Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Renaud Lavillenie, ambassadeur de l'horloger française BRM


Alors que le perchiste français de 34 ans a confirmé son retour en pleine forme en franchissant 6,06m le 27 février au All Star Perche, chez lui, à Aubière (Auvergne), l’horloger BRM annonce que l’athlète fait désormais partie de ses ambassadeurs. Il porte un modèle ultra-léger en Makrolon fait sur-mesure (SP6-44).


Ce début d'année 2021 a été riche en performances, en quoi consiste votre entrainement quotidien pour atteindre un tel niveau ?
Le quotidien est rythmé par du travail de préparation physique générale : des séances de musculation, exercices de course, travail de vitesse mais aussi du travail technique avec des séances de sauts pour toujours chercher à aller plus haut.
 
Sur une semaine classique, c’est entre 5 et 8 séances d’entrainements et il faut rajouter le travail avec le kiné pour la récupération qui est une partie très importante dans la performance.
 
Les marques de montres sont nombreuses, pourquoi avez-vous choisi de porter une montre B.R.M Chronographes (que vous gardez d’ailleurs lors de vos sauts) ?
Les marques de montres sont nombreuses mais les marques de luxe françaises le sont bien moins. C’est l’une des raisons qui m’a poussé à me rapprocher de B.R.M Chronographes.
 
J’avais eu la chance de porter une B.R.M lors d’un shooting pour un magazine sportif en 2014 et j’avais adoré cette montre (la RG-46), sa légèreté et son design m’avaient plu.
 
Et puis j’apprécie particulièrement l’excellence française, ces montres sont faites sur-mesure, ce sont des pièces uniques et c’est quelque chose que j’adore. Depuis que j’ai la mienne (une SP6-44), il m’est impensable de faire une compétition sans. Avec sa légèreté (moins de 50 grammes) je ne ressens rien sur le poignet, mais je suis toujours à l’heure ! Enfin presque…
 
Pouvez-vous nous raconter comment vous avez rencontré Mr. Bernard Richards ?
Après quelques contacts par mail et téléphone, nous nous sommes rencontré durant l’hiver 2020 lors d’un transit de ma part via Paris à l’aéroport. Ce fut un échange passionnant, parlant de moto pendant les 45 premières minutes pour ensuite entrer dans le vif du sujet.
 
Il m'a montré différentes pièces maîtresses de montres qu’il avait apporté afin que je puisse constater la précision et la légèreté de ces dernières. À ce moment-là, j’ai découvert la passion de Bernard pour la précision et la compétition, le lien entre nous a été très facile.
 
Vous êtes aussi collectionneur de motos, prenez-vous le temps de rouler ?
En fonction de la période de l’année et de la météo, j’essaye de toujours trouver un peu de temps pour rouler… Que cela soit à deux ou quatre roues, en balade ou sur circuit. Cela me permet de m’évader un peu, de changer d’air.
 
Bien sûr, à l’approche d’échéances importantes je suis raisonnable, mais rien que de prendre une moto pour aller au stade, même 10 minutes, c’est déjà un vrai plaisir. J’ai la chance d’habiter une région avec de belles routes auvergnates, autant en profiter.
 
Pendant la pandémie, comment un athlète de haut niveau comme vous parvient-il à se protéger tout en continuant l’entrainement et la compétition ? 
C’est une situation particulière. Nous sommes déjà privilégiés de pouvoir continuer à nous entrainer et donc ainsi préparer les échéances importantes avec notamment les Jeux Olympiques de Tokyo cet été.
Au quotidien, on a du apprendre à laisser un peu plus d’espace entre nous athlètes, mais également avec notre staff. Cela n’est pas tous les jours facile, notamment lorsque l’on a de fortes émotions que l’on aime partager, même si nous sommes testés régulièrement, nous savons qu’il n’y a pas de risque zéro.
 
Sur le fond, les entrainements sont les mêmes et cela nous aide à pouvoir garder notre niveau de performance. Par contre, les contacts avec des personnes extérieures à notre quotidien sont beaucoup plus limités. On a assimilé cela maintenant et quand on y est obligé, la distanciation se fait très naturellement.
 
Avez-vous des conseils pour les jeunes qui voudraient, comme vous, réussir dans leur carrière d'athlète ?
Pour moi, la première des choses c’est d’aimer ce que l’on fait. Sans la passion, il sera toujours plus difficile de prendre de grandes décisions importantes… Avec la passion, ce que les autres voient comme des sacrifices ne sont pour nous que des étapes vers les objectifs pour la réussite.
 
Il ne faut pas avoir peur de croire en ses rêves et se donner les moyens d’y arriver peu importe ce qu’il peut se dire autour de vous. Et surtout il ne faut jamais regretter d’avoir essayé !

Montres-de-luxe.com | Publié le 15 Mars 2021 | Lu 2625 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances