Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Richard Mille RM UP-01 Ferrari : ultraplate et révolutionnaire !


Annoncé au printemps 2021, la partenariat entre Richard Mille et Ferrari, vient de se concrétiser par la présentation hier, à Maranello en Italie chez Ferrari, de la toute première création issue de cette collaboration ; et quelle création ! En effet, l’horloger suisse vient de dévoiler sa RM UP-01 Ferrari, un garde-temps de forme totalement exceptionnel qui ne mesure qu’1,75 mm d’épaisseur. Une montre de tous les superlatifs qui ne sera produite qu’à 150 exemplaires. Collector en puissance.



Richard Mille et Ferrari, un partenariat plein de sens, bien évidemment, mais tous les amateurs d’horlogerie se demandaient comment allait se traduire cette collaboration d’exception entre deux légendes de la mécanique et des matériaux high-tech. Eh bien, voilà le résultat.
 
En cet été 2022, Richard Mille inaugure cette histoire naissante (qui va se prolonger dans le temps) par la création d’une pièce ultraplate exceptionnelle : la RM UP-01 Ferrari. Un garde-temps clairement en rupture avec les codes stylistiques habituels de la marque mais fidèle à son identité. Et qui, une nouvelle fois, repousse les limites en relevant le défi de l’ultraplat.
 
La RM UP-01 Ferrari, avec seulement 1,75 millimètre d’épaisseur -boitier et calibre- constitue une véritable prouesse technique et illustre une approche de la mécanique horlogère où la technique a plus que jamais dicté l’esthétique.
 
Le résultat de plusieurs années de travail, de dizaines de prototypes et de plus de 6.000 heures de développement et de tests en laboratoire...

En effet, afin de garantir en toutes circonstances une absolue résistance aux chocs, Richard Mille souhaitait conserver une architecture horlogère traditionnelle, composée d’un mouvement assemblé dans un véritable boîtier plutôt qu’une construction où le fond de la boîte aurait également fait office de platine -ce qui est le cas chez les concurrents proposant de l’ultra-plat.
 
« Avec un tel projet, tout le savoir acquis pendant des années de pratique, toutes les normes horlogères doivent être mis entre parenthèses, explique Julien Boillat, directeur technique habillage chez Richard Mille. C’est exactement ce que nous avons fait au cours de notre collaboration avec les laboratoires d’Audemars Piguet Le Locle. Partir à la conquête de ces derniers millimètres d’épaisseur a impliqué un processus exigeant et de longue haleine. »
 
Pour relever le défi de l’ultraplat, il n’était pas envisageable d’imaginer un calibre avec un aiguillage surmontant les rouages du mouvement. L’option retenue par RM a donc été de répartir sur une plus grande surface ce qu’il était impossible de disposer en hauteur en créant une « symbiose » entre mouvement et boîtier, chacun assurant la rigidité de l’autre -le manque de rigidité et la fragilité étant l’un des grands challenges de l’ultraplat !

Le mouvement à remontage manuel RMUP-01 avec heures, minutes et sélecteur de fonctions – résistant à des accélérations de plus de 5 000 g – affiche ainsi une épaisseur de 1,18 mm pour un poids de 2,82 grammes ainsi que 45 heures de réserve de marche.
 
Afin d’assurer un fonctionnement optimal du train de rouage, la platine et les ponts squelettés sont en titane grade 5, gage d’une parfaite planéité sans rien céder de la rigidité. Le barillet extraplat breveté est équipé d’un ressort extrêmement fin, tandis que l’architecture de l’échappement a été repensée.
 
Afin de gagner en hauteur, le petit plateau du balancier et le dard, deux pièces qui en cas de choc évitent les retours de l’ancre lors de la phase libre du balancier, ont été éliminés. Le nouvel échappement ultraplat en titane, lui aussi breveté, a substitué à ces organes « anti-renversement » une ancre avec une fourchette allongée dotée de nouvelles cornes.

De la même manière, la raquette du spiral et son piton ont été écartés au profit d’un balancier à inertie variable en titane dont les six masselottes garantissent un réglage fin de l’inertie de l’organe régulateur.

Pour parvenir à une montre d’une telle finesse, le système de remontage a également été complètement repensé afin d’éliminer la tige de remontoir. En lieu et place, les deux couronnes, l’une pour le sélecteur de fonctions (remontage ou réglage de l’heure), l’autre pour manipuler la fonction choisie, ont été toutes deux intégrées à la boîte comme un rouage du mouvement.
 
« Même si nous sommes dans l’ultraplat, nous tenions à réaliser une pièce répondant aux mêmes exigences de validation que tous nos autres modèles. Dans cette quête de la finesse absolue, nous devions proposer une montre qui, loin d’être une « concept watch », pourrait accompagner dans leur quotidien, en toute circonstance, ceux qui les portent », conclut Salvador Arbona, directeur mouvement chez Richard Mille.
 
Le choix du matériau du boîtier de 50 x 39 mm –de seulement 1,75 mm d’épaisseur (record du monde, 0,05 mm de mon que la Bulgari et étanche à 10 mètres– s’est porté sur le titane, offrant l’avantage d’une très grande légèreté alliée à une résistance éprouvée en laboratoire.

Les deux verres saphir, l’un surmontant les indications horaires avec des aiguilles directement décalquées sur les roues, et l’autre positionné sur le régulateur (balancier-spiral) pour rendre compte de la marche du mouvement, ont également été affinés à une épaisseur de 2/10e avec un diamètre calculé pour garantir la résistance de la glace lors des phases de tests.
 
L’extrême faiblesse des tolérances et les épaisseurs particulièrement limitées imposent pour chaque composant du boîtier un travail excessivement minutieux et un contrôle à chaque étape de son usinage. C’est pourquoi il a été décidé de confier l’usinage des boîtiers de la RM UP-01 Ferrari au département mouvement de Richard Mille.

Montres-de-luxe.com | Publié le 6 Juillet 2022 | Lu 21603 fois