MeisterSinger Circularis automatique : Old radium en mode "vintage"


La Circularis (43 mm) de chez MeisterSinger fut le tout premier modèle de cette marque spécialisée dans les garde-temps monoaiguilles à être doté d’un calibre « manuf ». C’était en 2014 et c’était un mouvement à remontage manuel. En 2016, elle est passée à l’automatique et aujourd’hui, elle se fait vintage avec cette version Old Radium. Compter 5.250 euros.



En 2014, MeisterSinger dévoilait son premier mouvement développé en interne : le MSH01. Embarquant deux barillets, ce large calibre à remontage manuel de 14 lignes ½ assurait une réserve de marche de 5 jours...
 
Grâce à leur montage en série, l’énergie transmise aux rouages était plus homogène qu’avec un seul barillet, ce qui permettait d’obtenir une marche plus précise : un point capital pour les montres MeisterSinger. En effet, étant équipées d’une seule aiguille, la précision de cette dernière s’avère donc primordiale !
 
Parti de cette base, en 2016, MS a ajouté sur son calibre, un rotor comportant du tungstène (ce qui le rend plus efficace pour le remontage, le tungstène étant un métal dense), capable d’alimenter en énergie, les deux barillets.
 
Le logo MeisterSinger est gravé sur la masse oscillante partiellement squelettée afin d’offrir une vision plus détaillée de la géométrie de ce nouveau mouvement automatique baptisé MSA01. A noter des finitions soignées telles que les phases anglées et polies à effet miroir, les gravures ornées d’or, sans oublier le pont de rouage dont la géométrie inhabituelle donne au mouvement son aspect unique.

Il s’agit donc du tout premier calibre « maison » automatique de MeisterSinger. Baptisé MSA01, il offre une belle réserve de marche de cinq jours soit 120 heures. Il permet, par le biais de sa monoaiguille d’afficher l’heure et le minutes en même temps, mais indique également la date.
 
Rappelons que le radium était employé au début du 20ème siècle -et après d’ailleurs, sur les cadrans des garde-temps qui étaient dotés d’index en radium, matière luminescente qui permettait de voir l’heure dans la nuit ou la pénombre… D’où le nom de Radiomir d’ailleurs... Sauf que cette matière était radioactive. Elle a donc été abandonnée !
 
A la différence de son aînée, cette nouvelle pièce de 43 mm est montée sur un boîtier en acier brossé mat lui donnant un style moins classique par rapport à une surface totalement polie. Affichant une typographie claire sur un cadran noir, les chiffres des heures sont recouverts d’une matière luminescente de type « Old Radium » qui offre un look résolument vintage tout en permettant de lire l’heure dans l’obscurité.
 
Traitée à l’identique, l’aiguille unique accentue l’impression que l’ensemble a été patiné au fil du temps. A noter la point de rouge qui dynamise le cadran à midi, 6h, 3h et 9h sur la pointe de l’aiguille. Le guichet date se trouve quant à lui à 6h.
 
Le fond transparent du boîtier permet d’apprécier le soin des finitions du calibre. Cette nouvelle MeisterSinger se porte sur un bracelet en veau brun vintage qui lui convient parfaitement…


Montres-de-luxe.com | Publié le 23 Octobre 2019 | Lu 1143 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos