Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Royal Oak Audemars Piguet titane : en vent de légèreté souffle sur la 15202


Depuis plus de quatre décennies, le succès de la Royal Oak 15202 d’Audemars Piguet ne s’est jamais démenti. Après la version en or en 2017, elle nous revient cette année dans une déclinaison en titane et platine associée à un splendide cadran bleu fumé « petite tapisserie ». Une montre de toute beauté, tout simplement.



Il y a un avant et un après Royal Oak dans l’histoire de l’horlogerie moderne. Lancée en 1972 par Audemars Piguet, la première montre de sport de luxe était déjà en avance sur son temps. La légende prétend même qu’elle fut dessinée en une nuit, comme souvent, lorsqu’il s’agit d’un coup de génie et d’une fulgurance créative.
 
Quarante-cinq ans plus tard, la Royal Oak est devenue une véritable icône de l’horlogerie moderne. Et pour une fois, le terme d’icône n’est pas usurpé ! En effet, cette montre a marqué d’une empreinte forte l’histoire d’AP ; c’est l’un des best-sellers de la manufacture du Brassus.
 
Après l’or pour célébrer son 40ème anniversaire l’année dernière, c’est au tour du titane et platine de faire son apparition en 2018. Mais avant d’aller plus dans le détail de cette pièce, revenons sur l’histoire de cette légende.
 
L’année 1972 marque un tournant décisif dans l’histoire de l’horlogerie moderne. Avec le lancement de la Royal Oak, rien ne sera plus jamais comme avant. L’avènement à cette date de cette montre de sport de prestige ne répondant à aucun des codes de l’horlogerie de tradition, va faire bouger les lignes.

Un prestigieux mouvement mécanique extra-plat (base Jaeger) dans un boîtier en acier au prix d’une montre en or : le défi était suffisamment téméraire pour que rares soient les observateurs à parier sur le succès de cette montre hors norme dessinée par le designer Gérald Genta pour Audemars Piguet et présentée au salon de Bâle au printemps 1972. Une quarantaine d’années plus tard, le bien-fondé de la démarche n’est plus à démontrer.
 
Le décollage ne fut pourtant pas immédiat car l’époque était en outre aux montres de petites tailles et la Royal Oak -et ses 39 mm- faisait figure de montre hors normes. Elle l’était en effet. Cependant la révolution qu’elle allait insuffler dans l’univers de l’horlogerie n’en était qu’à ses prémices...
 
En quelques années, cette montre au design « différent » on la dirait « disruptive » de nos jours, séduit un public d’initiés (Alain Delon la porte dès 1975 dans le film Comme un boomerang). Des collectionneurs tels que des hommes d’affaires comme le célèbre Giovanni Agnelli, emblématique patron de Fiat, ou d’autres figures de la jet-set internationale l’adoptent.
 
Audemars Piguet Royal Oak Extra-plate 39mm 15202… S’il ne fallait en retenir qu’une pour l’histoire, ce serait assurément celle-là ! Elle est « LA » Royal Oak qui fait tourner les têtes et les esprits depuis 1972 et qui marque durablement de son empreinte l’histoire de l’horlogerie contemporaine.

Cette nouvelle référence en titane et platine arbore le même boîtier que la version acier ou or et abritent le même mouvement mécanique extra-plat. Les amateurs apprécieront le cadran à motif « Petite Tapisserie » (ici en bleu fumé, ce qui permet de la distinguer au premier coup d’œil de la version en acier) qui caractérisait déjà la Royal Oak de 1972.
 
Ce décor est façonné à l’interne sur des machines anciennes selon la technique du ramolayage. Ce procédé permet de réaliser simultanément la découpe des carrés ainsi que le maillage des fins sillons qui s’y glissent. Cette superposition de deux décorations, unique aux cadrans Royal Oak, leur donne un éclat incomparable.
 
Le diamètre de 39 mm, considéré comme démesuré il y a quarante ans est désormais parfaitement adapté à l’époque (le fait est que la référence 15400 est trop grande pour la plupart des poignets). La boîte et le bracelet sont en titane satiné soulignés par une lunette et des maillons en platine poli.

De même que les 8 vis hexagonales de la lunette octogonale sont inlassablement en or gris, le bracelet, parfaitement intégré au boîtier, présente cette esthétique unique propre à la collection, caractérisée par un assemblage parfait de maillons et plots intermédiaires décroissants.
 
Cette nouvelle Royal Oak Extra-plate est étanche à 50 mètres et bat au rythme du même mouvement que le modèle original. Le mouvement mécanique à remontage automatique extra-plat, calibre 2121 avec quantième à guichet, ne dépasse pas 3.05 mm d’épaisseur.
 
Intégrant 247 composants, il dispose d’une réserve de marche de 40 heures pour une fréquence de 19'800 alternances/heure (2.75Hz). La masse oscillante monobloc, entièrement réalisée en or 22 ct., est estampillée « AP Audemars Piguet » en relief. Son segment extérieur est décoré d’un motif « Petite Tapisserie » qui devient une signature pour toutes les Royal Oak Extra-plates.

Montres-de-luxe.com | Publié le 4 Mai 2018 | Lu 2537 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos