Girard-Perregaux Laureato Absolute WW.TC : la plus légitime


Girard-Perregaux a présenté à l’occasion du SIHH 2019, une nouvelle ligne au sein de sa collection Laureato, baptisée Laureato Absolute, comprenant trois nouveautés masculines, dont cette version WW.TC (heures universelles) qui est probablement la plus légitime des trois tant cette fonction est associée à l’esprit GP.



On ne présente plus la Laureato de chez GP. C’est l’une des plus belles montres de sport en acier qui soit sur le marché. Chic et élégante en toutes occasions, elle a été proposée depuis les années 70, en de multiples versions, tailles et « motorisations ». Au même titre qu’une Royal Oak ou une Nautilus, la Laureato appartient à cette catégorie de montres qui ne vieillissent pas.
 
Cette année, GP poursuit donc le développement de cette icône horlogère, n’ayons pas peur des mots, avec l’arrivée d’un modèle encore plus sportif, qui laisse l’aspect « élégant » de l’acier de côté pour embarquer une boite en titane traité PVD noir très légèrement agrandie à 44 mm.
 
Ce qui change bien évidemment le look de la montre et qui lui offre une touche de modernité en plus. Sans compter quelques « grammes » de testostérone. Trois modèles sont proposés dont cette WW.TC si emblématique de GP.
 
En effet, cette heure universelle qui porte le nom de WW.TC pour World Wide Time Control, est l’une des complications les plus connues de Girard-Perregaux. Elle a été déclinée en de très nombreuses versions depuis des années, la plupart du temps associée à la fonction chrono, ce qui n’est pas le cas de cette Absolute.

Plus concrètement, le système repose sur deux disques mobiles encerclant le cadran : une bague représentant les vingt-quatre heures est synchronisée avec l’aiguille des heures. Une seconde bague peut être réglée avec la couronne située à 9 h 00. Elle affiche les noms de 24 villes du monde pour 24 fuseaux. Un regret peut-être : l’absence de date.
 
Le cadran est constitué de deux plaques superposées, évidées (de type « sandwich »), dont celle du dessus est de couleur bleue dégradée avec finition soleillée (ou fumé). Il est associé à des index et des aiguilles de type « bâton » avec Superluminova. Le tout, protégé par un verre saphir traité antireflet avec joint de glace de couleur bleue. Le fond vissé du boitier est plein.
 
Cette référence 81065-21-491-FH6A embarque le calibre GP03300-1056 mécanique à remontage automatique (248 composants) avec une réserve de marche standard de 46h. Il bat à la fréquence de 28’800 Alt./h. (4 Hz).
 
Toujours dans l’esprit sportif de cette nouvelle ligne, cette montre se porte sur un bracelet en caoutchouc noir intégré à la boite. Les noms Girard et Perregaux sont moulés dans la masse. A noter la présence de surpiqûres bleues. Sur boucle déployante en titane PVD noir avec système d’ajustement.      

Montres-de-luxe.com | Publié le 30 Janvier 2019 | Lu 1049 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos