Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Walter Lange : interview à l'occasion de ses 90 ans


2014 est une année doublement importante pour Lange & Söhne. Tout d’abord, la marque célèbre le vingtième anniversaire de sa renaissance à Glashütte en 1994. De plus, Walter Lange, l’homme à l’origine de ce renouveau, vient de fêter son 90ème anniversaire. Pour l’occasion, il nous offre une interview dans laquelle il revient sur l’histoire de « sa » marque.


Walter Lange
Le 29 juillet 2014, vous avez célébré votre 90e anniversaire. Une bonne raison de revenir sur vos accomplissements. Quel a été le meilleur moment de votre vie ?

Je vais être honnête : c'est mon enfance, même si cela semble plutôt banal. J'étais insouciant et je ne me préoccupais donc pas des soucis des adultes, je vivais de petites aventures tous les jours et j'ai grandi dans une famille très attentionnée. Quand je repense à ma vie, ce sont mes meilleurs souvenirs.

Vous êtes né dans une famille d'horlogers. À quand remonte votre première rencontre avec les montres ?

Aujourd'hui, les enfants jouent avec des voitures électriques ou des ordinateurs. Quand j'étais jeune, moi, j'avais un kit horloger ! Je ne me souviens pas quel âge j'avais exactement quand j'ai assemblé ma première montre avec les différentes pièces. De plus, enfant, j'ai passé beaucoup de temps dans la manufacture, ce qui a eu un impact fort dès le début.

Ensuite, vous avez suivi une formation d'horlogerie ?

Oui, quand j'ai eu seize ans, j'ai suivi la tradition familiale. À cette époque, seuls les cours de master étaient disponibles à Glashütte, alors, je suis allé à Karlstein en Autriche. Après un an et demi, j'ai dû interrompre l'apprentissage parce que j'ai été appelé par l'armée. Après la guerre, j'ai continué mon apprentissage avec Alfred Helwig à l'École d'horlogerie de Glashütte.
 
Quel a été le pire moment de votre vie ?

C'était durant la seconde guerre mondiale après avoir été blessé par une balle à la jambe ; j'ai passé plusieurs heures couché, complètement immobile, sur le champ de bataille. Je n'osais pas ramper hors de la zone de danger avant la nuit. La guerre et tous les souvenirs qui lui sont associés me hantent encore aujourd'hui.
 
Le dernier jour de la guerre, vous avez été témoin du bombardement de la manufacture…

Oui, c'était un événement terrible. Je rentrais par la mer Baltique et je me suis retrouvé dans un hôpital de campagne près de Glashütte où ma blessure à la jambe a été soignée. C'était une heureuse circonstance, un coup de chance si vous voulez. Mon père a obtenu un congé pour moi, du 7 au 15 mai 1945. J'étais tellement heureux d'être enfin avec ma famille. Mais le 8 mai, le matin, l'alerte à la bombe a retenti et notre bâtiment principal a été détruit dans un bombardement.
 
Les entreprises horlogères à Glashütte ont été expropriées après la guerre. Comment avez-vous vécu cette période ?

À cette époque, mon père Rudolf et ses deux frères Otto et Gerhard géraient la manufacture. Bien sûr, nous avons essayé de continuer à travailler et à reconstruire les installations de production. J'ai eu de longues discussions avec mon père et mon oncle Otto concernant l'avenir de l'entreprise. Nous avons commencé à développer le calibre 28 pour une montre-bracelet, mais, avant que la production ne soit lancée, l'entreprise a été expropriée - en avril 1948. Mon père et ses frères n'étaient plus autorisés à entrer dans la manufacture. On m'a demandé d'adhérer au syndicat, mais j'ai refusé. Par la suite, j'ai évité le travail forcé dans une mine d'uranium en fuyant ma ville natale une nuit de novembre 1948.
 
Après son expropriation en 1948, la société est devenue une propriété publique et a fusionné avec d'autres entreprises horlogères de Glashütte en 1951. Le nom A. Lange & Söhne n'était plus utilisé. Vous êtes allé à Pforzheim. Comment avez-vous vécu cette situation de loin ?

Avec une grande préoccupation. Je m'inquiétais surtout pour mon père, qui était dévasté par l'expropriation. Il est venu vivre avec nous à Pforzheim, mais il ne pouvait pas faire face à la perte de la manufacture et de son domicile. Il est décédé moins d'un an après. Nous pensions tous que l'entreprise familiale était perdue à jamais, et nous avions le coeur brisé.
 
Vous avez eu le courage de relancer l'activité horlogère à Glashütte, le 7 décembre 1990…

C'était un risque, mais c’était aussi la seule façon pour moi d'aller bien... Lorsque le mur de Berlin est tombé, j'étais déjà à la retraite. Mais je ne pouvais tout simplement pas laisser passer cette occasion de faire revivre l'héritage de mes ancêtres. Le 7 décembre 1990 est un des jours les plus importants de ma vie. J'ai réinscrit la marque en utilisant l'adresse d'un ancien camarade de classe à l'école primaire à Glashütte. Nous avons dû tout recommencer de zéro.
 
Que s’est-il passé ensuite ?

Pendant les premières semaines et mois, nous avons dû surmonter d’innombrables obstacles. Il y a une chose dont je me souviens encore très bien : en 1990 ou 91, nous avons négocié la récupération du domaine confisqué par la famille Lange avec l'agence fiduciaire (la Treuhand). Le mercredi avant Pâques, j'ai rencontré son président, Detlev Karsten Rohwedder. En sortant de l’entretien, j’avais enfin eu le sentiment d’avoir trouvé la bonne personne. Cinq jours plus tard, c’était un lundi de Pâques dans la soirée, D.K. Rohwedder a été abattu à son domicile. Je suis resté stupéfait. Les négociations qui ont suivi avec la Treuhand concernant le retour de la propriété ont été infructueuses et il a fallu attendre l'année 2000 pour pouvoir racheter le bâtiment à la ville de Glashütte.
 
Qui a été votre confident le plus important ?

Mon partenaire Günter Blümlein. Sans lui, la reprise aurait certainement été impossible. Blümlein était un homme d'action et un visionnaire. Il pensait les choses sur le long terme. Il était un excellent stratège et avait du talent pour la conception des montres et le marketing.
 
À quel point étiez-vous proches ?

Nous avons passé beaucoup de temps ensemble après la réunification de l'Allemagne. Nous nous retrouvions souvent autour d'un verre de vin rouge à Ladenmühle, un petit hôtel près de Glashütte. Il a toujours voulu que je lui raconte l'ancien temps, à propos de la manufacture de mes ancêtres. Ce sont des soirées merveilleuses dont je me souviens avec émotion. Après, nous avons regretté le fait de ne pas avoir enregistré nos conversations avec un dictaphone. Les jours précédant la présentation de notre première collection en octobre 1994 ont été particulièrement excitants. À cette époque, Blümlein et moi partagions le même bureau. Nous nous sommes assis en face de nos machines à écrire et, ensemble, nous avons discuté du contenu de nos discours pour la première conférence de presse. C'est tragique que Blümlein soit décédé si jeune.
 
Pouvez-vous résumer votre vision de la renaissance ?

Dès le départ, nous voulions développer des montres qui étaient élégantes et classiques en apparence, mais à la fois très modernes.
 
Lorsque vous avez commencé avec une équipe de quinze personnes, pensiez-vous que Lange & Söhne puisse de nouveau devenir une société d'envergure mondiale ?

C'est, bien sûr, ce que nous espérions. Après tout, mes ancêtres avaient connu un succès international avec leurs montres de poche. Les propriétaires de montres historiques Lange du monde entier nous contactent encore aujourd'hui. Au départ, nous voulions vendre nos nouvelles montres en Allemagne et en Europe. Mais nous avons eu des demandes de l'étranger, assez rapidement. Je me réjouis que nous ayons réussi le repositionnement de Lange & Söhne sur la scène internationale.
 
Quel a été le point culminant de votre carrière ?

C'est difficile à dire. La conférence de presse réussie le 24 octobre 1994, lorsque nous avons présenté notre première collection, était un moment très important. Il y a eu un autre moment comme ça en 2013, lorsque nous avons présenté notre Grande Complication -une édition limitée à six pièces- à Genève. À ce moment, j'ai eu de nouveau le sentiment que Lange avait fait le bon choix. Je me suis senti fier de la tradition, de l'entreprise et de l'équipe.
 
Et ce qui vous ravit le plus ?

Les résultats qui ont été obtenus après des débuts modestes. Lange n'est pas la seule entreprise à Glashütte. Et Glashütte est redevenue le centre de l'industrie horlogère allemande. Plus de mille trois cents personnes ont trouvé un emploi ici et transformé la région en un « paysage florissant ». Bien sûr, je suis heureux du rôle que A. Lange & Söhne a joué dans ce processus. Comme c'était le cas à l'époque de mon grand-père, Lange est la force motrice de la région. Je crois que la plupart des gens le voient comme ça.
 
Un dicton « Pas de succès sans échec ». Quel a été votre échec le plus amer ?

L'expropriation en 1948 est une de mes plus amères expériences. Mais c'était encore pire d'assister à la chute progressive de la manufacture nationalisée.
 
Le premier apprenti travaille encore chez A. Lange & Söhne aujourd'hui...

En 1997, nous avons commencé à former deux horlogers. L'un d'eux est toujours dans l'entreprise. Aujourd'hui, il appartient à l'équipe de développement de produits et contribue à la conception de nouveaux calibres. C'est un jeune homme plutôt réservé. Je crois que, pour lui, je suis tout simplement « Monsieur Lange », comme pour tout le monde d’ailleurs.
 
Quelles sont les caractéristiques typiques d'une montre A. Lange & Söhne ?

Un jour, Günter Blümlein a dit que la montre Lange était un mélange d'arts : un fier héritage, la passion de notre équipe pour l'horlogerie de précision, le style de l'entreprise, le respect de ses traditions et, enfin, la technologie unique et l'artisanat auquel nous tenons. Je ne peux être que d'accord.
 
Vous demande-t-on votre nom régulièrement ? Êtes-vous à l'aise avec cela ?

Heureusement, Lange est un nom commun. En dehors des milieux horlogers, je suis rarement confronté à des questions sur ce sujet. Pour moi, il représente principalement la responsabilité. Et ce qui est moins associé au nom lui-même qu'aux traditions familiales, l'entreprise, la ville de Glashütte et les personnes qui vivent et travaillent ici. Enfant, j'ai vu le chômage de masse dans les années 1920 et 1930, et j'ai réalisé combien mes parents craignaient d'avoir à laisser les employés partir. Cela a influencé ma façon de penser. C'était une raison importante pour le rétablissement de notre manufacture. Lorsque le mur de Berlin est tombé, ma première préoccupation n'était pas de faire revivre le nom A. Lange & Söhne, mais d'apporter au peuple de Glashütte une nouvelle perspective. Je voulais ramener des emplois à Glashütte.
 
Pour quel accomplissement de votre vie voudriez-vous vous donner un prix ?

Ah, d'autres devraient le faire. Je suis reconnaissant pour toute la chance que j'ai eue au cours de ma vie. Parfois, je pense : « Le destin m'a épargné pour Glashütte ». Sans la renaissance de Lange & Söhne, Glashütte serait très différente aujourd'hui. Je suis heureux d'avoir contribué à la relance de l'industrie horlogère dans notre communauté des monts Métallifères. C'est merveilleux de voir tant de gens créer des montres à Glashütte. Cela me rend heureux.
 
Quelle est votre vision pour l'avenir de l'entreprise ?

Je ne suis plus impliqué dans les activités quotidiennes. Mais j'assiste toujours aux événements importants. Tant que nos horlogers chercheront à élaborer les meilleures montres du monde, la marque ira dans la bonne direction. Nous ne pouvons pas baisser nos exigences en interne : la qualité est ce qui caractérise Lange. Ça doit le rester.
 
Vous avez beaucoup voyagé. Quel endroit vous a le plus impressionné ?

J'ai visité de nombreux pays et je me suis senti à l'aise dans de nombreux endroits. Les pyramides de Gizeh en Égypte étaient particulièrement impressionnantes. Se tenir devant ces structures gigantesques, sachant que Cléopâtre était là il y a deux mille ans et qu'elles étaient exactement les mêmes qu'aujourd'hui... Les dimensions sont inimaginables. Les anciennes villes des Mayas au Mexique m'ont profondément impressionné également. Ou bien jeter un oeil à la Voûte verte à Dresde avec ses oeuvres d'art en ivoire, en ambre et en argent. Quand vous pensez à ce que les gens ont accompli à l'époque, sans les avantages de la technologie moderne, en utilisant des outils simples, cela me fascine énormément.
 
Et Glashütte ? Vous aimez la ville aujourd'hui ?

Glashütte est une belle ville maintenant. Peu importe où vous regardez : les imperfections de la ville ont disparu, ce qui me rend heureux. En avril dernier, j'étais sur la montagne près de l'observatoire. Il y a un banc qui vous offre une vue magnifique sur la ville. Une photographie qui remonte à mon enfance montre mon père, avec mes frères et moi, assis sur ce banc. Nous y étions souvent pour profiter d'un pique-nique et nous prélasser au soleil. Après tout, il y a plus de soleil là-haut que dans la vallée.
 
Quelles personnalités vous ont laissé l'impression la plus durable ?

Mon père a toujours été un modèle et un mentor pour moi. Mon oncle Otto était aussi une personne très importante dans ma vie pour tout ce qui concerne l'art de l'horlogerie. Quand j'étais enfant, il m'emmenait souvent dans les ateliers et me montrait beaucoup de choses.
 
Votre plus grande force ?

Peut-être mon entêtement. Si j'avais abandonné l'espoir de faire revivre les vieilles traditions, je serais devenu un retraité ordinaire en 1990. Mais, pour moi, à 66 ans, un nouveau chapitre de ma vie a commencé. C'est encore la même chose aujourd'hui : si quelque chose est important pour moi, je le soutiens avec toute mon énergie. Je dis aux gens ce que j'aime –et aussi ce que je n'aime pas, ce qui n'est pas toujours facile avec les personnes concernées. Mais c'est acceptable à mon âge et avec mon expérience, je pense.
 
Vous souvenez-vous de votre première montre ?

Oui, c'était une montre-bracelet Cyma. J'ai reçu une montre Lange pour ma confirmation. C'était un OLIW. L'abréviation de « Original Lange Internationales Werk ». Lancée dans les années 1920, c'était la ligne la plus abordable de A. Lange & Söhne.
 
Combien de montres possédez-vous personnellement et quelle est votre favorite ?

Un nombre raisonnable... Étant horloger, j'ai un faible pour les complications techniques. C'est pourquoi j'aime porter le tourbillon Pour le mérite de la première collection, aussi parce que cette montre est un rappel de la renaissance de la marque A. Lange & Söhne.
 
Quelles sont les autres marques horlogères que vous admirez ?

J'aime les pendules faites par Erwin Sattler à Munich. J'ai eu une fois un ensemble de pièces pour une telle horloge et je les ai assemblées moi-même. Ce fut une véritable joie. L'horloge est encore accrochée dans ma maison.
 
Qu'est-ce qui, en dehors des montres, suscite votre enthousiasme ?

J'ai un penchant pour les voitures anciennes. Je me souviens très bien du moteur arrière de ma Fiat 600. Ma femme et moi sommes allés au col du Brenner avec. Je klaxonnais tout le long du chemin, car je devais garder l'accélérateur enfoncé. Les gens le long de la route ont fait un bond en arrière pour nous laisser la place. Il y a aussi ma moto Horex 350 avec son merveilleux son. Ma femme s'asseyait dans le side-car. Nous avons eu de merveilleuses excursions avec. Il y a deux ans, j'ai conduit ma Mercedes convertible au Concours d'élégance au bord du lac de Côme. Son moteur trois litres fredonnait, c'était le bonheur. Mon cœur battait encore plus vite quand je suis arrivé à Côme et que j'ai vu tant d'incroyables voitures classiques au même endroit !
 
Quel conseil donneriez-vous aux jeunes aujourd'hui ?

Chaque génération doit découvrir sa propre voie. Une chose, peut-être : à mon avis, il y a trop d'insatisfaits à ce jour. Tout le monde est stressé, rien n'est juste. Les conditions étaient totalement différentes quand j'étais jeune. Lorsque nous partions à Dresde, ma mère emballait quelques pommes de terre bouillies pour nos provisions, c'était tout. Ou bien, après la guerre, un repas se composait d'une soupe d'eau avec des pommes de terre râpées, une prétendument Zudelsuppe. Un an plus tard, c'était avec des carottes du jardin. Nous étions satisfaits de ce que nous avions. Je souhaiterais que les jeunes d'aujourd'hui fassent pareil plus souvent.
 
Vous allez avoir 90 ans. Pouvez-vous nous donner votre recette pour une longue vie ?

Le week-end, j'allais souvent dans la campagne. Loin de la ville, je me dégourdissais les jambes, profitais du magnifique paysage et respirais l'air frais. Ça faisait du bien de recharger les batteries de cette façon. Aujourd'hui, j'essaie de faire une promenade au moins une fois par jour. Il y a un autre aspect encore plus important : la pensée positive. Les informations sont dominées par des titres négatifs. C'est déprimant. Nous devons nous concentrer sur les choses agréables de la vie. Les gens comme moi qui ont connu la crise économique de 1929 et la seconde guerre mondiale savent à quel point la vie peut être merveilleuse aujourd'hui. La pensée positive. Cela signifie faire ce que vous voulez vraiment et regarder vers l'avenir avec courage et enthousiasme. Pour moi, ce sont les clés pour une longue vie.
 
Comment allez-vous ces jours-ci ?

Je suis aussi bien qu'une personne de mon âge peut l'être. Bien sûr, j'ai parfois des douleurs, ici et là, mais dans l'ensemble, je suis toujours en bonne forme. Pour cela, je suis très reconnaissant.
 
Que se passe-t-il dans une journée typique de votre vie actuelle ?

Cela dépend. Quand je suis à la maison, les jours ne sont pas très excitants. Je lis, je passe des appels téléphoniques, je passe du temps dans mon jardin. Quand je suis en voyage, mon emploi du temps est déterminé par les événements auxquels je participe, si des interviews ou des dîners sont prévus. À Glashütte, j'aime visiter les ateliers de nos horlogers. Peu importe où je suis, j'essaie toujours de faire une sieste après le déjeuner. C'est relaxant et ça me donne de l'énergie pour la deuxième moitié de la journée.
 
Quel est le plus beau cadeau d'anniversaire que vous ayez jamais reçu ?

J'en ai reçu de nombreux qui signifient beaucoup pour moi. Des clients, collectionneurs de longue date, m'ont offert des cadeaux merveilleux. Cela montre l'affection avec laquelle ils ont été faits et ce qui a inspiré leur choix. J'apprécie vraiment ces cadeaux. Ils sont posés sur le buffet dans mon bureau à Glashütte et ils m'enchantent chaque fois que je suis là.
 
Quel est votre souhait personnel pour votre 90e anniversaire ? Quels rêves aimeriez-vous voir se réaliser ?

Une bonne santé est mon seul souhait. Sinon, je suis heureux à tous les égards.

Montres-de-luxe.com | Publié le 21 Août 2014 | Lu 578 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances