés dans 33,30 mm de diamètre et seulement 7,90 mm d’épaisseur. Un véritable tour de force qui propose en outre une réserve de marche de plus de 55 heures, s’affichant au verso et visible grâce au fond saphir du boîtier.

Parmi ses trois complications, la répétition minutes est certainement celle qui a été traitée de la façon la plus originale… Les ingénieurs et les maîtres horlogers de Vacheron Constantin ont en effet développé pour ce calibre un dispositif original de régulateur de sonnerie volant centripète. Rappelons tout d’abord la définition et le rôle de ce système.

Dans une montre à sonnerie comme une répétition minutes par exemple, le régulateur de sonnerie permet de réguler la durée de la séquence musicale afin de pouvoir entendre distinctement et harmonieusement les notes sonnées pour les heures, les quarts et les minutes, notes jouées par les marteaux de sonnerie en frappant sur les timbres. Sans un régulateur de sonnerie, cette séquence musicale se déroulerait à la vitesse du ressort du barillet de sonnerie libre, c’est-à-dire beaucoup trop vite pour pouvoir distinguer les notes graves des notes aiguës, les coups simples des coups doubles. L’ensemble ne serait qu’un bruit inintelligible, un peu comme si on jouait toutes les notes d’une mélodie en même temps. Le régulateur de sonnerie vise donc à contrôler le déroulement de l’ensemble, un peu à la façon d’un métronome.

Mais le système mis au point par les ingénieurs et les maîtres horlogers de Vacheron Constantin va plus loin. En effet, les régulateurs de sonnerie traditionnellement utilisés en Haute Horlogerie disposent d’un système dit « à ancre ». « En réalité, ce système a deux handicaps » estime la marque dans son communiqué : « tout d’abord, du fait de la présence d’une ancre, il y a, à terme, usure des composants par frottement, et, problème bien plus gênant pour une montre à sonnerie, le dispositif à ancre génère un bruit parasite clairement audible durant la mélodie ».

Lors du développement du calibre équipant la montre anniversaire « Tour de l’Ile » en 2005, les ingénieurs et les maîtres horlogers de Vacheron Constantin ont donc cherché à remplacer le système de régulateur de sonnerie « à ancre » par un système non seulement silencieux, mais qui limiterait aussi l’usure du mécanisme. Un tel dispositif existait déjà en horlogerie : il s’agissait d’un régulateur centrifuge à masselottes disposées sur un volant.

Ce régulateur gère l’énergie libérée par le barillet de sonnerie en écartant, lorsqu’il est en rotation, ses masselottes, ralentissant et régulant par là même la force distribuée par le ressort du barillet. Toutefois, fidèles à la tradition d’une marque dont la devise est « Faire mieux si possible, ce qui est toujours possible », les horlogers de Vacheron Constantin ont préféré orienter leur choix vers un régulateur de sonnerie centripète.

Ce système dispose de deux masselottes dont la forme très particulière a été optimisée dans le but de générer une sorte de « frein moteur » sur l’axe de pivotement du régulateur, lissant ainsi l’énergie libérée par le barillet. Dans les faits, il utilise deux forces, centripète et centrifuge. En effet, une fois le régulateur en rotation, la force centrifuge contraint une des extrémités de chaque masselotte à s’écarter vers l’extérieur du dispositif, tout en permettant à l’autre extrémité d’exercer une pression de plus en plus forte sur l’axe de pivotement pour ralentir et stabiliser la vitesse de rotation de l’ensemble. C’est donc la force centripète qui régule bel et bien le système. Ce dispositif « original et certainement unique » est parfaitement silencieux. L’amateur curieux pourra d’ailleurs en admirer la rotation à travers le fond saphir du boîtier.

Outre la répétition minute, la montre Patrimony Traditionnelle « Calibre 2755 » dispose d’un tourbillon qui, en plus de sa capacité à se jouer des effets de la gravitation pour améliorer la précision du mouvement, présente l’attrait d’un mécanisme tout en transparence permettant de voir battre le cœur de la montre. Enfin, le quantième perpétuel, « mémoire du temps à venir », est quant à lui capable de suivre les méandres du calendrier grégorien sans autre intervention qu’un changement de date tous les 400 ans.

Si le calibre 2755 a été développé en entier par Vacheron Constantin, il est bien entendu aussi entièrement fabriqué à l’interne, à la seule exception de son assortiment. Chacun de ses composants est usiné de manière telle que les spécialistes qui l’assemblent et le règlent ont suffisamment de « matière » pour pouvoir les ajuster, les optimiser et les harmoniser entre eux.

Parfaitement en ligne avec la philosophie de conception et de fabrication des grandes complications, cette façon de procéder garantit des performances optimales et fait de chaque mouvement un exemplaire unique. Une fois assemblé, le calibre 2755 bat au rythme de 18’000 alternances par heure et dispose d’une réserve de marche d’environ 55 heures. Son niveau de finition se singularise par le minutieux travail manuel d’anglage des ponts décorés de Côtes de Genève, de perlage de sa platine et de berçage des barrettes de sa cage de tourbillon. Estampillé du prestigieux Poinçon de Genève, il répond aux douze critères exigeants de ce label indépendant et souverain : garantie de provenance, qualité de précision, durabilité et savoir-faire horloger.

Ce calibre prend place dans un généreux boîtier en platine de 44 mm de diamètre dont les caractéristiques ont été pensées afin d’offrir à la répétition minutes une qualité sonore des plus remarquables. La mise en résonance de l’ensemble est optimisée grâce à l’emploi ingénieux d’un plot relié à la fixation des timbres de sonnerie. Le reste de l’habillage a fait également l’objet de multiples raffinements : cadran disponible en deux finitions argentée ou ardoise, et boucle déployante en platine 950 avec demi-Croix de Malte. Notons que ce cadran est subtilement décentré pour mieux mettre en valeur la cage de tourbillon.

Au vu de sa complexité, la montre Patrimony Traditionnelle « Calibre 2755 » en platine fait l’objet d’une production par nature fort limitée.

Patrimony Traditionnelle Chronographe Quantième Perpétuel « 1141QP »

2010 : Vacheron Constantin présente trois hautes complications dans des boites en platine
Ce joyau de l’art horloger de seulement 7,40 mm d’épaisseur est de type mécanique à remontage manuel. Il anime un chronographe à roue à colonnes avec embrayage à bascule ainsi qu’un quantième perpétuel et une phase de lune.

Ce mécanisme a fait battre quelques-unes des plus prestigieuses montres-bracelets chronographes de l’histoire horlogère et il est considéré par tous les experts comme l’un des mouvements de ce type les plus aboutis, tant techniquement qu’esthétiquement, par sa remarquable complexité et son architecture d’exception.

Pour lui rendre hommage, Vacheron Constantin le présente cette année dans un écrin digne de son rang : un modèle Patrimony Traditionnelle décliné en platine 950. Caractéristique de la ligne Patrimony Traditionnelle, le boîtier en platine 950 conjugue avec élégance sobriété et classicisme. Son généreux diamètre de 43 mm garantit une excellente lisibilité de l’ensemble des indications figurant sur le cadran.

Ce dernier est disponible en deux versions : argenté opalin avec compteurs eux aussi argentés, ou velouté ardoise avec compteurs rhodium noir azurés, des finitions à plusieurs tons réalisées dans l’esprit des chronographes historiques de Vacheron Constantin. L’amateur reconnaîtra en particulier la filiation avec les chronographes des années 1940.

Battant au rythme de 18 000 alternances par heure, le calibre 1141QP dispose d’une réserve de marche d’environ 48 heures. Outre les heures, minutes et petite seconde à 9h, il affiche les fonctions chronographe avec trotteuse centrale et compteur 30 minutes à 3h ; quant au quantième perpétuel, il rythme les indications jour de la semaine, mois et années bissextiles dans des guichets ainsi que la phase de lune astronomique et la date à aiguille à 6h.

Tantôt souriante, tantôt mélancolique, la lune est gravée à la main dans une plaque de platine massif, patinée ensuite et noircie. À l’instar de tous les mouvements Vacheron Constantin, le calibre 1141QP se caractérise par un minutieux travail manuel d’anglage des ponts décorés de Côtes de Genève et par le perlage, également manuel, de la platine.

Ces finitions et son architecture d’exception peuvent être admirées à travers le fond saphir du boîtier.

Spécificités techniques de la Collection Excellence Platine Patrimony Traditionnelle 2010

Spécificités techniques de la Patrimony Traditionnelle Calibre 2253

Calibre 2253, développé et manufacturé par Vacheron Constantin
Estampillé du Poinçon de Genève
Energie mécanique à remontage manuel
Épaisseur du mouvement 9,60 mm
Diamètre du mouvement 32,00 mm
Empierrage 30 rubis
Fréquence 18’000 alternances/heure
Nombre total de composants 457 pièces

Indications
Tourbillon
Heures, minutes, secondes sur tourbillon
Quantième perpétuel
Equation du temps, lever et coucher du soleil (Éphéméride de la ville du choix du client)
Réserve de marche au dos

Réserve de marche : plus de 300 heures soit 14 jours (4 barillets montés par couple)

Boîtier Platine 950 de 43 mm de diamètre
Verre saphir bombé, traité antireflet sur une face
Fond ajouré, vissé

Étanchéité : testée à une pression de 3 bar, équivalente à 30 mètres

Cadran : sablé, poinçon « PT950 » sur le cadran à 4h30, 12 index et une Croix de Malte en or blanc 18 carats, minuterie peinte en noir

Bracelet : cuir d’alligator bleu foncé, cousu main, fil platine
Fermoir boucle déployante en platine 950, Demi-Croix de Malte polie

Référence 88172/000P-9495

Edition limitée à 10 exemplaires numérotés

Spécificités techniques de la Patrimony Traditionnelle Calibre 2755

Calibre 2755, développé et manufacturé par Vacheron Constantin
Estampillé du Poinçon de Genève
Energie mécanique à remontage manuel
Épaisseur du mouvement 7,90 mm
Diamètre du mouvement 33,30 mm
Empierrage 40 rubis
Fréquence 18’000 alternances/heure

Indications
Répétition minutes
Tourbillon
Heures, minutes, secondes sur tourbillon
Quantième perpétuel
Réserve de marche au dos

Réserve de marche plus de 55 heures

Boîtier Platine 950 de 44 mm de diamètre
Verre saphir bombé, traité antireflet sur une face
Fond ajouré à vis, glace saphir

Étanchéité : non étanche

Cadran : opalin gris foncé ou argenté, compteurs azurés fins avec filets diamantés, minuterie peinte en blanc ou noir

Bracelet : cuir d’alligator bleu foncé ou noir, cousu main
Fermoir boucle déployante en platine 950 Demi-Croix de Malte polie

Référence 80172/000P-9505 et 80172/000P-9589

Spécificités techniques de la Patrimony Traditionnelle Chronographe Quantième Perpétuel

Calibre 1141 QP
Energie mécanique à remontage manuel
Épaisseur du mouvement 7,40 mm
Diamètre du mouvement 27,00 mm
Empierrage 21 rubis
Fréquence 18’000 alternances/heure

Indications
Heures, minutes
Petite seconde à 9 heures
Chronographe avec roue à colonnes
Compteur 30 minutes à 3 heures
Aiguille chronographe au centre
Quantième perpétuel et phases de lune à 6 heures

Réserve de marche : plus de 45 heures

Boîtier Platine 950 de 43 mm de diamètre
Verre saphir bombé, traité antireflet sur la face intérieure
Fond transparent vissé, glace saphir

Étanchéité : testée à une pression de 3 bar, équivalente à 30 mètres

Cadran : velouté ardoise ou argenté, 2 compteurs azurés à 3 et 9 heures, minuterie peinte en blanc ou noir

Bracelet cuir d’alligator noir, écailles carrées Cousu main, finition sellier
Fermoir boucle déployante en platine 950 demi-Croix de Malte polie

Références 47292/000P-9510 et 47292/000P-9590

Montres-de-luxe.com | Publié le 24 Janvier 2010 | Lu 4389 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques