Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Rolex Submariner : du changement dans la continuité


Alors que le fameuse Submariner fêtera ses 70 ans en 2023, on ne s’attendait pas à ce que Rolex présente une nouvelle version de cette icône de l’horlogerie trois avant son anniversaire… C’est pourtant bien ce qui s’est passé cette année avec l’arrivée d’une « toute nouvelle » Sub entièrement reliftée et dotée du récent calibre 3235 qui arrive dès demain chez les détaillants. Un produit parfait, comme toujours chez Rolex.



Bâle 2012 : Rolex introduisait sa première Submariner sans date en acier avec lunette en céramique, la référence 114060. Huit ans plus tard, cette plongeuse incontournable revient dans une version entièrement revisitée (réf. 124060) mais totalement dans la continuité !  
 
La « Sub sans date » est « la » montre de plongée par excellence. La Rolex « Professionnel » de référence. La montre sport la plus emblématique. Bref, un « must » absolu, une icône horlogère née en 53 qui nous revient cette année avec un nouveau boitier, un nouveau bracelet et surtout, un calibre récent, le 3230.
 
Tout d’abord, cette Oyster Perpetual Submariner dévoile un boîtier monobloc légèrement agrandi à 41 mm de diamètre (vs 40 mm pour les versions précédentes, mais en réalité, la taille n’est augmentée véritablement que d’un demi millimètre).
 
Naturellement, fidèle à son esthétique historique, cette « Sub » offre un cadran et une lunette tournante avec disque Cerachrom noire également. Elle conserve bien évidemment son affichage Chromalight : les aiguilles et les index sont couverts ou remplis d’une matière luminescente longue durée qui émet une lueur bleue lorsque la montre est dans l’obscurité. Sur la lunette, le zéro de la graduation, marqué par un triangle, est lui aussi visible dans l’obscurité grâce à un chaton contenant la même matière luminescente.

La lunette tournante unidirectionnelle, comme indiquée précédemment, est munie d’un disque Cerachrom gradué 60 minutes en céramique noire qui permet aux plongeurs de lire leur temps d’immersion en toute sécurité (elle permet aussi le calcul de temps courts, inférieurs à 60 minutes).
 
Les graduations et les chiffres, moulés en creux, sont mis en couleur par dépôt de platine selon une technique PVD (Physical Vapour Deposition, dépôt physique en phase vapeur). Grâce à son pourtour cranté qui offre une excellente prise, la lunette peut être manipulée confortablement, même avec des gants. Les petits « clics » sont très qualitatifs et agréables à l’oreille.
 
La Submariner est étanche jusqu’à 300 mètres de profondeur (sachant que la très grande majorité des plongeurs ne descend pas à plus de 60 mètres, il y a de la marge…). Sa carrure est travaillée dans un bloc massif d’acier Oystersteel, un alliage particulièrement résistant à la corrosion.
 
Son fond bordé de fines cannelures est hermétiquement vissé à l’aide d’un outil spécial ; seuls les horlogers habilités par Rolex peuvent ainsi accéder au mouvement. La couronne de remontoir Triplock (symbolisée par les trois points au dessous de la couronne), munie d’un système de triple étanchéité et protégée par un épaulement taillé dans la carrure, se visse solidement sur le boîtier.

Quant à la glace, elle est en saphir pratiquement inrayable. Elle est désormais dotée d’un traitement antireflet à l’intérieur ce qui améliore la lisibilité de 25% environ.  
 
La Submariner est équipée du calibre 3230 – dévoilé cette année. Il existait déjà en version 3235 avec date. Ces derniers sont des mouvements entièrement développés et manufacturés par Rolex, bien évidemment.
 
A noter que ces mouvements mécaniques à remontage automatique ont fait l’objet de plusieurs dépôts de brevet. Ils offrent des gains fondamentaux en matière de précision, d’autonomie, de résistance aux chocs et aux champs magnétiques, de confort d’utilisation et de fiabilité.

Le calibre 3230    intègre l’échappement Chronergy, breveté par Rolex, qui combine un haut rendement énergétique avec une grande sécurité de fonctionnement. Réalisé en nickel‑phosphore, cet échappement est insensible aux champs magnétiques.
 
D’autre part, ils comprennent aussi une version optimisée du spiral Parachrom bleu, produit par la marque dans un alliage paramagnétique exclusif (le « cœur » de montre) qui le rend de surcroît jusqu’à dix fois plus précis qu’un spiral traditionnel en cas de chocs.

Le spiral Parachrom bleu est en outre muni d’une courbe terminale Rolex, qui assure la régularité de la marche dans toutes les positions. L’oscillateur est monté sur des amortisseurs de chocs haute performance Paraflex, développés et brevetés par Rolex, qui confèrent au mouvement une résistance aux chocs accrue.
 
Ces deux calibres sont animés par un module de remontage automatique par rotor Perpetual. Grâce à l’architecture de leur barillet et au rendement supérieur de leur échappement, ils bénéficient d’une très confortable réserve de marche d’environ 70 heures qui permet par exemple de laisser sa Sub sur la table de nuit le weekend et de la reprendre à l’heure le lundi matin.

Naturellement, l’Oyster Perpetual Submariner bénéficie de la certification Chronomètre Superlatif, redéfinie par Rolex en 2015. Ce titre exclusif atteste que chaque montre qui sort des ateliers de la marque a subi avec succès une série de tests menés par Rolex dans ses propres laboratoires et selon ses propres critères.
 
Ces tests de certification portent sur la montre dans son ensemble, une fois le mouvement emboîté, afin que ses performances superlatives au poignet en matière de précision, d’étanchéité, de remontage automatique et d’autonomie soient garanties. La précision d’un Chronomètre Superlatif Rolex est ainsi de l’ordre de –2/+2 secondes par jour, soit plus de deux fois celle exigée d’un Chronomètre officiel.
 
La Submariner est assortie d’un bracelet Oyster. Développé à la fin des années 1930, ce bracelet à trois mailles se distingue par sa robustesse. Il est équipé d’un fermoir de sécurité Oysterlock à boucle déployante, conçu et breveté par Rolex, qui prévient toute ouverture involontaire.

Il dispose aussi du système de rallonge Rolex Glidelock, développé et breveté par la marque.

Constitué d’une crémaillère intégrée sous le couvercle du fermoir, ce dispositif particulièrement ingénieux se règle par un maillon coulissant doté d’une dent qui vient se fixer dans le cran choisi. Le Rolex Glidelock sur bracelet Oyster compte dix crans d’environ 2 mm chacun ; il permet d’ajuster facilement et sans aucun outillage la longueur du bracelet d’environ 20 mm.
 
Le statut de Chronomètre Superlatif est symbolisé par le sceau vert dont est assortie chaque montre Rolex et s’accompagne d’une garantie internationale de cinq ans.


Montres-de-luxe.com | Publié le 1 Septembre 2020 | Lu 45145 fois