Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Le temps qui passe : les événements du futur semblent plus proches que ceux du passé (étude)


On dit que le temps passe, qu’il s’envole, qu’il s’écoule… On trouve parfois le temps long… Nos descriptions du temps sont étroitement liées à nos expériences du déplacement dans l’espace. Une nouvelle étude de la Booth School of Business de l’université de Chicago suggère que les illusions qui influencent notre perception du mouvement dans l’espace influencent également notre perception du temps. Les résultats prouvent que nos expériences de l’espace et du temps sont encore plus liées que nous l’imaginions. Une Intéressante étude sur le temps…



La machine à explorer le temps, DR
« Il nous semble que les experts en psychologie ont négligé un fait important : au quotidien, nous n’évaluons pas le passé et le futur exactement de la même manière », déclare Eugene Caruso, professeur associé de sciences comportementales à Chicago Booth.
 
Grâce aux études sur la perception spatiale, nous savons que nous nous sentons plus proches des objets vers lesquels nous nous approchons que de ceux dont nous nous éloignons, même si ces objets sont exactement à la même distance.
 
Comme nos perceptions du temps reposent sur nos expériences de l’espace, Eugene Caruso et ses collègues sont partis de l’hypothèse que la même illusion influençait probablement notre perception du temps, créant ce qu’ils appellent un effet « Doppler temporel ».
 
En interrogeant des étudiants d’université et des voyageurs dans une gare, les chercheurs ont découvert que les personnes percevaient les délais dans le futur (par exemple dans un mois et dans une année) comme plus proches du présent que des délais équidistants dans le passé (il y a un mois et il y a un an).
 
De même, les participants ayant répondu à une étude en ligne une semaine avant la Saint-Valentin  pensaient que cette fête était plus proche du présent par rapport à ceux interrogés une semaine après la Saint-Valentin.
 
Ces résultats laissent supposer une relation entre le mouvement dans l’espace et les perceptions du temps. Pour établir un lien direct entre les deux, les chercheurs ont réalisé une quatrième étude dans un environnement de réalité virtuelle.

Les étudiants d’université, portant un casque de visualisation, étaient immergés dans une scène présentant une route à deux voies bordée d’arbres, d’éclairages publics et de bâtiments. Certains des étudiants avaient l’impression de marcher vers une fontaine bouillonnante se trouvant au bout de la route. D’autres pensaient qu’ils marchaient à reculons, s’éloignant de la fontaine. Ensuite, les étudiants ont signalé à quelle distance leur semblait être une date (trois semaines plus tard ou trois semaines plus tôt).
 
Seuls les étudiants qui avançaient dans la première partie du test ont signalé que l’avenir leur semblait plus proche que le passé. Ceux qui avaient ressenti un décalage entre leur mouvement (à reculons) et la direction de l’événement (le futur) n’ont pas éprouvé d’effet Doppler temporel. Ces résultats confirment que nos perceptions du temps reposent sur nos expériences du mouvement dans l’espace : nous avons tendance à nous sentir plus proches du futur car nous avons l’impression d’aller dans cette direction.
 
Eugene Caruso et ses collègues soulignent que cette orientation vers le futur n’est pas simplement une excentricité de perception : ils pensent qu’elle sert un objectif important. Nous ne maîtrisons pas encore l’art du voyage dans le temps. Nous ne pouvons donc pas changer le passé. Mais nous pouvons nous préparer à l’avenir. Percevoir les événements futurs comme plus proches peut être un mécanisme psychologique qui nous aide à approcher, à éviter ou à faire face aux événements que nous rencontrons.
 
Les chercheurs espèrent explorer les aspects fonctionnels de l’effet Doppler temporel dans des expériences futures. Par exemple, l’effet est-il associé à un fonctionnement psychologique sain ? Les personnes qui présentent une asymétrie inverse (qui perçoivent le passé comme plus proche que le futur) sont-elles plus sujettes à des émotions négatives telles que la rumination et la dépression ? Le fait d’éliminer cet effet nous rend-il moins apte à créer des projets et à prendre des décisions pour l’avenir ?
 
Selon Eugene Caruso, « cette étude est très importante car l’idée de la distance psychologique est essentielle dans la théorie et la recherche, dans chacun des sous-domaines de la psychologie (sociale, du développement, cognitive, clinique). Cependant, l’hypothèse implicite que la distance avec le passé est la même que celle avec le futur, existe toujours. »
 
Bien que les philosophes puissent débattre de la direction du temps, ces études suggèrent que notre expérience subjective du temps a clairement une direction. « Nos travaux suggèrent plutôt qu’il existe chez les personnes une différence systématique des perceptions de la distance avec le passé et avec le futur », conclut Eugene Caruso.
 
C’est peut-être pour cela que nous continuons à acheter des montres, car celle que nous nous sommes offerts l’année dernière nous parait plus éloignée que celle que nous allons acheter l’année prochaine. A vos catalogues !  
 
Cette étude, réalisée par Eugene Caruso, et plusieurs autres de ses collègues, est publiée dans Psychological Science, un journal de l’Association for Psychological Science.

Montres-de-luxe.com | Publié le 19 Mars 2013 | Lu 531 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos