Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

La maison Piasa met aux enchères une somptueuse et rare horloge mystérieuse de chez Cartier


Dans le cadre de la vente de Joaillerie et Horlogerie du 19 mai 2021, la maison Piasa présente une rare pendule mystérieuse Art Déco réalisée par la maison Cartier dans les années 1930. Cette pièce d’exception, provient de la collection particulière du commissaire-priseur Maurice Rheims. Estimation : entre 400.000 et 600.000 euros.



En 1912, alors qu’il n’a que 28 ans, l’horloger Maurice Couët suit les traces du célèbre illusionniste Jean-Eugène Robert-Houdin et met au point le système des pendules mystérieuses qui vont alors devenir l’objet mythique de la maison Cartier.
 
Le fait est qu’il s’agit d’un véritable miracle de l’horlogerie : en effet, les aiguilles étaient fixées à un disque en cristal de roche avec un bord de métal dentelé qui actionnait un système à crémaillère caché dans l’encadrement.
 
Tandis que le disque est en mouvement, les aiguilles donnent l’illusion de n’être connectées à aucun mouvement, qui est quant à lui, caché dans le socle. Jusqu’aux années 1930, on estime qu’environ 90 pendules mystérieuses furent fabriquées. La production repartira ensuite discrètement après-guerre, puis de nouveau dans les années 1970.
 
Au départ, Charles Jacqueau et George Remy concevaient la plupart des dessins de ces pendules. Celle présentée fait clairement référence à l’Empire State Building, « la 7ème merveille du monde moderne », dont les aiguilles reprennent la silhouette, tandis que le socle a été réalisé en rhodonite (basilicate de manganèse) et onyx.

Du grec rhodon (rose) pour sa couleur, la rhodonite se présente le plus souvent comme ici parcourue de veines noires d’oxyde de manganèse. La rhodonite n’était pas couramment utilisée chez Cartier -c’est même le seul exemple connu- et constitue certainement l’élément le plus étonnant dans la composition de la pendule mystérieuse.
 
Son utilisation confrontée à l’onyx fait ressortir les caractéristiques de cette pendule mystérieuse et lui donne son aspect très singulier, reprenant un motif architectural dans des tons très tranchés.
 
La fabrication nécessitait l’intervention de six ou sept spécialistes des ateliers parisiens de Cartier : orfèvre, émailleur, lapidaire, sertisseur, graveur, polisseur, durant une période pouvant aller jusqu’à 12 mois.
 
Maurice Couët utilisa d’abord un système à deux axes latéraux puis il mit au point vers 1920 un autre modèle à axe unique qui permettait l’utilisation de n’importe quel boîtier. Par la suite, les deux conceptions furent employées simultanément. Cette pendule possède un axe unique ; il s’agit d’un mouvement de huit jours de réserve de marche.
 
Pour la première fois mise aux enchères, cette pièce d’horlogerie n’avait jamais fait d’apparition sur le marché depuis sa réalisation par les ateliers Cartier Paris.

Cartier Paris Circa 1930
Pendule mystérieuse Art Déco
Cristal de roche, onyx, marbre, rhodonite et argent
Poinçon de maître : Maurice Couët
Dimensions : H. : 17.7 cm, L. : 15 cm, P. : 9.7 cm
Provenance : Ancienne collection Maurice Rheims

Estimation : 400.000 / 600.000 euros


Montres-de-luxe.com | Publié le Mercredi 14 Avril 2021 | Lu 6386 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos | Élégances