Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Prix Gaïa 2016 : Giovanni Busca et Pascal Rochat pour Esprit d'entreprise


Giovanni Busca, consultant indépendant, a été professeur et directeur de l'Observatoire cantonal de Neuchâtel (1988-2001) ; Pascal Rochat est fondateur et directeur de la société Spectratime à Neuchâtel. Les deux lauréats se sont engagés dans le domaine des horloges atomiques et se sont illustrés tout particulièrement dans le transfert industriel. Ils ont, par leurs compétences et leur enthousiasme, donné à l’Europe son indépendance technologique en matière de localisation et navigation par satellites.



Giovanni Busca, issu du monde académique mais passionné d’applications, a par sa vision et son esprit d’entreprise donné à l’Observatoire cantonal de Neuchâtel une impulsion remarquable. Ses succès de chercheur lui ont en plus permis de concrétiser un de ses rêves en créant en 1995 un spin-off de l’Observatoire.
 
Il est né en Italie en 1939. Il effectue une maturité classique puis des études supérieures en physique à l'Université de Turin, où il soutient sa thèse en 1964. Son activité de recherche l’amène à poursuivre de 1970 à 1977 une carrière académique à l’Université Laval (Québec), où il se spécialise dans le domaine des horloges atomiques.
 
De 1977 à 1978, il étudie le Maser à hydrogène, au National Bureau of Standards, à Boulder, au Colorado et à Oscilloquartz à Neuchâtel. Par la suite il continue son activité à Oscilloquartz. Il dépose plusieurs brevets, assume la direction du Groupe Etalons de Fréquence (GEF) chez ASULAB SA et développe une première génération de masers à hydrogène terrestres pour la radioastronomie, qui seront utilisés dans le monde entier. Il démarre aussi la Recherche et le Développement des horloges au rubidium et au césium sous des contrats de recherche de la Confédération.
 
Giovanni Busca présente le premier maser actif à hydrogène produit par Oscilloquartz SA (1982). En 1988, il est nommé directeur de l’Observatoire Cantonal de Neuchâtel et par la suite professeur associé de l’Université de Neuchâtel. Giovanni Busca a déployé une intense activité dans le monde de la recherche, par la publication d'une centaine d'articles scientifiques et de 7 brevets. Avec un effectif croissant progressivement de 12 à 30 collaborateurs et un financement basé pour deux-tiers sur les mandats externes au Canton, Giovanni Busca a contribué à la recherche et au développement vigoureux d'étalons atomiques de fréquence:
- horloges au rubidium miniaturisé pour applications terrestres et spatiales
- maser actif à hydrogène de hautes performances pour les applications en radioastronomie
- maser passif à hydrogène pour les applications terrestres et spatiales (GALILEO)
 
Maser passif à hydrogène pour Galileo
Ces trois domaines ont été transférés avec succès à l'industrie. Le premier a suscité la création en 1995 d'un spin-off (TNT-Temex Neuchâtel Time, aujourd'hui Spectratime) avec deux collaborateurs de l'Observatoire (dont Pascal Rochat, alors directeur-adjoint technique). Les deux autres domaines ont par la suite fait l'objet de développements industriels par Spectratime.
 
En 2001, Giovanni Busca prend sa retraite et fonde la société KYTIME dans laquelle il est actif comme conseiller en temps et fréquence jusqu’en 2014. En 2011, il reçoit le prix Marcel Ecabert du Forum Européen Temps et Fréquence et en 2012 le prix Time Lord de l’International Timing and Synchronisation Forum.
 
Le parcours de Giovanni Busca a toujours été entièrement motivé par les applications d'une recherche, aussi pointue soit elle. Dans ce domaine confidentiel mais néanmoins prestigieux de la mesure ultra-précise du temps, il a su redonner une place et un rayonnement enviables à la Suisse.

Pascal Rochat
Pascal Rochat est né en 1957. Formé à Lausanne puis Yverdon, il devient ingénieur-électronicien en 1978. Il rejoint ensuite l'Institut de microtechnique de l'Université de Neuchâtel comme chercheur puis est engagé, dès 1979, chez Oscilloquartz SA où il développe pendant près de dix ans divers dispositifs électroniques liés à la chronométrie de haute précision.
 
En 1989, il s'engage pour le  développement de systèmes de géolocalisation de véhicules auprès de la société Scientific Development Inc. aux Etats-Unis et en Suisse. En 1991, il devient le responsable des développements électroniques, puis le directeur-adjoint technique de l’Observatoire de Neuchâtel, chef du projet « horloge à rubidium miniature ».
 
En 1995, Pascal Rochat quitte son poste de directeur-adjoint technique de l’Observatoire pour l’aventure industrielle. Il prend la direction du spin-off de l’Observatoire : Tekelec Neuchatel Time, qui devient Temex Time en 2003 et Spectratime dès 2007 (Orolia Group).
 
Initialement fondée pour industrialiser l’horloge miniature au rubidium de l’Observatoire, l’entreprise s’est rapidement développée pour industrialiser et mettre sur le marché plusieurs autres développements de l’Observatoire, en particulier le maser à hydrogène passif et le maser à hydrogène actif pour l’espace. Pascal Rochat a ainsi été le moteur du développement industriel des deux types d’horloges actuellement embarquées sur les satellites de navigation Galileo.
 
Horloge à hydrogène
Epaulé par un seul collaborateur en 1995, Pascal Rochat a su développer son entreprise à son niveau actuel de 70 collaborateurs. Il a mis l’Europe sur la carte mondiale des horloges atomiques industrielles, jusque-là chasse gardée des Etats-Unis.
 
Dès 2006, il préside aussi la société T4Science, entreprise fondée pour produire et distribuer les masers à hydrogène actifs précédemment fabriqués à l’Observatoire.
 
Pascal Rochat est reconnu pour résoudre des problèmes complexes à moindre coût. Les exemples de succès dans sa démarche inventive et rigoureuse sont multiples. Son entreprise a été la seule capable de mettre à la disposition de l’Agence spatiale européenne, les deux types d’horloges dont elle avait besoin pour équiper les 30 satellites du système Galileo. A ce jour, Spectratime et T4Science produisent environ 4000 horloges atomiques par an, exportées dans le monde entier. Spectratime fournit les horloges atomiques du système européen Galileo, mais aussi celles des systèmes similaires de navigation en Inde et en Chine. A ce jour, une centaine d'horloges atomiques de Spectratime circulent dans l'espace. Pascal Rochat et le responsable du système de navigation chinois
 
Le succès de Spectratime réside dans la rare combinaison de compétences unanimement reconnues, de créativité, de rigueur, et de leadership. Manager humble et humaniste, Pascal Rochat inspire le respect de ses collaborateurs par l’exemple.

Montres-de-luxe.com | Publié le 8 Septembre 2016 | Lu 771 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos