Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Tudor Pelagos FXD : deux montres taillées pour la course avec Alinghi Red Bull Racing


Pour célébrer son partenariat avec Alinghi Red Bull Racing, Tudor vient de dévoiler deux nouveaux modèles Pelagos FXD de plus réussis et très techniques : un chronographe de 43 mm (5.020 euros) et une « trois aiguilles » (3.620 euros) avec des boîtiers en composite de carbone, en titane et en acier, des cadrans bleus et dotés de Calibres Manufacture. "Belles comme des frégates" comme disent les marins !



En une vingtaine d’années, Alinghi a été associé à de nombreuses marques horlogères : les plus anciens se souviennent bien évidemment d’Audemars Piguet et de la première Offshore en carbone forgé, puis ce fut au tour d’Hublot, de HYT, d’Omega et depuis 2022, c’est Tudor qui a pris le relais.
 
Cette collaboration à long-terme se concrétise cette année par la présentation de ces deux nouveautés. Deux Pelagos (les sportives contemporaines de l’horloger suisse) baptisées FXD « Alinghi Red Bull Racing Edition » qui s’accompagnent « de plusieurs premières qui ne concernent pas uniquement les montres » assure le communiqué de Tudor.
 
Plus concrètement ces deux garde-temps ont été créés en associant un composite de carbone -une première pour Tudor- avec du titane et de l’acier, exactement comme sur la coque d'un AC75 (America’s Cup 75). C’est aussi la première fois que l’horloger intègre un calibre chronographe dans un boîtier avec barrettes de bracelet fixes* (que l’on retrouve en règle générale sur les montres militaires).

Le voilier AC75 Alinghi Red Bull Racing, un bolide des mers, représente ce qui se fait de mieux en matière d’ingénierie maritime. Tout comme ces montres, un alliage exclusif de carbone, de titane et d’acier est utilisé pour façonner une coque capable de s’envoler à grande vitesse au-dessus des vagues.
 
On retrouve donc ce matériau dans les deux boitiers et pour le disque de lunette de ces Pelagos FXD de 43 mm (25807KN) pour le chronographe et de 42 mm (25707KN) pour la « trois aiguilles » -toutes deux étanches à 200 mètres). Quant à la lunette proprement dite, elle est en titane tout comme la couronne de remontoir et les poussoirs. Le fond de boite et le container du mouvement sont eux en acier.
 
Utilisant un boîtier FXD à barrettes fixes développé initialement pour les nageurs de combat de la Marine nationale française, ces modèles sont tous deux dotés d’une lunette tournante bidirectionnelle 120 crans avec Superluminova grade X1, dont les performances au bout de deux heures sont jusqu'à 60% supérieures aux matériaux standards.

Ces lunettes ont une graduation 60 minutes antihoraire pour faciliter le suivi des comptes à rebours, un moment crucial avant le départ d’une régate. On remarque également que le logo de l’équipe est gravé sur le fond.
 
Reprenant la couleur de la coque de l’AC75, les cadrans mats privilégient la lisibilité avant tout. Tandis que les deux cadrans sont bleus comme le bolide des mers avec l’aiguille des secondes peinte en rouge ; le chronographe arbore quant à lui, des détails rouges sur le pourtour des compteurs qui font écho au design de la coque de l’AC75.
 
Sur le réhaut incliné à 45 °C, entre 10 et 2 heures, l’inscription discrète « Alinghi Red Bull Racing » chapeaute le disque de cadran. Les index carrés, éléments signature dessinés dans les années 1960 par Tudor pour obtenir une plus grande surface lumineuse et améliorer ainsi la lisibilité, sont façonnés dans un composite de céramique luminescent pour garantir une lisibilité optimale dans des conditions extrêmes.

Côté « moteur », le Calibre Manufacture MT5602 qui équipe la Pelagos FXD affiche les fonctions heures, minutes et secondes (on apprécie l’absence de date qui renforce l’homogénéité et la lisibilité du cadran). Son rotor en tungstène monobloc est ajouré alors que ses ponts et sa platine exposent une alternance de surfaces sablées et polies ornées de décorations faites au laser.
 
Sa construction est pensée pour la robustesse et la précision grâce à son balancier à inertie variable maintenu par un solide pont traversant à double point d’ancrage. Couplé à un spiral amagnétique en silicium, ce système permet à ce calibre certifié COSC de fonctionner dans un intervalle de tolérance de 6 secondes (–2 / +4) sur la marche de la montre entièrement assemblée, à savoir au-delà des spécifications définies par le COSC.
 
Autre élément notable, sa réserve de marche est dite « weekend proof », ce qui permet au porteur de poser sa montre le vendredi soir et de la reprendre le lundi matin sans devoir la remonter.

Quant au Calibre Manufacture MT5813 (dérivé du Breitling 01) qui anime le modèle Pelagos FXD Chrono, il est doté des fonctions heures, minutes, secondes, chronographe et date. Il arbore également la finition mate emblématique des Calibres Manufacture Tudor et un rotor en tungstène monobloc ajouré, un autre élément signature.
 
Bénéficiant d’une réserve de marche de 70 heures dite « weekend proof » et d’un spiral en silicium, ce calibre roue à colonne et embrayage vertical est certifié COSC avec des performances allant au-delà des standards de cette institution indépendante, soit –2 / +4 secondes par jour sur la marche de la montre entièrement assemblée.
 
Pour rappel, chaque montre Tudor est assemblée et testée selon les standards supérieurs de la marque dans sa nouvelle manufacture toute rouge située au Locle en Suisse. Elles sont toutes les deux dotées d’une garantie de cinq ans (sans besoin d’enregistrement ni quoi que ce soit d’autre).

Comme toujours, Tudor apporte également une importance aux bracelets depuis 2010. Dans cet esprit, ces deux nouveautés sont équipées de bracelets en tissu -l’une des signatures Tudor. Ces derniers sont tissés de manière artisanale sur des métiers Jacquard à navette du XIXe siècle par l’entreprise Julien Faure dans la région de Saint Étienne en France.
 
Pour les modèles Pelagos FXD, une construction très technique de bracelet a été développée par Tudor et Julien Faure. Composé d’un ruban Jacquard « Team Blue » de 22 mm avec couture rouge en bout, d’une boucle « D » en titane et d’un système d’attache auto grippant, il s’adapte à différentes tailles de poignet tout en offrant un grand confort d’utilisation.

*attention, vous ne pouvez porter que des bracelets de type Nato ou des bracelets sur-mesure qui seront cousus directement sur les barrettes.

Montres-de-luxe.com | Publié le 3 Juillet 2023 | Lu 6854 fois







Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail