Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Antoine Cina : porter l’étoile Zenith sur le Toit du monde


Zenith, la célèbre manufacture du Locle s’associe depuis quelques temps aux hommes et aux femmes qui incarnent l’esprit pionnier dans leur domaine. Dans cet esprit, elle vient de faire d’Antoine Cina un de ses nouveaux ambassadeurs. Le projet de cet alpiniste valaisan : gravir l’Everest par la voie tibétaine et, au terme de son ascension, prendre son envol depuis le toit du Monde pour une descente en parapente. La toile de ce parapente, déployée à 8.848 m d’altitude, portera le logo étoilé de la marque Zenith. Le départ de la Suisse a eu lieu le 23 avril 2011. Pendant l’aventure, au poignet d’Antoine Cina, une Zenith El Primero Stratos Flyback.



Antoine Cina pour Zenith
Le pèlerinage des « Seven Summits »

Antoine Cina a entrepris de réaliser le rêve qui anime beaucoup de passionnés de montagne : l’ascension des « Seven Summits », les points culminants des sept continents de la planète.

L’aventure a commencé en Afrique avec l’ascension du Kilimandjaro (5.895 m) ; elle s’est poursuivie en Amérique du Sud, avec celle de l’Aconcagua (6.962 m) ; puis en Amérique du Nord sur le Mont McKinley (6.194 m), dans des conditions extrêmes puisque ce sommet est situé à 100 km seulement du Pôle Nord : à l’ascension a succédé une descente à ski de 12 heures, en plein brouillard…

Antoine Cina se sent ensuite prêt à affronter le plus haut sommet de la planète, l’Everest (8.848 m), qu’il gravit par la voie tibétaine avec une équipe internationale.

S’envoler du point culminant de la planète

Une fois redescendu du Toit du Monde, Antoine Cina aurait pu poursuivre son pèlerinage des « Seven Summits » - périple qu’il poursuivra après son prochain exploit - en s’attaquant aux trois derniers : le Mont Elbrouz en Europe (5.633 m), le Mont Vinson en Antarctique (5.140 m) et la Pyramide de Carstensz (4.484 m) en Australie.

Mais l’appel de l’Everest et l’excellente condition mentale et physique dans laquelle il se trouvait alors au terme de dix jours d’ascension lui ont donné l’idée d’un nouveau défi : revenir sur le plus haut sommet du monde pour y tenter un décollage en parapente.

Antoine Cina : porter l’étoile Zenith sur le Toit du monde

Antoine Cina : porter l’étoile Zenith sur le Toit du monde
L’expédition Everest 2011

Après deux ans de préparation, Antoine Cina va donc repartir pour l’Everest : cette seconde expédition a débuté le 23 avril 2011. Elle réunit la même équipe internationale qu’en 2009 et emprunte la même voie tibétaine.

Il faudra à l’expédition une quinzaine de jours pour atteindre son camp de base,au village de Rongbuk, à 5.050 m d’altitude.

De là, dix jours seront encore nécessaires pour la montée vers le sommet, via le col Nord, à 7.000 m d’altitude.

Dans son paquetage, Antoine Cina emporte deux drapeaux Zenith : le premier destiné à être planté au camp de base, le second au sommet de l’Everest.

Et c’est là, tout en haut, 25 jours après le départ de l’expédition, qu’il tentera de réaliser l’exploit pour lequel il retourne sur le point culminant de la planète : prendre son envol, porté par un parapente dont la toile est frappée du logo étoilé de Zenith.

L’expédition sera couverte au jour le jour par la journaliste de l’hebdomadaire français Le Point Nathalie Lamoureux, qui postera quotidiennement des reportages et des vidéos sur la progression des alpinistes sur le site www.lepoint.fr. Ces interviews et vidéos seront relayées sur la chaîne arabe Aljazeera, qui suit l’un des membres de l’expédition sponsorisé par l’émirat du Qatar. Enfin, Antoine Cina lui-même sera équipé d’une caméra pour retransmettre les images de son décollage et de son vol. Des images qui feront le tour du monde…

Antoine Cina, une vie vouée à la montagne

Comme tous les ambassadeurs Zenith, Antoine Cina est d’abord un homme porté par une passion. Né à Montana en 1955, il a toujours vécu par et pour la montagne : il s’est progressivement tourné vers le ski-alpinisme, qu’il a pratiqué au niveau compétition. Son expertise dans ce domaine lui vaut de siéger comme juge-arbitre international dans les compétitions de ski-alpinisme. Il a aussi été chef de colonne de secours à Crans-Montana.

Programme du Mont Everest : une ascension méticuleuse

Arrivée à Lhassa le 24 avril : 3-4 jours d’acclimatation En route pour Shigatse (3.900m) : 2-3 jours d’acclimatation

Départ pour Shegar (4.350m) : 2-3 jours d’acclimatation

Départ pour le camp de base appelé camp de base des Chinois : 5.050m

Puis, selon le processus d’acclimatation, il est prévu une ascension directement à 6.400 m représentant le camp de base avancé où un repos de 4 jours minimum est prévu. Suite à cela, montée à 7.000 m au col Nord, pour y passer une nuit. Redescente à 6.400 m pour s’équiper en matériel et attendre la fenêtre météo idéale pour prévoir l’arrivée au sommet entre le 19 et le 23 mai. Remontée à 7.000 m pour une nuit, puis montée à 7.700 m pour une autre nuit. Finalement montée à 8.300 m au dernier campement pour un repos de 6 à 7 heures.

Poursuite de l’ascension jusqu’au sommet à 8.848 m avant le grand vol en parapente. Si la météo est favorable, le vol durera environ 45 minutes du sommet jusqu’au camp de base avancé à 6400 m. Puis à nouveau une ou deux nuits à 6.400 m avant de redescendre à 5.500 m et 5.050 m, point de rencontre avec les véhicules pour rejoindre la frontière népalaise et Kathmandu.

Zenith El Primero Stratos Flyback

Antoine Cina : porter l’étoile Zenith sur le Toit du monde
Lors de son expédition sur le Toit du Monde, Antoine Cina portera à son poignet une El Primero Stratos Flyback habillée d’un carénage Alchron.

Spécialement développé pour l’horlogerie, cet alliage léger affiche de très hautes caractéristiques mécaniques, la dureté Vickers étant de 210 HV.

Avant d’équiper ce modèle, l’Alchron a été soumis à une batterie de tests : sa résistance aux chocs a été éprouvée à l’aide du terrifiant mouton-pendule qui voit une masse en acier, fixée à l’extrémité d’un bras pivotant, venir heurter le boîtier de plein fouet. Inutile de préciser que l’objectif de ces tests est d’offrir au calibre El Primero la meilleure des compositions en matière d’alliage haute résistance.

Protégé par cette armure, le calibre El Primero bat la haute fréquence (36.000 alternances), soit un nombre d’allers-retours 25% supérieur à tous les autres calibres mécaniques. La montre portée par Antoine Cina intègre la fonction de retour en vol qui permet d’arrêter, de remettre à zéro et de redémarrer simultanément le chronographe en actionnant un seul poussoir.

À l’origine, cette fonction a été développée pour les premiers aviateurs qui pouvaient ainsi recalculer instantanément et facilement un nouveau cap. Lors du vol sur le Mont Everest, le mécanisme Flyback rappellera au parapentiste suisse les exploits de ses pairs : les hommes volants.

Montres-de-luxe.com | Publié le 29 Avril 2011 | Lu 2067 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos