Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Blancpain Fifty Fathoms : nouvelle version sur bracelet titane


Extension de gamme chez Blancpain. En effet, sa Fifty Fathoms lancée début 2019 dans une version avec boitier titane de 45 mm (étanche 300 mètres) sur bracelet en toile de voile arrive désormais équipée d’un beau bracelet « trois maillons » en titane. Une nouvelle référence qui complète bien cette collection.




Première montre de plongée moderne, la Fifty Fathoms a immédiatement séduit les plongeurs professionnels, puis civils, dès sa sortie en 1953. Toujours actuelles plus de six décennies plus tard,  ses principales caractéristiques techniques et esthétiques originelles, revisitées et complétées d'un quantième dans les années 2000, sont depuis début 2019 associées à un boîtier en titane.
 
Lors de son lancement dans les années 50', la première Fifty Fathoms s'est rapidement démarquée grâce à ses fonctionnalités pratiques, entièrement pensées et conçues pour la plongée professionnelle.
 
Parmi les critères décisifs qui ont fait sa renommée à l’époque, figurent de larges index et aiguilles luminescents contrastant avec un cadran et une lunette tournante unidirectionnelle noirs, ainsi qu'un boîtier en acier doté d'une cage intérieure en fer doux destinée à protéger le mouvement des champs magnétiques.
 
Lire aussi : Adieu Bob Maloubier l'homme de la Fifty Fathoms

Cette légende de l'horlogerie a été remise au goût du jour et agrémentée d'un quantième en 2007 –placé entre 4h et 5h–, tout en conservant son ADN immédiatement reconnaissable. D'un diamètre de 45 mm et étanche à 300 mètres, la nouvelle Fifty Fathoms Automatique en titane possède une lunette tournante unidirectionnelle au relief cranté, dotée d'un insert inrayable en saphir bombé noir.
 
Pour une visibilité accrue en toutes circonstances, ses repères, les index du cadran ainsi que les aiguilles sont en Superluminova. 
 
Au dos, le mouvement est visible grâce à un fond en verre saphir. Il s'agit du calibre automatique 1315 de Blancpain, qui se caractérise notamment par une réserve de marche très confortable de 5 jours, rendue possible grâce à l'utilisation de trois barillets montés en série.
 
Il possède aussi un spiral en silicium qui le protège des effets négatifs du magnétisme sans qu'il ne soit nécessaire de l'isoler derrière une cage métallique. A noter également ses finitions réalisées dans la plus pure tradition horlogère : traits étirés, anglage, perlage et cerclage…

Si Blancpain a joué un rôle de pionnier dans la définition des montres de plongée, la maison a aussi très tôt fait usage de matériaux novateurs pour la réalisation de ses garde-temps. En effet, l'utilisation du titane par Blancpain remonterait au début des années 1960, lors de la production d'une série spéciale de modèles MIL-SPEC II destinée aux équipes de déminage de la Marine américaine.
 
En atteste la pièce « US Navy » rachetée par la marque en 2015 lors d'une vente aux enchères, dont la boîte en maillechort –un alliage amagnétique de cuivre, de zinc et de nickel– est munie d'un fond en titane, employé sans doute pour sa plus grande résistance à la pression. Or, à cette époque, le titane était essentiellement réservé à l'industrie aérospatiale et méconnu de l'horlogerie.
 
Bon il ne s’agissait que du fond, pas d’un boitier complet non plus… Mais cela permet à Blancpain d’estimer qu’elle « est probablement la première marque à avoir utilisé ce matériau dans la fabrication de ses montres ». Soit. Pour autant les premières montres en titane arriveront une décennie plus tard chez le japonais Citizen et dans les années 80 pour les montres suisses (IWC Porsche Design).
 
Réputé pour sa robustesse ainsi que sa haute résistance aux chocs et à la corrosion, le titane, de plus anallergique, possède aussi une faible densité le rendant particulièrement léger. Cet atout de taille, qui le distingue de l’acier, a permis à Blancpain de réaliser une pièce de large diamètre mais qui sait rester « aérienne » au poignet. 
 
La fabrication de ce bracelet résulte d'une série de procédés d'assemblage et de finition exigeants. Le titane n’étant pas le métal le plus simple à usiner rappelons-le… Satinés à la main, les maillons sont reliés entre eux à l'aide de goupilles transversales, pour un parfait ajustement sur le poignet. Selon un système breveté, les vis, habituellement latérales, sont placées au dos des maillons afin d'épurer les flancs du bracelet.
 
La Fifty Fathoms Automatique est toujours disponible avec un cadran soleillé noir ou bleu, tandis que la Fifty Fathoms Grande Date continue d'être proposée avec un cadran noir.

Montres-de-luxe.com | Publié le 9 Juin 2020 | Lu 4929 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances