Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Patek Philippe Aquanaut réf 5168G kaki : militaro-chic


Patek Philippe poursuit cette année le développement de sa collection Aquanaut en or gris avec l’arrivée d’une deuxième version (après celle de l’année dernière en cadran bleu) dotée d’un beau cadran vert kaki associé à un bracelet de la même couleur. Une montre imposante, chic et sportive avec un twist de style militaire.



Avec la Nautilus, l’Aquanaut (présentée à l’origine à Bâle 1997) est l’une des montres les plus désirables au monde. Elle sait se faire rare en boutique et son prix ne cesse de grimper sur le marché de l’occasion. Quelque soit sa référence d’ailleurs. Il faut juste éviter de l’acheter sur bracelet acier puisque tous les amateurs ne jurent que par la version sur « caoutchouc »… Et le fait est qu’ils ont raison.
 
La 5168G est la toute première Aquanaut pour hommes en or gris, un métal se distinguant (légèrement) de l’acier par son éclat un peu plus chaud. Comme les autres Aquanaut -de même que les Nautilus d’ailleurs-, son design avec lunette octogonale aux angles adoucis rehaussé de finitions satinées verticales sur le dessus et polies sur les flancs en biseau, reste inchangé.
 
Avec ses 42,2 mm, ce modèle s’impose comme la plus (la trop ?) grande des Aquanaut ; le fait est que sa taille risque de ne pas convenir à tous les poignets, notamment à cause de la présence du bracelet caoutchouc intégré. C’est un peu dommage.
 
Ce diamètre, indique la manufacture genevoise dans son communiqué, « rend hommage à la Nautilus d’origine (1976), surnommée Jumbo, de taille identique, qui est encore désignée aujourd’hui par les collectionneurs sous cette appellation ». Petite précision, les amateurs d’Aquanaut surnommaient déjà la réf 5167A, la « Jumbo ». Attention aux confusions donc.

Cette nouvelle couleur n’est pas tout à fait nouvelle… En effet, comme le savent les amateurs de Patek, la manufacture genevoise a d’ores et déjà réalisée une Aquanaut kaki en référence 5167A. Mais selon la légende, elle n’aurait été produite qu’en trois exemplaires… Bref, elle a déjà existé, mais ces trois modèles sont tout simplement rarissimes !
 
Le cadran kaki est mat. Ce qui correspond parfaitement au style militaro-sportif de ce modèle. Sur le fin relief en damier (qui n’est pas sans rappeler une grenade ou une mappemonde) se détachent des chiffres arabes appliques en or gris posés à la main, soulignés de revêtement luminescent Superluminova pour une lisibilité optimale même dans l’obscurité.
 
Parmi les autres innovations distinguant la 5168G, figurent aussi les index appliques en or gris luminescents marquant les cinq minutes, au-dessus desquels tournent des aiguilles des heures et des minutes de type « bâton » pointues, avec revêtement luminescent, ainsi qu’une fine aiguille des secondes de type « parfil », avec contrepoids, en bronze laqué blanc.

Côté moteur, cette belle sportive est dotée du calibre automatique manufacture 324 S C visible à travers le fond saphir du boitier. Avec ses 3,3 mm d’épaisseur, ce mouvement affiche une telle finesse que même la montre complète, malgré d’importants joints d’étanchéité (sans être une « plongeuse » véritable, elle est étanche à 120 m), conserve une épaisseur très raisonnable (8,25 mm).
 
Le rotor central en or 21 carats stocke efficacement l’énergie à chaque geste du poignet avec un écart de marche maximum de –3 à +2 secondes par jour, conforme aux prescriptions du Poinçon Patek Philippe.

Les ponts s’ornent de Côtes de Genève parallèles, de trous moulurés et polis pour les rubis et les vis (ces dernières avec pourtours et fentes anglés), de gravures dorées et d’arêtes anglées en arrondi soulignant la forme de chaque pièce.

Le rotor présente en son centre, autour du roulement à billes, un décor perlé, tandis que sa découpe et sa fonction sont soulignées par des Côtes de Genève circulaires – sans oublier la grande croix de Calatrava gravée, marque déposée de Patek Philippe. 
 
Une croix de Calatrava gravée que l’on retrouve également sur la boucle déployante à poussoirs et à double sécurité en or gris fermant le bracelet en composite kaki qui s’accorde au cadran et au relief en damier typique de l’Aquanaut. Compter dans les 35.000 euros.



Montres-de-luxe.com | Publié le 25 Mars 2019 | Lu 4623 fois


Alpina | Anonimo | Armin Strom | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Chronoswiss | Citizen | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | F.P. Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | HYT | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Junghans | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Mido | Montblanc | Movado | Moser | Nomos | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | SevenFriday | Speake-Marin | Swatch | Tag Heuer | Tiffany | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques