Montres-de-luxe.com

Le retour du pull "cricket"


Alors que le printemps commence à pointer le bout de son nez, petit retour sur un grand classique du vestiaire masculin : le fameux pull cricket (bleu, blanc ou écru) avec son col en V profond bordé de lignes de couleurs et ses torsades que l’on porte sans manche ou à manches longues.



On vient de changer d’heure. Symbole que le printemps est de retour. Enfin, après un hiver long et chaotique fait de confinements, de semi-confinements et de déconfinements… Et de reconfinement.
 
Il est donc temps de reléguer au placard les gros pulls marron, noirs, gris ou bordeaux et de sortir les bleus, les beiges, les couleurs claires et surtout, le fameux "pull cricket" que d’aucuns appellent aussi "pull tennis".
 
Comme toujours pour ce type de vêtement, ses origines réelles sont difficiles à définir avec certitude… Certains estiment qu’il viendrait des parcours de golf, d’autres des pistes de ski dans les années 20 (on le portait alors avec un col roulé). D’autres encore considèrent qu’il est issu des tenues de tennis…

Ce qui semble acquis, c’est que ce pull fait partie de l’équipement officiel de cricket depuis 1840, depuis que la maison londonienne Foster & Co. commença à commercialiser ce vêtement pour le sport. Le tennis moderne datant de 1874, il semblerait donc que les origines de ce pull remonte au cricket… Donc à l’Angleterre.
 
Cela fait près de deux siècle que cet accessoire du vestiaire sportif masculin séduit non seulement les athlètes sur gazon ou terre battue mais également, tout ceux qui aiment porter le « bon vêtement au bon moment et dans les bonnes circonstances ».
 
Généralement, ce pull se caractérise par son motif tricoté en torsades et son col en V profond avec bordure rayée ; des rayures que l’on retrouve souvent aussi, sur le bas du vêtement, à l’horizontal et parfois, sur le bout des manches.

Porté pendant des décennies, c’est Edward VIII qui participera à populariser ce pull sans manche ; il est photographié et peint à de nombreuses reprises, le portant dans une tenue pour le golf.
 
La pratique du sport par les élites européennes s’intensifiera dès les années 1910, mais surtout après la Première guerre mondiale. En effet, les hommes de retour à la vie civile souhaitent s’habiller de façon plus décontractée et plus sportive. Nombreux seront ceux à adopter ce pull le week-end.
 
Ce vêtement va revenir très à la mode dans les années 1970 et 1980 grâce à Ralph Lauren qui puise fortement son inspiration dans l’esthétique Ivy League et WASP est-américaine.

Plus précisément le pull cricket de RL sera relancé sur le marché en 1972. C’est la naissance du style « preppy » ! Depuis d’ailleurs, la marque américaine sort une nouvelle version avant chaque tournois de Wimbledon.
 
Ses rayures symbolisaient à l’origine les couleurs des clubs et ou des équipes pour lesquels le pull avait été conçu. Elles peuvent être bleues, bordeaux, blanches, marron, jaunes, etc. Elles sont associées -ou pas- à un écusson.

De nos jours, les modèles que l’on trouve le plus souvent dans les boutiques, arborent des rayures blanches sur les modèles bleus marine et des rayures bleues sur les pulls blancs ou écrus.
 
Ce vêtement de printemps est généralement proposé en coton, mais en on trouve également en laine, en cachemire et coton ou en 100% cachemire pour les plus luxueux.

Il est livré avec ou sans manche. Dans cette dernière configuration, il est généralement doté de larges échancrures pour faciliter le mouvement des bras ; n’oublions pas qu’il s’agit d’un vêtement aux origines sportives.
 
On préfère nettement la version écrue à rayures bleues ou rouges et bleues (sans écusson et bien évidemment sans logo !) plus facile porter que la version blanche et surtout, plus originale que la version bleue, un peu trop convenue.

Il peut se porter avec ou sans cravate (club ou à motifs, assez épaisse), avec une chemise en oxford, avec un polo et même avec un t-shirt. On l’imagine très bien sur Gatsby, mais également sur les courts de tennis de Roland Garros dans les années 30.

On le voit sur Cary Grant sur un cliché en noir et blanc de 1934 et deux ans plus tard sur l'acteur hollywoodien Robert Taylor. Dans les années 80, Bjorn Borg portait un modèle de chez Fila.

Ce pull se marie très bien avec un pantalon blanc en coton, une flanelle grise, un chino écru ou bleu, un jean et n’a rien de ridicule avec un bermuda, là encore, rappelons ses origines sportives. Il n’a rien d’incongru non plus à être porté avec une veste en tweed ! Bref, un incontournable.
 
L’une des marques les plus réputées pour ces pulls est bien évidemment Ralph Lauren qui illustre le mieux le style preppy de la côte Est des Etats-Unis, mais on en trouve aussi chez J.Crew, Brooks Brothers, Alan Paine ou en France chez Eric Bompard, chez Lacoste (mais avec le crocodile) ou encore chez Berteil.
 
Jean-Philippe Tarot


Montres-de-luxe.com | Publié le 29 Mars 2021 | Lu 1380 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances