Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


UR-112 Aggregat Urwerk : délire mécanique


La dernière-née de la maison horlogère suisse et indépendante Urwerk fait partie de la collection « Special Project » ; un laboratoire où toutes les libertés et toutes les folies sont possibles ! Les cofondateurs de la marque, le duo Felix Baumgartner, maître horloger et Martin Frei, directeur artistique et designer, ont entamé cette nouvelle aventure à partir d’une page blanche. Ou plutôt d’un carnet d’esquisses débordant d’idées. Voici donc l’histoire de cette pièce…



C’est un nouveau défi qu’ils ont rêvé mécanique. Car ici, c’est clairement la prouesse technique qui a pris le pas sur le reste… Cette UR-112 porte le nom d’Aggregat.
 
« Nous avons surnommé cette pièce l’Aggregat car la UR-112 met en interaction différents éléments. A partir d’une source d’énergie unique nous alimentons tous les affichages et mécanismes de cette UR-112. Cette force est distribuée avec parcimonie, voire « recyclée » pour que de la seconde digitale à la tête de la montre, aux minutes traînantes et à l’heure sautante situé à l’extrême opposé, chaque élément reçoive précisément la dose d’énergie requise. Sans déperdition » explique Felix Baumgartner.
 
Dans la pratique, il s’agit d’un condensé de 25.5 grammes de pure technique pour une lecture du temps entièrement digitale, de l’heure à la seconde.

Partons de l’heure et des minutes. Elles sont chacune représentées sur des prismes triangulaires qui opèrent sous des cylindres transparents. Des constructions en « quasi-lévitation » pourrait-on dire, que l’on peut admirer à travers le cristal.
 
D’un côté, l’indication des heures. Ces douze unités gravées puis chargées de Superluminova sont réparties équitablement sur les trois facettes de quatre satellites. La transcription du temps prend ici la forme d’un affichage signalétique qui bascule de façon franche et sèche sur un rythme chronométrique.
 
A l’opposé, un même système sert à l’affichage des minutes. Des minutes traînantes qui se sont libérées de la contrainte de l’unité et s’affichent par incrément de 5 en 5.
 
La bonne marche de l'affichage des heures sautantes est dépendante de l’avancée des minutes. A la 60e minute, la force accumulée pendant ces 3.600 secondes est relâchée pour faire basculer l'heure à l’unité suivante.

Mais la source première de toute cette puissance prend racine dans le mouvement de base situé à l’opposé de cette construction « dantesque ». Une longue et fine tige lie le corps de la UR-112 à sa tête. Il s’agit de l’axe cardan, pièce centrale et d’importance vitale pour ce mécanisme.
 
Un jeu de rouage complexe, une succession d’engrenages, permet à cet axe de transmettre toute l’énergie requise. Et ce, malgré un détournement de direction à 90°. En effet, cet arbre de transmission avec double engrenage –un à chaque extrémité- est perpendiculaire à l'indication de temps qui, elle, est horizontale.
 
Le mécanisme de la UR-112 est emboîté dans une structure à clapet (capot de protection à charnière) faite de titane. Une simple pression sur les boutons poussoirs placés sur ses flancs déverrouille le couvercle et révèle l’affichage délicat des secondes numériques. Gravés sur une fine roue de silicium, les chiffres squelettés défilent sous une loupe à côté du seul affichage analogique de l'UR-112, un indicateur de réserve de marche de 48 heures.

Cette première édition limitée à 25 exemplaires est de finition mate. Elle revêt des couleurs sobres, un corps anthracite aux flancs noirs complété d’un capot de la même couleur.

« Les sources d’inspiration pour cette UR-112 sont nombreuses et diffuses. La calandre de la Bugatti Atlantique est la plus évidente. Une automobile exceptionnelle dont la colonne vertébrale contrastée souligne la symétrie absolue. Certaines influences moyen-orientales sont également vives dans mon esprit. Les souvenirs, les odeurs, les expériences vécues lors de mes voyages nourrissent mon imaginaire et se retrouvent dans toutes mes créations » précise de son côté Martin Frei.


Montres-de-luxe.com | Publié le 10 Novembre 2021 | Lu 11754 fois