Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Hamilton en apesanteur


Décidément, c’est à la mode en ce moment… Après Moser, c’est au tour de la marque helvético-américaine Hamilton de tester l’impact de la gravité sur la performance chronométrique de ses calibres. Pour ce faire, l’horloger va participer à une campagne de vols paraboliques du 5 au 16 octobre 2015.



Depuis dix ans, Nicolas Ivanoff le pilote de voltige français ambassadeur Hamilton, l'un des meilleurs de cette discipline et ses montres endurent au quotidien des accélérations allant jusqu’à 10G. Il a été démontré que les accélérations de 0G à 10G ont un impact sur le corps humain. Et rare sont les athlètes comme Nicolas Ivanoff capables de subir une telle accélération sans combinaison anti G.
 
Jusqu’à maintenant, aucune étude n’a véritablement été menée sur l’impact de cette force sur la précision d’une montre mécanique (sauf peut-être à la Nasa). En effet, les performances chronométriques des montres mécaniques sont toujours testées lorsque la pièce est immobile, donc soumise uniquement à la gravité terrestre (1G).
 
Hamilton a donc décidé de mesurer la précision de ses mouvements mécaniques en rejoignant les recherches entamées par ETA depuis début 2013. Du 11 au 21 mai derniers, une première phase de test et de validation de l’équipement de mesure a marqué le début du volet d'étude de la plage 0G à 2G.
 
Du 5 au 16 octobre prochains, à bord de l’A310 ZERO-G de Novespace, cette campagne de tests réalisée dans le cadre des études scientifiques menées par le CNES prendra place à Mérignac (Aquitaine). Un temps de mesure total en impesanteur de 30 minutes (trois vols offrant chacun dix minutes d’impesanteur) devrait permettre d’obtenir des résultats fiables.
 
Des modèles théoriques existent et permettent de calculer les effets de la gravité sur la précision chronométrique en absolu : balourd du spiral, balourd du balancier, frottements sur les pivots du balancier dus au poids du balancier, rattrapage des jeux dans les pivots, etc. Mais cette campagne sera la première à confronter la théorie à des données expérimentales en l'absence totale de gravité (0 G). Les conclusions permettront de focaliser le développement et l’optimisation des performances des montres mécaniques dans deux cas d’utilisations. L’utilisateur sur terre avec de faibles variations gravitationnelles (1G ±1) et l’utilisateur spécifique pratiquant des sports extrêmes. On attend avec impatience les résulats…
 
Rappelons que depuis 2011, Hamilton intègre dans ces montres mécaniques des mouvements exclusifs développés en partenariat avec ETA. Ces calibres offrent des réserves de marche typiques étendues (60 h pour les chronographes, 80h pour les 3 aiguilles) et des possibilités de design élargies (squelette, régulateur, etc.). Souhaitant toujours repousser la recherche et le développement des produits Hamilton, l’étude sera donc menée sur 4 différents mouvements mécaniques. 

Montres-de-luxe.com | Publié le 25 Septembre 2015 | Lu 650 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos