Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Patek Philippe Répétition minutes et alarme : 30 exemplaires d'un calibre qui ne sera jamais reproduit


La maison Patek Philippe vient de dévoiler une série ultra-limitée de 30 exemplaires dotées d’un nouveau mouvement exclusif fabriqué en hommage à Philippe Stern, dont le visage apparait sur le cadran en émail grand feu noir en peinture miniature. Un garde-temps d’exception de 41 mm en platine doté de la fonction répétition minutes et alarme sonnant à l’heure programmé. Détails.



La presse professionnelle avait entendu parler de la sortie prochaine d’une pièce d’exception chez Patek Philippe. La montre d’un fils en hommage à son père. La montre de Thierry Stern en hommage à Philippe Stern, son papa qui, cette année, célèbre ses 85 printemps.
 
Rappelons que Philippe Stern fut le président de la manufacture pendant seize ans, de 1993 à 2009 et qu’il est encore actuellement, président d’honneur de Patek Philippe.
 
Ce pour lui que son fils a fait développer une nouvelle montre à sonnerie avec répétition minutes et alarme sonnant l’heure programmée sur les deux timbres du mécanisme de répétition. Une série limitée à 30 exemplaires, dotée de ce nouveau mouvement exclusif qui ne sera jamais réutilisé ! Un « one shot » horloger en quelque sorte.

On le sait, depuis sa fondation en 1839, la manufacture Patek Philippe s’est imposée comme étant une spécialiste des montres à sonneries, qu’il s’agisse de sonneries au passage (grande sonnerie, petite sonnerie) ou de sonneries à la demande (répétitions).
 
Les collectionneurs et les plus anciens d’entre-nous se souviennent qu’en 1989, à l’occasion du 150e anniversaire de la maison, Philippe Stern (alors directeur) signa le grand retour de la répétition minutes au format montre-bracelet en lançant le fameux calibre R 27 à remontage automatique, premier mouvement de ce type intégralement conçu et fabriqué à l’interne.
 
Depuis lors, les répétitions minutes ont repris, au fil des ans, une place privilégiée dans l’offre de Patek Philippe –jusqu’à constituer aujourd’hui, la plus vaste collection de montres-bracelets à répétitions minutes en production courante.

Cette dernière comprend une douzaine de garde-temps en catalogue proposant cette « Grande Complication » seule ou combinée à d’autres fonctions (grande et petite sonnerie, tourbillon, quantième perpétuel, chronographe, Heure Universelle, etc.).
 
En cette fin d’année 2023, pour fêter le 85e anniversaire de Philippe Stern, Thierry Stern (quatrième génération de la famille Stern, nommé président en 2009 à la place de son père) a décidé de lui rendre hommage en créant une série spéciale de trente montres abritant un tout nouveau mouvement développé uniquement pour cette pièce et qui ne sera jamais réutilisé.
 
Une montre portant la référence 1938, année de naissance de Philippe Stern. Le choix s’est tout naturellement porté sur une répétition minutes, complication préférée de Philippe Stern, alliée à une fonction sonore exclusive : une alarme sonnant l’heure programmée.

Ce mécanisme sophistiqué constituait l’une des cinq fonctions sonores et l’une des deux premières mondiales brevetées dévoilées en 2014, pour le 175e anniversaire de la manufacture, sur la Grandmaster Chime référence 5175, la montre-bracelet PP la plus compliquée (20 complications), équipée du calibre 300 « GS AL 36-750 QIS FUS IRM » à remontage manuel.
 
Entrée en collection courante en 2016 sous la référence 6300, la Patek Philippe Grandmaster Chime allie une grande sonnerie, une petite sonnerie, une répétition minutes, une répétition de la date sonnant le quantième à volonté et une alarme sonnant l’heure programmée.
 
Reprendre cette fonction d’alarme sonnant l’heure programmée pour l’intégrer à l’emblématique calibre R 27 s’est avéré une tâche des plus ardues et d’une grande complexité. Le développement du nouveau calibre R AL 27 PS à remontage automatique de 561 composants a contraint les ingénieurs de la maison à repenser en profondeur le mécanisme de répétition minutes pour accueillir l’alarme.

Plus concrètement, le défi était de créer un garde-temps sonnant la répétition minutes ET l’alarme sur les deux mêmes timbres classiques, tout en conservant le système de verrou logé dans le flanc gauche du boîtier, véritable signature visuelle des répétitions minutes Patek Philippe.
 
Il fallait pour cela, qu’après l’activation du verrou, le mouvement soit capable aussi bien de sonner instantanément l’heure affichée sur le cadran (en mode répétition minutes) que de mettre en attente la sonnerie jusqu’à ce que l’heure affichée corresponde à l’heure programmée (en mode alarme).
 
Contrairement aux répétitions minutes classiques, où l’armage via le verrou provoque instantanément le déclenchement de la sonnerie, l’adjonction d’un système d’alarme imposait donc de pouvoir débrayer le barillet de sonnerie par rapport au mécanisme d’entraînement des pièces de sonnerie (pièce des quarts, pièce des minutes, bec des heures).

Toutes ces contraintes techniques ont entraîné l’ajout de 227 composants (c’est énorme) dont un système de bascule et roue à colonnes pour la sélection du mode de sonnerie et un dispositif de fusée avec détente de sonnerie utilisé pour déconnecter temporairement la source d’énergie (tambour de barillet de sonnerie) du mécanisme de sonnerie –un système réservé d’ordinaire aux montres à grande sonnerie.
 
Le développement du calibre R AL 27 PS (48h de réserve de marche) a entraîné le dépôt de quatre nouveaux brevets pour des mécanismes permettant notamment de passer en toute sécurité d’un mode de sonnerie à l’autre, de différer la sonnerie de l’alarme jusqu’au moment opportun.
 
Il s’agissait en effet, d’assurer dans tous les cas une séquence des coups correcte « heures, quarts et minutes » et de garantir que le barillet de sonnerie est toujours armé à fond à chaque activation du verrou – afin que la montre puisse toujours sonner, si nécessaire, jusqu’à 31 coups pour l’alarme (12h58).

Le barillet de sonnerie a été par ailleurs doté d’une bride glissante afin d’éviter toute surtension dans le ressort.
 
Comme sur toutes les montres compliquées Patek Philippe, la sophistication technique s’accompagne d’une grande simplicité d’emploi. Une philosophie de conception entièrement tournée vers l’utilisateur. La montre est compliquée, mais pas son utilisation au quotidien !
 
Dans cet esprit, le poussoir logé dans la couronne permet de sélectionner le mode de sonnerie, lequel s’affiche dans un petit guichet en forme de cloche à 3h. Lorsque la montre est en mode répétition minutes (cloche noire), l’utilisateur peut à tout moment activer le verrou pour entendre sonner les heures, les quarts et les minutes écoulées depuis le dernier quart.

Et lorsque la montre est en mode alarme (cloche rouge), il faut encore activer le verrou pour armer l’alarme (cloche passant du rouge au blanc). Quand l’alarme est activée et qu’elle n’a pas encore sonné (cloche blanche), il est possible de revenir en mode répétition minutes en appuyant sur le poussoir sans que la sonnerie ne se déclenche.
 
Le réglage de l’heure d’alarme sur 12 heures s’effectue de quart d’heure en quart d’heure grâce à la couronne tirée en position intermédiaire et à l’aiguille centrale de type Breguet en or rose pointant l’échelle poudrée or rose à la périphérie du cadran.
 
Pour faire entendre un maximum de coups, l’alarme de la référence 1938P-001 sonne toujours deux minutes avant l’heure programmée. Ainsi, si l’on a réglé l’alarme sur 3 heures, au lieu de trois coups graves (qui pourraient facilement passer inaperçus), la montre égrènera deux coups graves, trois doubles coups aigu-grave et 13 coups aigus, soit 21 coups au total. Un véritable intermède musical.

Des systèmes de sécurité empêchent aussi tout dommage en cas de mauvaises manipulations – comme des armages successifs du verrou alors que l’alarme est déjà activée ou une mise à l’heure du mouvement alors que la montre est en train de sonner.
 
Mais au-delà des complications de cette montre, ce qui la rend unique et si spéciale, c’est bien évidemment le portrait de Philippe Stern réalisé en peinture miniature sur émail Grand Feu !
 
Cet hommage d’un fils à son père (un peu l’inverse de la fameuse campagne de Patek Philippe où les montres se transmettent de père en fils) s’affiche sur le cadran en or 18 carats avec ce portrait en peinture miniature, émail blanc et gris, sur un fond en émail Grand Feu noir.
 
Un petit tableau dessiné touche par touche –fruit de l’un de ces métiers de haut artisanat que le président d’honneur de la manufacture s’est attaché à perpétuer. Le passage du temps est rythmé par des chiffres appliques et aiguilles heures/minutes de type Breguet en or gris contrastant avec l’or rose de l’aiguille et l’échelle de l’alarme.
 
Le boîtier en platine entièrement poli à la main affiche un diamètre de 41 mm. Avec ses attaches droites et ses barrettes vissées, il rappelle lui aussi l’une des créations chères à Philippe Stern lorsqu’en 1989, dans le cadre du 150e anniversaire de la manufacture, il lança la série limitée référence 3960 – un garde-temps de style Officier rappelant les toutes premières montres-bracelets du début du XXe siècle.
 
Le platine a été choisi pour sa noblesse, mais aussi parce qu’il représente acoustiquement le plus grand défi pour une répétition minutes si l’on veut obtenir le vrai « son Patek Philippe » apprécié par les connaisseurs. Et comme toutes les montres Patek Philippe en platine, la référence 1938P-001 est sertie d’un diamant placé discrètement (juste pour le porteur) sur la carrure à 6h.
 
Ce boîtier est par ailleurs doté d’un fond en verre saphir protégé par une cuvette à charnière gravée à la main avec l’inscription « À mon père, 85 ans de passion horlogère ».
 
Le verre saphir permet d’admirer les finitions particulièrement soignées du nouveau calibre R AL 27 PS à remontage automatique, notamment les ponts et marteaux aux angles dorés et le mini-rotor en or jaune 22 ct rhodié, avec angles en or jaune et gravure main laquée noire reproduisant la signature de Philippe Stern.
 
Ce garde-temps d’exception se porte sur un bracelet en alligator noir brillant, écailles carrées, avec boucle déployante en platine.

Montres-de-luxe.com | Publié le 13 Novembre 2023 | Lu 5905 fois






Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail