Eterna : d'où vient le logo constitué de cinq billes ?


Eterna doit sa réputation de pionnier de l’horlogerie suisse à de nombreuses innovations parmi lesquelles le rotor monté sur roulement à billes. Ce standard technologique s’est imposé à l’ensemble du monde de l’horlogerie pour développer des montres-bracelets automatiques fiables aux mouvements quasi-perpétuels.



Cinq minuscules billes posent en 1948 les jalons de la renommée mondiale d’Eterna et composent depuis lors, le logo de la manufacture grangeoise. Depuis des années, les développeurs de la marque horlogère se consacrent corps et âme à l’optimisation des systèmes de remontage automatique.
 
Leur objectif : fabriquer un calibre fiable et précis qui, en dépit du remontage automatique, doit répondre aux mêmes critères d’exigence que ceux des montres à remontage manuel classique. Ce calibre doit également fonctionner dans les montres pour dames, de tailles plus réduites. Le défi est important : plus un mécanisme est petit, plus son degré d’efficacité s’amoindrit –pour une montre mécanique, toute miniaturisation revêt une importance décisive au regard de sa fiabilité.
 
Pour répondre en tous points au cahier des charges, un rotor central utilise les deux sens de rotation, il couvre l’ensemble de la surface disponible ce qui lui garantit ainsi un pouvoir remontant optimal. Ce modèle de système, tel qu’il est habituellement construit, présente néanmoins certaines faiblesses majeures : l’axe de roulement significativement élargi se rompt facilement en cas d’à-coups. En outre, l’usure entraîne un important jeu de palier et le rotor raye le mouvement ou le fond du boîtier. Enfin, si son huile sèche (même si de nos jours de nouvelles huiles qui ne sèchent quasiment pas sont arrivées sur le marché), cela peut mener à l’arrêt de son fonctionnement.
 
La solution élaborée par Eterna est aussi ingénieuse que révolutionnaire : de fait, il s’agit d’un minuscule roulement à cinq microbilles présentant chacune un diamètre de 0,65mm. Ce système résout tous les problèmes inhérents au rotor : les frictions et l’usure qu’elles occasionnent sont dès lors minimes. Le mouvement de rotation reste libre, mais avec moins de jeu de telle sorte que la « dislocation » constatée jusqu’alors soit empêchée. La casse du roulement est désormais quasiment impossible grâce à des bagues de roulements élastiques internes.
 
Avec le développement de ce système de rotor à billes, Eterna a établi un nouveau standard en matière de calibre automatique, adopté par tous les acteurs horlogers et toujours valable aujourd’hui. Ainsi s’explique le succès phénoménal, dès 1948, du modèle Eterna-Matic, qui bénéficiait de ces prouesses techniques et celui de l’EternaMatic Dato 3000 quelques années plus tard, en 1962 (la montre-bracelet à remontage automatique et affichage de la date, la plus mince au monde)…

Montres-de-luxe.com | Publié le 17 Mai 2016 | Lu 1114 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos