Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Breitling rachète Universal Genève !


C’est incontestablement le scoop horloger de la semaine. En effet, Breitling vient d’annoncer par voie de communiqué qu’elle venait de racheter la marque horlogère de renom (une très belle endormie) Universal Genève connue pour sa fameuse Polerouter, son calendrier tricompax, son micro-rotor, ses montres cabriolet, etc.


Universal Genève est un « graal » pour tout collectionneur horloger qui se respecte. Largement oubliée par les jeunes générations, UG pour les intimes fut pourtant, en son temps, l’une des plus belles marques horlogères qui soit sur le marché. Incontestablement un nom prestigieux dans l’industrie.
 
C’est donc cette marque que Breitling vient de s’offrir. Il faut dire que la société hongkongaise Stelux Group a qui elle appartenait depuis 1989 n’en faisait pas grand-chose.
 
On se souvient d’une tentative de relance en 2007, notamment sur le marché français avec Templus à l’époque… Mais les prix s’avérèrent dissuasifs pour la plupart des collectionneurs même si certains modèles étaient intéressants, la Microrotor Cabriolet par exemple.
 
Avant d’aborder le rachat d’UG par Breitling, revenons plus en détail sur la belle histoire de cette grande marque. Au cours des décennies, Universal Genève a développé une quantité considérable de calibres et de mouvements pour équiper ses collections, innovant chaque fois plus.

La marque apparaît officiellement pour la première fois dans l’histoire horlogère le 18 janvier 1894, année de naissance au Locle (Suisse), de la maison d'horlogerie Descombes & Perret, dirigée à l’époque par Numa Emile Descombes (1863-1897) et Ulysse Georges Perret (1868-1933).
 
Deux brevets internationaux n°91051 et 91463 sont déposés en 1925 pour l’Auto-Rem, première montre-bracelet à remontage automatique d’Universal (mécanisme avec butoirs). Puis, rapidement, en 1927/1928, la marque présente un cabriolet (montre réversible) et des garde-temps dotés de réserves de marche de huit jours.
 
1934 voit la création du chronographe-bracelet Compur à deux poussoirs (marque déposée sous le brevet n°83340) ; le premier mouvement utilisé est muni de deux roues à colonne.
 
En 1935, la marque lance le chronographe-bracelet Compax avec compteur de 12 heures et de 30 minutes. Puis, dans la foulée, en 1936, la manufacture présente son chronographe Uni Compax avec un compteur de 45 minutes.

C’est en 1937, alors que la marque vient de créer le chronographe-bracelet pour dames le plus petit, équipé d’un mouvement 19 1/2", qu’Universal Watch Co. Ltd. change de nom pour devenir Universal Genève (UG pour les intimes…).
 
En 1940, juste avant la guerre, sort l’Aero-Compax (brevet n°235608). Il s’agit d’un chronographe Compax muni d’un 4ème petit cadran équipé d’aiguilles d’heures et de minutes à 12h, et permettant de mémoriser le début d’une opération grâce à une couronne supplémentaire fixe située à 9h.
 
En 1943, UG présente une montre-calendrier, avec ou sans phases de Lune, dotée d’une petite seconde à 9h, du quantième à 3h, du jour à 12h, ainsi que du mois et des phases de lunes à 6h.
 
En 1944, premier grand anniversaire… A l’occasion de ses cinquante ans, la marque lance son fameux modèle Tri-Compax, un chronographe à compteur d’heures, muni d’un calendrier triple date et phases de Lune. Ce sera l’un des plus grands succès commerciaux d’Universal Genève au 20ème siècle. Ce modèle est encore aujourd’hui, l’un des plus prisés des collectionneurs.

Universal Genève présente en 1945 dans sa gamme des Compax, le Medico-Compax, chronographe avec compteur d’heures muni d’une échelle pulsométrique et le Dato-Compax, chronographe avec compteur d’heures muni d’un 4ème petit cadran à 12h indiquant le quantième de 1 à 31.
 
En 1948, UG lance le Calibre 138, mouvement automatique 12 1/2" avec petite seconde puis seconde au centre. 1954-1955 : deux grandes innovations coup sur coup. Tout d’abord, avec l’arrivée de la fameuse Polerouter (ou Polarouter) dessinée à l’époque par le tout jeune Gérald Genta âgé de seulement 23 ans ! Celle de Bruce Lee fut revendue aux enchères par Phillips en 2019.
 
Il s’agissait d’une montre automatique de précision (cal. 138) résistant aux champs magnétiques du Pôle et qui équipât les membres du vol inaugural réalisé par la compagnie suédoise SAS (Scandinavian Airlines System) lors de l’inauguration de la première route aérienne reliant l’Europe aux Etats-Unis via le Pôle Nord.
 
Puis en 1955, arrive sur le marché le Microtor (brevet n°329805), nouveau type de calibre automatique avec masse oscillante intégrée dans le mouvement (cal. 215).

En 1963, lors de la Foire de Bâle, UG lance les modèles Railrouter et Polerouter Electric. Puis arrive en 1966, la gamme Golden Shadow, qui s’annonçait à l’époque comme la « montre automatique la plus plate du monde », cal.66 et cal.67 « date » (2,5 mm d’épaisseur). L’année 68 voit l’arrivée du Tuning Unisonic, montre à régulateur de fréquence par diapason.
 
En 1975, lors de la Foire de Bâle, la marque présente le Calibre 74, mouvement à quartz à affichage analogique qui se veut le plus plat du monde (3,45 mm). Pour son centenaire, en 1994, Universal Genève lance une montre commémorative (cal. UG 42-83/4") baptisée la Janus, inspirée du modèle Cabriolet. Son boîtier réversible abrite un seul mouvement permettant de lire l’heure sur deux cadrans, dont un avec heures sautantes.
 
2005 : UG lance deux nouvelles collections, l’Okeanos (hommes) et L’Anthea (dames). 2006, la marque présente à Baselworld de quatre nouveaux modèles : le Microtor UG 100, l’Okeanos Compax, l’Okeanos Aero-Compax et l’Okeanos Moon Chronograph.

Ensuite, en 2007, la manufacture locloise annonce l’arrivée de trois nouveaux modèles hommes acier: le Microtor UG 101 (calibre automatique maison) produit de série, l'Uni-Timer, avec calibre chronographe UG 71.5 à deux compteurs, et le Timer Chronograph, avec calibre UG 71.6 à trois compteurs, munis tous deux d'un rotor squeletté.
 
Pour les dames, l'Anthea acier est proposée avec deux nouvelles animations joaillerie : l'une sertie de 46 brillants et l'autre sertie de 132 brillants. Et depuis plus de dix ans, peu d’informations sur la marque, peu de nouveauté, aucune communication… La belle s’était endormie !
 
En cette fin d’année 2023 et dans le cadre d’un développement historique pour l’industrie horlogère suisse, Breitling a donc annoncé cette semaine l’acquisition d’Universal Genève, écrivant ainsi un nouveau chapitre de la marque célèbre pour ses modèles iconiques et sa riche histoire.

Nul doute que ce choix (hautement) stratégique promet de redorer le blason d’un nom prestigieux dans l’univers de l’horlogerie de luxe. « Malgré notre enthousiasme, nous sommes conscients de la tâche qui nous attend et du profond héritage que nous devons préserver », a déclaré Georges Kern, PDG de Breitling.
 
« La marque Universal Genève était autrefois considérée comme le couturier de l’horlogerie, réputée pour ses mouvements maison et ses modèles mythiques. Les passionnés d’horlogerie ont toujours rêvé de la voir revenir définitivement sur le devant de la scène » indique de son côté Alfred Gantner, cofondateur de Partners Group et président du conseil d’admnistration de Breitling.
 
« Reconstruire une marque au passé si riche n’est pas une entreprise à court terme : nous allons tout mettre en œuvre pour permettre à Universal Genève d’occuper une place de premier plan au cours des années à venir. Une équipe dédiée va être mise en place pour permettre à Breitling et à Universal Genève de fonctionner comme des maisons distinctes » poursuit de son côté Georges Kern.
 
Aujourd’hui, le destin de Universal Genève et celui de Breitling sont étroitement liés (a priori, UG devrait se situer dans un segment de prix supérieur à Breitling). En tant que spécialistes du chronographe, les deux marques ont été autant rivales qu’alliées, mais elles sont prêtes à vivre à nouveau côte à côte, tout en conservant leur propre identité et en développant leur indéniable ingéniosité.

Maintenant qu'Universal Genève est redevenue suisse... Affaire à suivre !

Dernière minute : il semblerait que Breitling soit à la recherche d'une deuxième marque à racheter. 

Montres-de-luxe.com | Publié le 13 Décembre 2023 | Lu 9930 fois






Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail