Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Watch Certificate : de l'art de garantir l'authenticité de votre montre


Dans un marché de l’occasion qui se développe, de nouveaux services arrivent en parallèle : parmi eux, Watch Certificate mis en place par la société de montres « preowned » Tradeewatches qui commercialise un « certificat d’authenticité » sous forme de passeport digital qui accompagnera votre garde-temps tout au long de sa vie. A partir de 99 euros.



Ce n’est pas un scoop, le marché de la montre d’occasion s’est largement développé ces dernières années, avec toujours des intervenants historiques, comme Olivine Prestige à Paris, spécialisé dans les Rolex vintage ; comme Old Time Heure, qui concentre son offre sur les grandes marques de montres (avec souvent des modèles atypiques), comme Dual Time à Reims qui ne fait que des Audemars Piguet, comme le généraliste Da Vinci ou encore, comme le détaillant horloger Bucherer qui en plus du neuf, propose désormais de la seconde main.
 
Le marché mondial des montres d'occasion –pour l'achat et la vente d'articles d'occasion– a fait l'objet d'une croissance considérable ces dernières années. On s'attend d'ailleurs à ce qu'il atteigne 41 milliards d'USD d'ici à 2022… Les consultants financiers de Kepler Cheuvreux estiment que le marché mondial actuel des montres d'occasions vaut à lui seul 15 milliards d'USD annuels.
 
Les marques de luxe et plus spécifiquement les marques de montres de luxe ont toujours eu un rapport, disons « conflictuel » avec le marché de l’occasion, le considérant comme un « sous-marché » sans grand intérêt et même un peu honteux.
 
Aujourd’hui, face à l’offre pléthorique de modèles associée à des ventes en baisse, les marques -et les détaillants par la même occasion- comprennent enfin que ces deux marchés sont totalement imbriqués et que l’un n’existe pas sans l’autre ! 
 
En effet, tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir une montre neuve en conservant ses anciens modèles, il faut parfois se séparer d’un ancien garde-temps pour s’en offrir un nouveau ; ce que les constructeurs automobiles, même de luxe ont bien compris depuis des lustres.
 
Lorsqu’on achète une montre, au-delà de l’état mécanique et extérieur du garde-temps, l’un des points clé reste les papiers ou la carte de garantie d’origine (datées, signées et tamponnées). Si tous les collectionneurs savent pertinemment qu’il faut impérativement conserver ces documents avec la boite d’origine, d’autres propriétaires, moins au fait de us et coutumes de la profession ne gardent pas, ou égarent ces précieux sésames.
 
Il faut savoir qu’en fonction des marques et des modèles, l’absence de papiers pour une montre d’occasion « standard » peut représenter un manque à gagner de 300 à 2.000 euros environ. Par exemple, l’absence de papiers sur une Must de Cartier des années 80 n’est pas très grave en soi… En revanche, pour une Rolex Submariner*, il vaut l’acheter « full set »** -boite, papiers et goodies si possible !
 
C’est là que peut intervenir le concept de Watch Certificate de Tradeewatches. Avant d’entrer dans le détail de ce nouveau type de garantie, rappelons que cette entreprise créée en France en 2017 est une marketplace accueillant des montres de seconde main, dont les prix varient, en majorité, entre 1.000 et 10.000 euros.
 
Watch Certificate est un certificat qui a été élaboré par Marc Ambrus et Guillaume Kuntz, les cofondateurs de Tradeewatches. Pour obtenir ce « label », chaque montre subit une vérification en deux temps.
 
La première, technique, est réalisée par un horloger professionnel. Au programme, 40 points de contrôle : année de fabrication, référence, numéro de série, nom du calibre, matériau du boîtier, état général, étanchéité, existence des papiers, de la boîte, des factures d’achat et d’entretien, etc.
 
La seconde, menée par un expert indépendant, consiste à inspecter et noter chacun de ces paramètres. Une double analyse qui vous apporte la garantie d’une montre authentifiée et contrôlée. « Notre ambition est de combattre la contrefaçon horlogère et de construire un éco-système sain, garantissant l’authenticité des montres de seconde main » indiquent Marc Ambrus et Guillaume Kuntz
 
Dans la pratique, le Watch Certificate se matérialise sous la forme d’une carte en acier brossé de 28 grammes de la taille de votre carte de crédit. Dotée d’un QR code, elle donne un accès instantané à tout l’historique de votre garde-temps.
 
« La technologie de stockage et de transmission d’informations blockchain rend ce certificat infalsifiable » assurent les concepteurs. « il atteste de son existence et de l’identité de son propriétaire. Soit une “carte grise” valable à vie, transférable en cas de cession, opposable et rééditable en cas de perte ».
 
Le Watch CertificateTM vous permet aussi de garder à vie la trace du numéro de série de votre montre ; numéro que les faussaires n’hésitent pas à dupliquer. Ce numéro unique est également enregistré dans la liste de surveillance des montres volées. En cas de vol, le propriétaire est alerté si quelqu’un tente de revendre sa montre avec son numéro de série.
 
Atout supplémentaire : ce certificat est reconnu comme document de référence attestant que le garde-temps est bien votre propriété, ainsi que sa valeur. Très utile en cas de déclaration de perte ou de vol.
 
Pour obtenir ce certificat pour une montre déjà en votre possession ; qu’il s’agisse de la Reverso transmise par votre grand-père ou de la Bentley de Breitling datant de 2003 (qui est loin d’être un best-seller, soit dit en passant), il vous suffit de vous rendre sur : watchcertificate.com. Compter 99 euros pour une montre jusqu’à 5 000 euros, 199 euros pour une montre entre 5 000 et 15 000 euros et 299 euros au-delà de 15 000 euros.
 
A ce sujet sachez que la plupart des grandes marques -sauf Rolex- proposent des rééditions de papiers ou des extraits de certificats… De Jaeger-LeCoultre à Omega en passant par Audemars Piguet, Patek Philippe, Breguet, Lange & Söhne, IWC, etc. tous ces horlogers possèdent des registres et peuvent vous refaire des documents moyennant finance -il vous suffit généralement de vous rendre sur leur site web pour avoir les prix.
 
Par exemple, un extrait d’archives chez Patek (qui atteste que la montre est bien une Patek avec ses références, sa date de vente et le numéro de son calibre mais sans garantir son fonctionnement), coute dans les 150 euros. A ce compte-là (et à ce prix là), et si la montre fonctionne correctement, autant avoir un papier officiel de Patek plutôt qu’une carte de garantie émise par un tiers, aussi neutre et professionnel soit-il.
 
L’autre bémol par rapport à ce certificat concerne les modèles vintage et notamment les Rolex… En effet, ce marché est extrêmement sensible et les montres qui s’y vendent sont souvent sujettes à polémiques (cadran repeint, aiguilles changées, mauvaise référence de bracelet, montre "frankenstein" etc.). La liste des doléances est longue et les risques élevés... 
 
Même les experts des grandes maisons de vente ne sont pas d’accord entre eux -c’est dire !- sur l’authenticité de certaines pièces ou en tout cas, sur certains de leurs composants… Sans compter ceux qui sont de mèche avec les vendeurs et les conflits d'intérêt...

Dans ce contexte, on comprend bien qu’un tel certificat n’aura que peu de crédibilité puisqu’en aucun cas, il assurera que votre Sub 5513 est totalement d’origine !

Sachez également que si vous achetez votre montre auprès d'un revendeur reconnu qui a pignon sur rue, la plupart du temps, il a vérifié l'état de la montre et il vous offre une garantie d'un an. Si vous achetez une montre d'occasion chez Bucherer par exemple, pas besoin de ce certificat puisque la montre a été vérifiée par un horloger "maison" et que la facture du vendeur prouve le montant payé et que vous en êtes l'actuel propriétaire.  
 
Donc au final, un certificat qui peut avoir un intérêt, mais en fonction de la montre (bien pour une Rolex contemporaine sans papier**), de son prix, de sa rareté, etc. A voir au cas par cas -sachant que souvent, les acheteurs et les vendeurs (les particuliers, pas les professionnels)- recherchent un « prix » et n’ont pas envie de payer un surcout pour ce genre de choses… 

Autre point important : ce certificat ne sera (re)connu que s’il se développe en France et à l’étranger. Donc affaire à suivre.

*d'une manière générale, méfiez-vous des montres contemporaines sans papier (surtout si le prix est "trop intéressant"). De nos jours, la plupart des vendeurs-acheteurs savent pertinemment qu'il faut conserver ces documents.  
**attention également, "une montre full set", donc avec ses papiers et sa boite ne veut pas dire non plus qu'il n'y a aucun risque. Vous imaginez bien que si les faussaires peuvent reproduire des montres avec une grande précision (quasi "parfaites" dans certains cas), il leur est encore plus simple d'imprimer de fausses cartes. Quant aux boites, elles peuvent être vraies. Ou pas. 

Montres-de-luxe.com | Publié le 28 Mai 2020 | Lu 3034 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos