Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Bell & Ross BR X1 Tourbillon Chronograph Instrument de Marine


Bell & Ross, très impliqué dans l’univers aéronautique, s’intéresse cette fois-ci aux origines des instruments de marine avec une collection de trois séries limitées (500, 99 et 20 ex.) qui rendent hommage tant dans leur interprétation, leurs formes que leurs matériaux à ces outils qui permirent à nos ancêtres de partir à la découverte de la planète. Troisième et dernière pièce de cette collection, la Bell & Ross BR X1 Tourbillon Chronograph Instrument de Marine en or rose et bois précieux.



Plus exclusive encore, cette variante haute horlogerie reçoit une mécanique d’exception à remontage manuel. Le Tourbillon apparu en 1801, est en effet considéré par les amateurs comme la complication ultime. Rappelons que ce système inventé par Breguet visait à compenser les effets de l’attraction terrestre lorsque la montre se trouvait en position verticale. L’objectif étant, bien évidemment, une plus grande précision.
 
Cette prestigieuse version habille son boîtier d’or rose 18 carats et de bois. La noblesse de l’or s’adapte parfaitement à ce modèle d’exception. Sa couleur se marie en outre, à merveille avec le Palissandre des Indes. Rappelons que le bois rappelle la coque et les mats des bateaux tout autant que la caisse d’habillage des instruments de bord de cette époque. Le Palissandre des Indes est une essence rare, au grain très fin, à la texture élégante et à la chaude couleur rose/rouge. Mais, il se révèle aussi très résistant à la compression. Son travail demande une grande méticulosité. Il est découpé en feuilles très fines, tour à tour pressées, usinées et enfin vernies.
 
Sur le cadran, les aiguilles au centre affichent classiquement les heures et les minutes. Deux disques de compteurs en métal doré s’y installent aussi à 2 et 10 heures. Le premier est le compteur 60 secondes du chronographe, équipé d’une aiguille trainante de six impulsions par seconde. Le second est le compteur 30 minutes du chronographe muni d’une aiguille sautante semi-instantanée. La cage dorée de tourbillon prend place quant à elle à six heures.
 
Le squelettage des ponts supérieurs permet d’observer le mouvement chronographe qui se déclenche via le mono-poussoir à deux heures. Mécanisme à remontage manuel, il est constitué de 282 composants. Le tourbillon dit « volant », est quant à lui, installé dans une cage suspendue. Il a pour particularité d’être monté sur la platine sans pont supérieur. Il donne de ce fait, l’impression de flotter.
 
Ce mouvement bénéficie d’une belle réserve de marche de 100 heures, ou 4 jours ; l’aiguille d’affichage (équivalent de la jauge à essence) est placée à 9 heures. Le signe “&”, signature maison, marque les secondes sur la cage de tourbillon.

La montre de marine en quelques mots

La montre de marine apparait à bord des navires dès le 17ème siècle. Elle se présente sous la forme d’une horloge au mécanisme suffisamment précis pour servir d’outil de base de temps pour la navigation. A partir du 18ème siècle, la marine se développe. Un grand nombre de bâtiments sillonnent les océans. S’ensuit une vague de naufrages, souvent causés par des imprécisions de navigation.
 
Pour le Royaume-Uni la maitrise de la mer revêt un caractère stratégique. La puissance économique et militaire de l’île en dépend. Les députés réfléchissent alors à une manière de réduire le nombre des naufrages. Ils arrivent à la conclusion que les voyages gagneraient en sécurité si les navires disposaient d’instruments d’horlogerie plus précis. A l’époque en effet, les navigateurs lors des voyages au long cours, se réfèrent aux astres et notamment aux étoiles, pour se diriger.
 
La connaissance précise de l’heure permet d’établir la longitude et ainsi de déterminer la position sur l’océan. Le parlement anglais vote le Longitude Act en 1714, une loi qui promet une prime de 20 000 Livres à l’inventeur d’une horloge précise au degré de longitude près. John Harrison, spécialiste de la micromécanique remporte la mise, avec une horloge d’une précision inégalée.
 
La nouvelle collection Instrument de Marine évoque à l’échelle d’une montre l’horloge mythique inventée par John Harrison au XVIIIe siècle. A l’époque, les horloges de bateaux se présentent dans des caisses en bois carrées. L’affichage en revanche, est inscrit dans un cercle comme sur la plupart des montres actuelles.

​Spécificités techniques

Boîtier 45 mm en or rose 18 cts et bois précieux.
Poussoir à bascule
Verre saphir traité antireflet.
Fond saphir traité antireflet.
 
Étanchéité : 100 mètres.
 
Cadran verre saphir teinté gris
Index en appliques dorés avec inserts Superluminova
Aiguilles des heures et des minutes dorées squelettées remplies de Superluminova.
 
Calibre BR-CAL.283
Tourbillon volant à remontage manuel
Chronographe monopoussoir à roue à colonne
282 composants, 35 rubis, 21’ 600 Alt/h
 
Réserve de marche 4 jours.
 
Fonctions : heures et minutes
Chronographe : compteur 30 min à 11h, compteur 60 sec du chronographe à 1h
Indication de la réserve de marche à 9h
Tourbillon volant à 6h.
 
Bracelet alligator marron sur boucle ardillon or rose.
 
Édition limitée à 20 pièces

Prix de vente public conseillé
 : 151.000 euros

Montres-de-luxe.com | Publié le 18 Janvier 2017 | Lu 1517 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos