Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Junghans : coffret annuel Max Bill Edition 2018


L’horloger allemand Junghans, installé en pleine forêt noire, vient de dévoiler son coffret Max Bill 2018 qui sera édité à 222 exemplaires pour le monde et comprenant une montre mécanique et une horloge de bureau à quartz, avec chacune sur leur fond, une reproduction de l’œuvre de l’architecte du Bauhaus.



Exemple de minimalisme à l’état pur, la montre mécanique (boitier acier de 38 mm) de ce coffret reprend le cadran blanc à index caractéristique de la marque avec ses aiguilles fines. Le tout, protégé par un verre saphir bombé. Le fond du boîtier est orné d’une œuvre de l’artiste : le motif sicherheit (sécurité) issu des célèbres grafischen reihen (séries graphiques) de Max Bill présente quatre triangles différents formant un carré.
 
Rappel discret de cette édition limitée, la couleur bleue s’affiche au niveau de la date, de la surpiqûre du bracelet en cuir de vachette et de sa doublure –c’est la même teinte de bleu que celle de l’œuvre figurant sur le dos du boîtier. On retrouve aussi le motif sicherheit (sécurité) au dos de la pendule de bureau laquée « noir piano ».
 
L’art de Max Bill devient ainsi une source d’enchantement quotidien, à l’extérieur quand on regarde sa montre (enfin, son fond plein) et à la maison quand on regarde sa pendule (164 x 174 mm) à quartz avec lunette diamantée en aluminium.

Rappelons que d’une manière générale, la collection Max Bill s’inspire des standards du Bauhaus (« la forme suit la fonction »). Qualifiée par les historiens du design d’« horloge murale Max Bill », l'horloge de cuisine de 1956 de Junghans s'est distinguée à l’époque par la conception de son cadran, ultra-lisible.
  
Plus tard, en 1961, ce design minimaliste fut repris sur les cadrans des toutes premières montres Max Bill. L'artiste portait alors une attention toute particulière à la symbiose de la fonctionnalité et de l'esthétique comme le veut le Bauhaus... Aujourd’hui encore, ces standards en matière de design restent pratiquement inchangés sur les « visages » de la collection Max Bill by Junghans.

Montres-de-luxe.com | Publié le 5 Juillet 2018 | Lu 1425 fois


Alpina | Anonimo | Armin Strom | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Chronoswiss | Citizen | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | F.P. Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | HYT | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Junghans | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Mido | Montblanc | Movado | Moser | Nomos | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | SevenFriday | Speake-Marin | Swatch | Tag Heuer | Tiffany | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques