Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Bell & Ross partenaire de la Fondation Tara Océan


De nos jours, difficile pour une marque horlogère de luxe, de ne pas être partenaire d’une structure de sauvegarde de l’océan… Dans cet esprit, Bell & Ross vient d’annoncer la mise en place d’un partenariat avec la Fondation Tara Océan, consacrée à la protection des océans.


De plus en plus de marques horlogères s’impliquent dans la protection des mers, des fonds marins et des animaux qui y vivent.
 
De Blancpain à Rolex en passant par Breguet, Oris, Citizen et quelques autres, les grands horlogers, notamment ceux qui commercialisent des plongeuses, souhaitent participer à leur manière, à la protection des océans.
 
Dernier et date ? Bell & Ross qui a décidé de s’associer à la Fondation Tara Océan. Si la terre et le ciel sont des espaces cartographiés et bien connu de tous, ce n’est pas le cas des océans : 95% de ses fonds nous sont encore inconnus ! Pourtant, quel que soit le continent où l’on habite, notre avenir en dépend.
 
C’est sur ce constat qu’est apparue la nécessité d’en encourager la découverte et la connaissance, raison pour laquelle la Fondation Tara Océan s’efforce depuis 2003 de repousser les frontières de la connaissance océanique afin de sensibiliser le monde et les jeunes générations à la fragilité et à l’importance de l’océan.

Passionné par l’univers marin, Bell & Ross a depuis ses débuts créé des outils de plongée, comme en atteste l’Hydromax lancée en 1997, certifié à 11.100 mètres (en caisson), qui repoussait alors les limites de la quête de profondeur.
 
En 2007, la maison horlogère française présentait sa BR 02 (un modèle très réussi qui ne rencontra malheureusement pas son public), une montre de plongée professionnelle étanche à 1.000 mètres qui répondait aux exigences de l’extrême.
 
Enfin, en 2017 naissait la BR 03-92 Diver, une plongeuse très cohérente avec les différents de la marque qui est devenu depuis, un grand classique de B&R.
 
Aujourd’hui, la Fondation Tara Océan et Bell & Ross ont décidé d’unir leurs compétences. A bord de sa goélette du même nom, lancée à peine quelques mois avant la naissance de Bell & Ross, la Fondation Tara Océan réunit lors de ses expéditions des chercheurs qui partagent leurs savoirs et leurs regards sur le plus grand écosystème de la planète autour d’un seul but : étudier l’Océan et mieux le comprendre.
 
A bord de la goélette Tara se trouvent donc majoritairement des marins et des scientifiques, mais également dans une logique d’interdisciplinarité et d’ouverture sur le monde, la Fondation convie par ailleurs des photographes, des journalistes, des artistes, des dessinateurs et autres talents pour compléter sa vision 360° de l’océan.
 
Le rayonnement scientifiques de la fondation et de ses partenaires ne sont plus à prouver. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 300 publications scientifiques, 150 millions de gènes découverts issus de l’univers marin, 200.000 types de virus caractérisés, parmi bien d’autres indicateurs.
 
Ces éminents résultats sont d’ailleurs atteints parce que la Fondation mène depuis sa conception
ces expéditions en partenariat avec les plus grands instituts de recherche scientifique internationaux – des laboratoires d’excellence comme le CNRS, le CEA, le MIT ou encore la NASA.
 
Pour la Fondation Tara Océan, l’exploration scientifique n’est possible que grâce à sa goélette, ce véritable laboratoire flottant. Ce voilier, aux allures de navire du futur sur lequel un équipage de 14 personnes travaille, dort et navigue autour de la planète, a au compteur plus de 270 000 miles nautiques parcourus sur mer, soit un demi-million de kilomètres !
 
La fidèle goélette a également relevé d’incroyables défis thermiques (jusqu’à -41°C !) et géographiques, cumulant 12 expéditions et plus de 250 escales dans 56 pays. La dernière en date, la mission Microbiomes s’est achevée en octobre dernier après 2 ans en mer.
 
Explorateurs, chercheurs et navigateurs sont donc en immersion au cœur de leur machine. D’elle dépend le succès de leur mission, parfois dans des conditions extrêmes comme lors de sa mission Tara Arctic en 2006.

Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Décembre 2022 | Lu 2286 fois