CORUM


Jérôme Biard, PDG de Corum et d'Eterna : un homme, deux marques

Corum et Eterna, deux marques radicalement différentes, mais qui offrent l’une et l’autre des images fortes. Propriétés d’un groupe chinois, elles reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène sous la houlette de Jérôme Biard qui a la responsabilité de ces marques depuis septembre dernier.


D’un côté, Eterna, une marque généraliste au rapport qualité/prix parfait, connue autrefois pour son partenariat avec le Kon-Tiki du navigateur Thor Heyerdahl ; de l’autre, Corum, dont l’image a été créée par ses montres intégrant un Dollar or. Logiquement, tous les ingrédients du succès sont là.
 
Alors que des marques sans véritable histoire -hormis celle du marketing- rencontrent le succès, il n’y a aucune raison pour que la recette ne s’applique pas à Eterna et Corum. D’autant que Jérôme Biard connaît parfaitement le monde de l’horlogerie.
 
Après une première expérience chez Baume & Mercier en 1990, il enchaîne successivement les passages chez Vacheron Constantin, Cartier, Girard Perregaux jusqu’à septembre dernier où il intègre le groupe hongkongais Citychamp, propriétaire notamment des marques Corum et Eterna.
 
Aujourd’hui, c’est un travail important qui l’attend. Le chantier est énorme. Comme il nous le précise sans détour, « les deux marques sont tombées très bas : 12 000 pièces par an pour Eterna et 10 000 pièces pour Corum avec ses quatre collections ». Quant aux chiffres d’affaires, ils sont respectivement de 4 millions de francs pour Eterna et de 50 millions pour Corum.
 
Et comme nous le confirme Jérôme Biard « nous optimisons les équipements en mouvements en fonction des modèles ». Bien entendu les Eterna utilisent des mouvements maisons ; quant à Corum, cela varie en fonction des quatre collections, Admiral, Golden Bridges, Héritage et Bubble.

Si pour la Golden Bridge c’est Vaucher qui produit les mouvements, pour les autres collections, la marque fait appel indifféremment à ETA ou Dubois-Depraz. Corum n’est pas une manufacture et n’a pas l’esprit manufacture comme le précise Jérôme Biard : « nous assemblons des concepts originaux ».
 
Pour Eterna, la problématique est différente : « nous essayons toujours d’avoir le prix le plus adapté. Nous avons 15 détaillants en France et nous travaillons uniquement avec la collection Kon-Tiki dont les prix varient de 1.900 à 3.000 euros. Outre les mouvements Eterna, nous montons également du Eta et du Sellita. Pour cette marque nous sommes face à Oris, Zénith, Tag Heuer ou Omega. »
 
Une modestie qui se retrouve dans les objectifs de vente ainsi que dans le renouvellement annuel des collections. Pour Eterna, Jérôme Biard indique une croissance d’environ 1.500 pièces par an. En revanche, il admet que les renouvellements de gamme importants voire systématiques, ne sont pas nécessaires et peuvent être interprétés comme des aveux de faiblesse.
 
Pour lui, dans l’immédiat, il est important de réduire les collections ainsi que les points de vente. Prolonger la durée de vie des collections dans la mesure du possible avec des changements subtils par petites touches est l’idéal. Les nouveautés ne doivent pas dépasser 15% d’une collection.
 
Voilà ce que préconise Jérôme Biard pour ses deux marques à l’exception de la collection Bubble qui est un produit de « mode » qui se doit d’être renouvelé régulièrement, d’autant qu’il s’agit d’éditions limitées à 88 exemplaires avec des thèmes qui ne trouvent pas toujours leur public.
 
A cet égard chez Corum, les collections Bubble et Héritage ne représentent que 20% des ventes contre 40% pour la Golden Bridge et 30% pour l’Admiral. La Coins qui est produite à trois exemplaires par mois n’influe pas sur ces chiffres. Chez Eterna, les références sont réduites à six afin de simplifier l’offre au client final.
 
Connaissant parfaitement la distribution, le nouveau patron de Corum et d’Eterna s’est déjà penché sur le phénomène des E.Boutiques et de la vente par Internet. Il existe déjà une E.Boutique Corum où l’on trouve notamment en exclusivité une Corum BitCoin !

Pour Jérôme Biard : « le passage par l’internet et les boutiques en ligne sont devenus une obligation et selon sa commande, le client pourra recevoir son achat à domicile ou chez un détaillant. Il est clair également que le principe de la vente en ligne adopté pour Corum le sera aussi pour Eterna. C’est indispensable ».
 
Joël Chassaing-Cuvillier

Montres-de-luxe.com | Publié le 26 Avril 2018 | Lu 1698 fois