Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Concord C1 : lancement officiel et mondial jeudi dernier chez Colette à Paris


La marque Concord, du groupe américain Movado est fin prête à (re)décoller. En effet, après de longues années marquées par une remarquable… absence, une toute nouvelle équipe a fait tabula rasa du passé pour repartir sur de nouvelles bases. Pour preuve, le lancement mondial jeudi dernier à Paris, chez Colette, d’un tout nouveau modèle : la Concord C1, une montre à la forte personnalité qui ne devrait pas passer inaperçue dans les semaines à venir… D’autant que Concord confirme ce retour en annonçant d’ores et déjà de belles pièces pour Bâle 2008.


Concord C1
Seize mois. Il aura fallu seize mois à la nouvelle équipe Concord, dirigée par Vincent Perriard, pour se remettre en piste.

On avait découvert, début novembre 2007, les premières photos de leur nouveau bébé : la C1, qui sur le papier paraissait plutôt réussie… Une impression confirmée, voire affirmée, lors de la conférence de presse qui s’est tenue jeudi dernier à Paris chez Colette.

En effet, ce jour là, une partie de l’équipe était présente dans ce temple de la mode parisienne pour présenter à quelques journalistes, les premières pièces symbolisant le « retour en vol » de cette marque oubliée des amateurs de montres. Exit Concord et ses mouvements à quartz. Concord est à nouveau en piste, fin prêt au décollage, mais dans une toute nouvelle direction.

« En seize mois, on a réinventé la marque. C’est un vrai pari, un changement très courageux (…). Plus qu’une évolution, c’est une véritable rupture avec le passé » souligne Vincent Perriard, jeune directeur général de Concord, avant de présenter en détail la C1 dont la commercialisation a démarré en exclusivité chez Colette et chez Chronopassion.

Deux boutiques incontournables. La première pour une question d’image, puisque c’est LE magasin où la jet-set et tous les early-adopters du monde entier font leurs courses et lancent les modes ; la seconde, parce que tous les amateurs de montres savent bien qu’il s’agit de l’une des adresses parisiennes où l’on trouve les pièces –parmi- les plus exceptionnelles. « Ce n'est pas une montre de plus mais une véritable personnalité affirmée » affirme Laurent Picciotto, patron de Chronopassion qui a suivi l’évolution du projet depuis sa genèse.

Concord C1

Concord C1
Pour cette nouvelle « escadrille » de la marque, deux versions de base sont proposées : une C1 Big Date automatique qui représente l’entrée de gamme (dans les 7.500 euros pour le modèle en acier) et un chrono (dans les 10.000 euros) qui s’annonce d’ores et déjà comme la vedette du renouveau Concord.

La C1 est imposante, racée et esthétique. Son boîtier monumental est d’une solidité extrême. « La boîte est très complexe. Elle constituée de 42 éléments, ce qui est énorme » souligne Vincent Perriard. Et d’ajouter : « Cette montre ‘reconstruite’ (ndlr : la campagne publicitaire de la marque communique sur le thème de ‘the watch reconstructed’) a été un vrai challenge. Un véritable cauchemar à fabriquer autour d’un ADN fort, d’autant que nous n’avons eu que seize mois pour travailler ».

Au final, on se retrouve avec un modèle large (diamètre de 44 mm) mais sans excès et épais (16.7 mm), qui s’inscrit tout à fait dans l’air du temps. « On a exagéré le produit, même si on s’inscrit résolument dans une tendance qui existe déjà, celles des grosses montres » remarque encore Vincent Perriard. Plus concrètement, la boîte bénéficie d'un mode d'assemblage qui a la propriété d'absorber les chocs et optimise donc la solidité de la montre qui est étanche à 200 mètres. Un anneau de protection en métal gainé de caoutchouc, fixé latéralement par des vis autobloquantes est rehaussé de huit éléments qui chevauchent la lunette. Ces bastions protègent une glace saphir de 3,30 mm d'épaisseur qui émerge littéralement de la boîte.

Deux autres caractéristiques symbolisent le renouveau de Concord. La première concerne le système d’attache du bracelet. « On a supprimé les cornes. Ce qui permet à ce modèle de 44 mm de mieux s’adapter aux différents poignets » remarque le patron de Concord. De fait, après l’avoir essayé, il est vrai que ce système permet à la montre de bien se poser sur tous les types de poignets : des plus fins (ceux des femmes par exemple) aux plus épais. Par contre, si la version dotée du bracelet caoutchouc est particulièrement réussie, en revanche, celle sur bracelet acier est moins convaincante.

Concord C1

Seconde caractéristique de la collection C1 : un cadran qui se distingue par une construction en strates dont la profondeur et la perspective sont accentuées par des effets d'ombres et de lumières. Réalisé en fibre de carbone et en métal usiné, il est ceint d'index appliques creuses, remplies de matière luminescente, et survolé par des aiguilles, également luminescentes.

Quand aux mouvements (actuellement sur base Lajoux-Perret ou Valgranges), ils sont tous certifiés par le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC). Toutefois, pour la suite, Concord travaille avec les horlogers de chez Ebel (groupe Movado également) pour développer des mécanismes qui seront réservés à la collection C1. « Plus qu’une question d’image c’est une réalité industrielle, puisque vous savez qu’il n’y a plus de mouvements » souligne Vincent Perriard.

Audace, savoir-faire et avant-garde : trois maîtres mots gravés sur le fond de chaque boîtier. Et effectivement, la marque nous réserve encore de belles surprises illustrant parfaitement le nouveau sceau de la marque. Ainsi, pour Bâle 2008, Concord nous a d’ores et déjà préparé quelques bonnes surprises qui s’annoncent comme « une extension de la ligne de base ». Un modèle femme de taille et de forme identiques est prévu en version blanche avec diamants. Mais Concord nous a également concocté une splendide version de 47 mm, la C1 GMT sur mouvement Dubois Dépraz et un autre garde-temps doté d'un Tourbillon placé à l’extérieur du boîtier et positionné verticalement, puisque comme le rappelle Vincent Perriard, « le tourbillon fonctionne mieux à la verticale qu’à l’horizontal ».

Maintenant Concord est bel et bien en bout de piste. Le décollage est imminent et le succès pourrait bien être supersonique… C’est tout ce qu’on leur souhaite. Bon vol.

Jean-Philippe Tarot pour www.montres-de-luxe.com

Pour aller plus loin, lire aussi :
C1 Chronographe : Concord revient dans la course avec un modèle hors norme et très viril
The Watch Reconstructed : Concord affirme sa nouvelle identité horlogère par le biais de cette nouvelle campagne de publicité

Montres-de-luxe.com | Publié le 9 Décembre 2007 | Lu 4638 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances



Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail