Jaquet Droz : le cochon en peinture miniature


À l’occasion du nouvel an chinois qui aura lieu le 5 février prochain, placé en 2019 sous le signe du Cochon, l’horloger suisse Jaquet Droz présente deux modèles féminins célébrant les liens historiques qui ont unis la Chine et la marque aux deux étoiles au cours de siècles.


C’est devenu une tradition… Désormais, chaque année, les horlogers suisses (Panerai, Ulysse Nardin, Vacheron Constantin, Chopard, Breguet, etc.), dévoilent des séries limitées dédiées aux signes zodiacaux chinois. Certes, parfois, l’animal de l’année n’aide pas commercialement parlant…
 
Ainsi, le rat, le bœuf, le serpent ou la chèvre sont tout de même moins attirants que le dragon, le chien ou le singe. Pour l’an prochain, c’est le cochon que la Chine va célébrer.
 
Dans quelques semaines (tout juste après les fêtes de fin d’année), les rues d’Asie vont se parer des décorations qui annonceront l’arrivée du Nouvel An chinois. Ces festivités s’étendent traditionnellement sur quinze jours (et se terminent pas la fête des Lanternes), réunissant famille et amis autour d’un grand nombre d’événements festifs.

​Cette année, l’entrée dans un nouveau cycle du calendrier chinois démarrera le 5 février 2019 pour s’achever le 24 janvier 2020.
 
Dans la représentation traditionnelle du Zodiaque Chinois, le cochon -douzième et dernier signe- n'a rien de péjoratif, ni de sale. Bien au contraire. Il est sincère et travailleur, prévenant et généreux. En conséquence, une Année du Cochon est faite de labeur couronné de réussite, mais aussi de festivités. 
 
Les personnes nées sous le signe du cochon ont un caractère sans prétention et voient toujours le bon côté des choses. Cohérent, fier, fidèles et doté d’une grande volonté, ils évitent de s’impliquer dans des choses étroites, préférant avant tout profiter des plaisirs de la vie.

Au travail, ils atteignent les sommets par la loyauté et l’intelligence, en évitant la tentation de l’argent facile et l’appel du pouvoir. Ils sont en cela aidés d’une bonne santé qui ne les privera pas de moments joyeux voire, volontiers festifs.
 
Au XVIIIe siècle, la maison Jaquet Droz fut l’une des premières à découvrir l’Empire du Milieu, présentant ses créations au sein même de la Cité Interdite. Aujourd’hui, les pièces historiques qui y sont encore exposées témoignent de la durabilité des liens qui unissent JD et ce pays-continent…
 
Normal dès lors, que Jaquet Droz propose ces éditions limitées. Pour honorer cet animal, l’horloger a créé deux modèles de Petite Heure Minute en or rouge, en série limitée de 28 exemplaires chacune (numerus clausus). Une première version féminine se décline en un boitier serti de 35 mm. La seconde, mixte, en un diamètre de 39 mm non serti.
 
Pour chacune des deux, l’art de la peinture miniature a été choisi pour représenter une scène où un jeune cochon se tient au-devant d’un champ de blé. Cette approche naturaliste, chère à Jaquet Droz, décrit ainsi à la fois l’abondance et la prospérité (par la présence du blé mûr) ainsi que le calme et la sagesse, par un cochon qui s’y tient devant, visiblement désintéressé. Au dos de la pièce, la masse oscillante gravée, en or, dépeint une scène similaire.

Montres-de-luxe.com | Publié le 29 Janvier 2019 | Lu 682 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos