Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Doxa et Aqua Lung : ils repartent ensemble à l'aventure


Pour marquer la présentation de la première montre de plongée Doxa, la Sub 300 en carbone forgé, Jan Edöcs, le patron de la marque horlogère indépendante Doxa Watches a repris contact avec la société Aqua Lung (spécialisée dans la fabrication d’équipements de plongée) pour renouer officiellement une relation établie il y a plus de cinquante ans en arrière. Probablement le début d’une longue collab’.


Remontons au début des années 60 et au fameux film oscarisé « Le monde du silence ». La course à l'espace est lancée, la fameuse « new frontier » si chère au président Kennedy. Pourtant, en même temps que le monde dirige son regard vers les étoiles, un autre univers, plus proche mais tout aussi mystérieux nous appelle à l’explorer : la mer et ses profondeurs.
 
Nous sommes en 1964, Urs Eschle, responsable du développement des produits Doxa, imagine très bien où tous ces fascinants documentaires, émissions de télévision et articles de magazines sur les mystères et aventures sous-marines vont nous mener...
 
Certes, les montres de plongée existent depuis plus d’une décennie déjà (les premières remontent à 1953 avec la Fifty Fathoms de Blancpain et la Submariner de Rolex) mais elles sont conçues principalement pour les plongeurs militaires et professionnels et leurs prix sont prohibitifs.
 
Lire aussi : Doxa, la Sub 300 en carbone forgé  

Urs Eschle, lui, envisage un garde-temps fiable mais abordable, conçu spécialement pour un public d’adeptes de la plongée sous-marine de plus en plus nombreux. Il met en place une équipe -notamment avec le plongeur professionnel Claude Wesly, une légende grâce à ses missions avec Jacques-Yves Cousteau et sa participation aux plongées Précontinent I, II, et III initiées en 1962, similaires aux projet Sealab d’étude sur les habitats sous-marins qui sera mené quelques années plus tard par l'US Navy.
 
Et fidèles au principe « une montre de haute qualité à un prix raisonnable » énoncé près d’un siècle auparavant par Georges Ducommun, fondateur de Doxa, ils se mettent au travail...
 
Chaque aspect de ce qui fait d'une montre une véritable « plongeuse » est examiné et réexaminé jusqu’à ce que la meilleure solution soit trouvée. Par exemple, ils optent pour un cadran orange car les tests ont montré que ce coloris offrait une visibilité optimale même à 30 mètres. Mais aussi, ils choisissent une aiguille des minutes plus large, rapidement repérable, car un plongeur mesure le temps en minutes et non en heures.
 
Également, ils équipent cette plongeuse d’un boîtier en acier d’une seule pièce (monobloc) pour assurer une meilleure étanchéité. Et enfin, ils optent pour un bracelet doté d’un cliquet intégré dans la boucle ne pas avoir à ajouter ou retirer des maillons ; ce qui facilite le port de la montre sur une combinaison de plongée.
 
Lire aussi : Doxa : un redéploiement de la marque à l'international et de grandes ambitions

Mais l'innovation la plus marquante, c’est une nouvelle lunette unidirectionnelle avec une double indication mettant le temps de plongée en relation avec la profondeur pour assurer une remontée sans paliers de décompression.
 
À l'époque, la table de plongée sans décompression de l'US Navy était la bible, elle permettait aux plongeurs de surveiller le temps sous l'eau en fonction de la profondeur pour assurer un retour continu à la surface en toute sécurité.
 
Les ingénieurs de Doxa reprennent donc les valeurs de l’US Navy et incorporent deux échelles séparées dans la lunette, l'une orange pour l'anneau extérieur "profondeur" et l'autre noire pour l'anneau intérieur "minutes". Un brevet Doxa.
 
Dévoilée en 1967 et commercialisée l’année suivante, la Doxa Sub 300 s’annonce comme la « première montre de plongée professionnelle véritablement ‘grand public’ ». Et les innovations radicales qu’elle présente en font rapidement la référence pour les professionnels aussi.
 
Jacques-Yves Cousteau, co-inventeur du scaphandre autonome Aqua Lung, père spirituel de la plongée sous-marine moderne et homme d’affaires avisé, apprécie la Sub 300 au point qu'il négocie l'exclusivité de la distribution pour sa société américaine, US Divers. Il aura également un accord avec Blancpain qui produira des plongeuses grand public Fifty Fathoms avec la mention Aqua Lung sur le cadran.
 
Cet accord marque le début de l’histoire entre Doxa et Aqua Lung : les montres vendues par le biais de US Divers arborent sur leurs cadrans le logo Aqua Lung caractérisé par une bouteille d’air comprimé et les tuyaux du détendeur.
 
Pendant la période de conception et développement de la première série, un petit lot de modèles Sub 300 est produit avec un logo Aqua Lung en noir et jaune. Cependant, au cours des essais, cette version sera finalement abandonnée au profit d'une autre avec une meilleure lisibilité.
 
On estime que seuls quelques exemplaires de cette série surnommée « Black Lung » ont été commercialisés. Autant dire qu’ils représentent aujourd'hui le « graal » au sein de la collection Doxa. À noter qu’à partir de 1968, on voit une Sub sur certains poignets des plongeurs qui sautent de la Calypso pour emmener des millions de téléspectateurs sur les missions légendaires de « L’Odyssée sous-marine de l'équipe Cousteau ».
 
Pour rappel, c’est en 1943 qu’Aqua Lung lance la création du premier équipement de plongée moderne, lorsque Jacques-Yves Cousteau et Émile Gagnan inventent le premier poumon aquatique ou « aqua lung », rendant possible l’exploration du monde sous-marin. Aqua Lung reste aujourd’hui une entreprise leader de la conception et de la fabrication de matériel de plongée sous-marine et de sports aquatiques. Son expertise dans le cadre d’applications techniques, militaires et de loisir se traduit par sa distribution dans plus de 60 pays.
image.png image.png  (7.46 Mo)

Montres-de-luxe.com | Publié le 7 Mai 2020 | Lu 617 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances