SIHH 2019 : une édition record et de biens belles créations !


Le 29e Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) de Genève s’est achevée hier soir « sur un bilan très positif avec plus de 23.000 visiteurs » indiquent les organisateurs dans leur communiqué ; une édition marquée par de très belles collections et par l’arrivée de pièces d’exception, notamment chez Jaeger-LeCoultre et Vacheron Constantin.



Voici donc la dernière édition du SIHH en janvier. En effet, à partir de 2020, le salon de Genève se tiendra juste avant la Foire de Bâle, ce qui permettra aux horlogers indépendants de choisir entre le SIHH et Baselworld, et d’économiser par la même occasion des dizaines de milliers d’euros ; un stand dans le fameux carré des horlogers coûtant dans les 300.000 francs suisses. Reste à savoir s’ils privilégieront le premier ou le second...
 
Alors que le marché horloger reste encore largement incertain et volatile, on s’attendait à une édition en demi-teinte, mais que nenni. Ce SIHH fut largement plus intense et plus intéressant que la précédente édition relativement ennuyeuse ; en terme de créations horlogères, bien évidemment.  

Ce qui ressort tout d’abord, c’est le départ de deux mastodontes. Richard Mille en premier lieu, qui a réalisé un véritable « hold-up » avec ses « montres-bonbons » qui ont enflammé les réseaux sociaux et ravis les professionnels de l’industrie.
 
Les dix éditions de trente pièces auraient été vendues en l’espace des trois jours. Un succès amplement mérité compte-tenu de l’audace créative de ce génie de l’horlogerie qui quitte donc le SIHH sur une note joyeuse, festive et colorée. On adore.  
 
En revanche, autre son de cloche chez Audemars Piguet, qui lui aussi quitte le salon de Genève. En effet, sa montre Code 11.59 n’a clairement pas reçu l’accueil espéré –autant des pros que des réseaux sociaux- pour cette collection qui se veut aussi importante que le fut la Royal Oak lors de son lancement en 1972. Ces modèles ont été tant conspués que même le quotidien Le Temps a publié un article sur le sujet. Du jamais vu.

Pour le reste, cette édition nous apporte de très belles pièces. Des montres de très haute horlogerie, notamment chez Jaeger-LeCoultre avec sa Westminster et chez Vacheron Constantin avec sa Twin Beat. Chez les indépendants, on notera la présence du modèle Angelico pour les dix ans de la maison Christophe Claret ou encore, la  Swiss Alp Watch tourbillon de chez Moser qui indique l’heure sans aiguilles uniquement par le biais de sa sonnerie.
 
Comme toujours, la collection Lange & Söhne est passionnante avec à chaque édition, peu de pièces mais que des beautés horlogères à l’état pur ! La maison de Glashütte parvient même à nous faire aimer le « saumon » avec un cadran en or de toute beauté. On notera également l’arrivée d’une Zeitwerk avec date des plus intéressantes.
 
Dans un autre registre, Baume et Mercier et Montblanc sortent des collections parfaitement cohérentes avec leur positionnement-prix avec l’arrivée chez ces deux marques, de montres très en phase avec leurs clientèles et séduisantes en terme de design. Les cadrans verts de chez Montblanc sont très réussis et les deux maisons dévoilent des QP « réglables dans les deux sens » à des tarifs imbattables !
 
Chez IWC, la nouvelle gamme de montres de pilotes est également parfaitement en phase avec l’esprit de cette collection « aérienne » et incontournable au sein de la manufacture de Schaffhouse. Là encore, du bleu, du vert kaki, du bronze et du vintage qui devraient plaire aux différents aficionados.

De son côté, Panerai a tout misé sur la Submersible qui arrive en de très nombreuses versions et avec un concept assez révolutionnaire qui propose aux clients qui achèteront certains modèles de partir qui, avec Mike Horn, qui avec Guillaume Nery, qui avec les forces spéciales italiennes. Mais attention... Les prix s’envolent !
 
On notera aussi chez Ulysse Nardin, la présentation d’une belle collection de montres érotiques en partenariat avec Manara, le célèbre dessinateur italien qui a fait fantasmer des générations d’adolescents. La série est belle et poétique ; elle met en scène une jolie blonde qui batifole dans une mer où elle croise un requin (figure de l’homme ?) et une sirène qui l’entrainera dans les profondeurs d’une expérience de saphisme subaquatique.
 
HYT, la marque qui indique l’heure de manière fluidique, commençait à tourner en rond… L’arrivée d’un nouveau CEO l’année dernière, Grégory Doude, également à la tête du design de la marque, a relancé l’intérêt pour ces montres qui donnent l’heure de manière révolutionnaire. Un calibre de chez AP-RP qui a fait ses preuves est associé à des designs extrêmement puissants qui mêlent les codes de la haute horlogerie ou encore, des diamants dans des versions mixtes qui offrent un nouveau souffle à cette jeune maison horlogère.

Hermès nous propose également deux belles surprises avec l’arrivée d’une splendide réinterprétation de la phase de Lune (qui prend l'ascendant sur la présentation du temps) avec l’aide de Jean-François Mojon, horloger de génie qui a d’ores et déjà travaillé avec MB&F ou la jeune marque Trilobe. A noter aussi l’arrivée d’une nouvelle collection baptisée Galop, créée par un tout jeune designer californien qui est tellement réussie qu’on a le sentiment que cette montre a toujours existé au sein des collections du sellier français.
 
Enfin, et d’une manière plus générale, on notera un fort retour des cadrans blancs, une présence incontournable des cadrans bleus avec des déclinaisons de plus en plus nombreuses en bleu fumé, beaucoup de kaki-vert, du bronze, des bracelets facilement interchangeables et recyclés (même si l’image en l’occurrence est plus politiquement correcte que luxueuse) et pas mal de quantièmes perpétuels dans une large gamme de prix qui va de 15.000 à 300.000 euros.

Selon les organisateurs, la fréquentation de cette année a battu des records avec un total de 23.000 visiteurs uniques (+15% vs. 2018), toutes catégories confondues, alors que le salon s’étend sur 4 jours au lieu des 5 habituels.

Pour la première fois, le SIHH a accueilli plus de VIP et de clients finaux que de visiteurs professionnels. Plus de  1‘400 journalistes venus du monde entier ont été accrédités. La journée grand public qui s’est tenue jeudi après-midi a accueilli près de 3’000 visiteurs entre amateurs et passionnés de belle horlogerie venus découvrir les dernières nouveautés horlogères du salon.
 
La prochaine édition du SIHH aura lieu du 26 au 29 avril 2020, lors d’une 30e édition toute printanière. Rendez-vous est pris, restez connectés !
 
Jean-Philippe Tarot

Maisons Historiques
A. Lange & Söhne, Audemars Piguet, Baume & Mercier, BOVET, Cartier, Girard-Perregaux, Greubel Forsey, Hermès, IWC, Jaeger-LeCoultre, Montblanc, Panerai, Parmigiani Fleurier, Piaget, Richard Mille, Roger Dubuis, Ulysse Nardin, Vacheron Constantin.
 
Carré des horlogers
Armin Strom, Christophe Claret, Chronométrie Ferdinand Berthoud, DeWitt, élégante by F.P.Journe, Grönefeld, H. Moser & Cie, Hautlence, HYT, Kari Voutilainen, Laurent Ferrier, MB&F, Ressence, Romain Gauthier, RJ, Speake-Marin, Urwerk.

Montres-de-luxe.com | Publié le 18 Janvier 2019 | Lu 7783 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos