Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Jaeger-LeCoultre : Master Grande Tradition Répét'Minutes perpétuelle


La « grande maison » du Sentier vient de nous dévoiler un garde-temps d’exception dont elle a le secret… Une montre en or blanc de 43 mm qui accueille un calibre automatique offrant les fonctions quantième perpétuel et répétition minutes. Une montre rare qui sera produite en deux éditions limitées à 30 exemplaires dont une très belle version avec cadran guilloché bleu.



En mai 2019, suite au succès rencontré par la Master Grande Tradition Gyrotourbillon Westminster
Perpétuel au SIHH, JLC présente une montre qui repousse de nouveau les frontières de l’excellence tracées par la marque en matière de montres à sonnerie.
 
L’innovation dans le domaine des montres à sonnerie est l’un des piliers fondateurs de l’expertise mécanique de JLC depuis 1895, année où la manufacture a breveté le premier régulateur silencieux de sonnerie à marteau.
 
Pour le 21ème siècle, la grande maison a concentré « toute sa créativité relative aux montres à sonnerie dans un mécanisme qui présente une efficacité énergétique maximale tout en occupant un volume minimal » assure le communiqué.
 
Son mouvement, le calibre 950 à remontage automatique, « produit une mélodie à la fois belle et puissante, un exploit tant ces deux caractéristiques extrêmement prisées semblaient incompatibles » poursuit le communiqué.

L’équipe RetD de JLC est parvenue à créer cette sonnerie grâce à un système de timbres hors du commun. Au lieu de reposer à plat, enroulés sur eux-mêmes et superposés comme les timbres des répétitions minutes classiques, ceux-ci une originalité radicale en occupant une hauteur et un volume exceptionnels.
 
Deux timbres, soudés ensemble par la base, contournent le mouvement dans le même sens, effectuant presque un tour complet avant de pivoter brusquement vers le haut pour rejoindre l’autre face du mouvement. Ils exécutent ensuite un virage, chacun dans un sens différent, puis un nouveau demi-arc de cercle pour atteindre leur point de départ, s’arrêtant juste avant de retrouver leur extrémité d’origine.
 
En optimisant au maximum l’espace occupé par le composant qui crée les vibrations sonores –le timbre– le calibre 950 augmente sa capacité acoustique. Celle-ci est encore améliorée par la proximité accrue des timbres avec le boîtier. En effet, les principes de l’acoustique nous indiquent instinctivement de positionner une source sonore relativement faible au plus près d’un résonateur (comme lorsqu’on place un haut-parleur dans un plat en verre pour en amplifier le son).
 
Les autres innovations, en terme de sonnerie, comme les timbres à section carrée ou les marteaux à trébuchet articulés, permettent aux timbres d’être frappés avec un maximum de puissance et un minimum d’interférences dues au recul du marteau. L’ensemble du dispositif garantit la qualité du profil acoustique de cette montre.
 
Le timbre le plus grave se développe de façon hélicoïdale depuis sa base jusqu’à son extrémité.
Malgré sa forme irrégulière, son aspect unidirectionnel lui permet de vibrer de façon à créer les harmoniques qui apportent épaisseur et équilibre aux basses.
 
Le timbre le plus aigu change de direction et se replie sur lui-même pour former une sorte de diapason. Cette configuration amplifie la vibration fondamentale du timbre et produit un son plus pur qui confère une clarté et une brillance très recherchées aux notes aiguës.

Cet équilibre optimisé entre volume sonore élevé et haute qualité acoustique ouvre de nouveaux territoires pour JLC dans le domaine des montres à sonnerie, une révolution que l’on retrouve dans d’autres aspects, notamment sa facilité d’utilisation.
 
Les QP comptent parmi les complications mécaniques les plus pratiques et les plus utiles sur une montre. Leur capacité à afficher des informations calendaires exactes tout en prenant en compte les mois de durée différente –y compris lors des années bissextiles– offre un confort quotidien à l’utilisateur, en particulier lorsque la complication est associée à un système à remontage automatique qui réduit les exigences de maintenance pour peu que la montre soit portée régulièrement.
 
Les QP traditionnels sont généralement assortis d’un calibre à remontage manuel car le prestige de cette grande complication exige habituellement que le mouvement soit entièrement visible pour pouvoir être admiré. Les montres automatiques à répétition minutes sont encore plus rares…
 
Le rotor du calibre 950 est caché au cœur du mouvement, entre le quantième perpétuel et la répétition minutes, afin de pouvoir admirer le mécanisme sans encombre depuis le fond de la montre. La montre est ainsi constamment approvisionnée en énergie sans que le moindre composant ne soit masqué pour mieux mettre en valeur ses finitions minutieuses : chanfreinage, satinage, côtes de Genève, ou tout à la fois.
 
Autre caractéristique de la montre au bénéfice de son propriétaire : la zone de sécurité intuitive qui apparaît dans un guichet près de l’axe des aiguilles des heures et minutes. Elle apparaît entre 22 heures et 1 heure du matin, une plage horaire pendant laquelle il est déconseillé de régler l’heure ou le calendrier de la montre car cela pourrait perturber, voire endommager le mouvement. Ce rappel permet à l’utilisateur de ne plus porter seul la responsabilité de se souvenir du moment auquel la montre ne peut être réglée.
 
Un nouveau boîtier de 43 mm (épaisseur 13,72 mm), composé de plus de 80 pièces finies à la main, a été spécialement conçu pour ce modèle. Une attention toute particulière a été portée à son ergonomie, depuis sa lunette convexe profonde et ses cornes aux angles larges, jusqu’à la gachette-poussoir polie et fuselée de la répétition minutes.
 
Les composants sont polis, satinés ou encore sablés, cette dernière finition étant particulièrement difficile à réaliser sur les éléments extérieurs d’une montre. En effet, une fois sablées, les pièces deviennent extrêmement poreuses et peuvent s’encrasser au moindre contact avec la peau.
 
Les traces que cela engendre sont parfois disgracieuses (même si elles s’éliminent facilement). Dans ses ateliers de finition, JLC a réussi à perfectionner l’art du sablage de sorte que la surface résiste à l’encrassement.
 
Le cadran se décline en deux variantes : un grené argenté et une version en émail guilloché translucide bleu profond (notre préféré). Le cadran en or gris massif est tout d’abord guilloché à la main à l’aide de machines traditionnelles anciennes. Cette phase de guillochage main est répétée plusieurs fois jusqu’à obtenir une gravure de profondeur suffisante.
 
Pour plus de précision, les compteurs du QP sont ensuite soudés au laser sur le cadran, qui est ensuite revêtu de plusieurs couches successives d’émail translucide. Ce dernier est enfin poli, ce qui lui confère sa nuance bleu scintillante et translucide, qui varie en fonction de la lumière et de l’angle sous lequel on l’admire.

Montres-de-luxe.com | Publié le 22 Mai 2019 | Lu 932 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos