CORUM


Corum "Hobo Coin" : on en a pour son argent !

En cette année 2018, près de cinquante ans après avoir présenté sa toute première montre Coin, Corum revient avec un garde-temps qui reprend ce concept de montre-monnaie, mais dans une version nettement plus disruptive. En effet, cette pièce de 43 mm en argent est dotée d’un calibre mécanique automatique et remet à l’honneur un art populaire, celui des hobos coins, les pièces de vagabonds. Explications.


« L’art populaire ne meurt jamais, il se transforme au fil des siècles », explique Jérôme Biard, PDG de Corum. « Notre rôle est d’en être les témoins, les passeurs. La créativité consiste à transposer cet art dans la modernité. La Hobo Coin incarne cette volonté. Elle capture un fragment d’histoire oubliée et le fait revivre grâce à un talent contemporain unique ».
 
Juste avant la « Grande Dépression » aux Etats-Unis, les pièces de cinq cents -réalisée en nickel- étaient considérées comme les pièces du pauvre… De fait, elle valait tellement peu chère que même les vagabonds la retravaillaient pour en tirer un petit profit, aussi minime soit-il.
 
Cette habitude a donné lieu à la naissance d’un art populaire, celui des « hobos coins » littéralement, celui des « pièces du vagabond ». Ces hobos coins étaient à l’époque, créées par des travailleurs itinérants qui traversaient le continent de part en part dans les trains de marchandises, mais aussi par des militaires en partance pour le front de la Première guerre mondiale ou encore, par des artistes sans le sou (si ce n’est leurs pièces de 5 cents) qui tentaient de revendre leurs créations.

Aujourd’hui, les authentiques hobos coins sont devenus rarissimes. Depuis 1992, une association indépendante, la Original Hobo Nickel Society, défend d’ailleurs ce patrimoine avec détermination, résolue à ne pas laisser sombrer dans l’oubli cet art populaire témoin d’une époque critique pour les Etats-Unis, mais aussi pour le monde, à l’aube du grand krach de 1929.
 
Un artiste indépendant, Aleksey Saburov, contribue à la renaissance de cet art populaire. En effet, ce graveur russe installé à New-York réalise des hobos coins contemporains, détournant l’imagerie populaire, ses mythes, ses démons et ses croyances pour créer de véritables œuvres d’art micro-gravées sur d’authentiques pièces de cinq cents du début du siècle.
 
Corum s’est rapproché de cet artiste pour intégrer son travail au sein de sa célèbre collection Coin, permettant à cet art oublié de revivre le temps d’une production très limitée. Entièrement gravée à la main, chaque Hobo Coin sera par définition une pièce unique.
 
Et pour la première fois, cette nouvelle collection sera proposée sur un bracelet en jeans. Ses tons gris/bleus se marient parfaitement avec le boitier  argent de la pièce ornée d’un saphir bleu sur sa couronne. Une montre totalement décalée comme sait si bien les faire Corum !

Montres-de-luxe.com | Publié le 22 Mars 2018 | Lu 1404 fois