Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Patek Philippe Calatrava Pilot Travel Time : à la conquête de l'air


Une nouveauté chez Patek Philippe est toujours une « star de Bâle ». Mais là, la prestigieuse manufacture genevoise a surpris tout le monde. De fait, personne, absolument personne ne s’attendait à ce que P.P. présente une montre de pilote de 42 mm en or gris avec grands chiffres arabes, cadran bleu et double fuseau horaire. Cette Calatrava Pilot Travel Time (référence 5524) rend hommage, de très belle manière, aux pionniers de l’aviation et aux grandes heures de la conquête des airs en rappelant que la manufacture familiale genevoise a apporté sa contribution à cette belle aventure…



Chaque année, la Foire de Bâle présente de nombreuses versions de montres de pilote… Mais celle de Patek, c’est une véritable surprise. Personne n’a vu le « coup arriver ». Personne ne s’y attendait. Les réactions des professionnels (journalistes, détaillants et concurrents) ont d’ailleurs été contrastées… Face à la vitrine, les  « j’adore » et « merveilleux » côtoient les « c’est pas possible », « c’est pas Patek ». Mais incontestablement, que l’on aime ou pas, 2015 marquera pour la prestigieuse manufacture genevoise un tournant dans son histoire. Une date clé puisque c’est la première fois que P.P. commercialise une montre de pilote. Désir pour la marque de séduire une nouvelle clientèle ? Plus jeune ? Différente ? Sûrement, mais assurément, les inconditionnels de la marque vont également se jeter sur ce nouveau modèle qui sera de toutes façons un futur « collector ». D’ailleurs, les trois salons P.P. sont assaillis de coups de fil de clients qui souhaitent savoir quand la référence 5524 sera disponible… Et ce, malgré un prix de plus de 40.000 euros.   
 
Mais revenons à la genèse de cette montre… Entre le premier vol motorisé et contrôlé des frères Wright, le 17 décembre 1903 et la première traversée de l’Atlantique par Charles Lindbergh à bord du monomoteur « Spirit of St. Louis » en 1927, il ne s’est écoulé que vingt-quatre ans. Un quart de siècle. Un temps relativement court pour un développement aussi phénoménal. A la même époque, l’horlogerie a également connu une évolution capitale, lorsqu’en l’espace de deux décennies, les montres sont passées des poches de gilet aux poignets (notamment avec Santos-Dumont et sa Cartier).
 
Il existe un autre point commun entre les merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines et les horlogers. Comme l’avait fait la marine à partir du XVIIIe siècle, l’aviation utilisa, elle aussi, la montre comme instrument de navigation. Sur une idée de Philip van Horn Weems, officier de l’US Navy, complétée par des suggestions de Charles Lindbergh, on inventa la « montre à angle horaire » (que l’on trouve encore chez Longines). Utilisé en conjonction avec un sextant et un signal radio, cet instrument permettait de calculer la position de manière simple, rapide et précise pour les critères de l’époque. Patek Philippe développa deux exemplaires particulièrement remarquables de ces montres-bracelets à angle horaire, également appelées sidéromètres, qui figurent tous deux dans les collections du Patek Philippe Museum.
 
La Calatrava Pilot Travel Time est une montre de pilote qui rend un double hommage à la conquête des airs par l’avion et à la conquête des poignets par la montre-bracelet. Plutôt qu’une réminiscence nostalgique, sous forme d’une montre à angle horaire, devenue obsolète avec la navigation au GPS, Patek a préféré créer un garde-temps doté d’un second fuseau horaire, très utile lors des voyages aériens. Les heures locales de Paris et Londres diffèrent d’une heure, celles de New York et Beijing de treize heures. Lorsqu’on va vers l’est, l’heure avance, lorsqu’on va vers l’ouest, elle recule. En quelques centaines de kilomètres, on atterrit dans un autre fuseau horaire que celui que l’on a quitté. L’heure locale est celle du lieu où l’on se trouve, l’heure du domicile celle du lieu où l’on réside ordinairement avec ses proches.

Depuis près de quatre-vingt ans, les montres de voyage de chez Patek résolvent les problèmes de fuseaux horaires avec simplicité. En collaboration avec le génial horloger Louis Cottier, la manufacture a développé dans les années 1930 ses premières montres à « Heure Universelle ». En 1959, elle a obtenu le premier brevet pour le mécanisme Travel Time, entré depuis lors dans la légende. Ce système permettant d’afficher simultanément deux fuseaux horaires différents, avec un très grand confort d’emploi, était le bienvenu dans un monde où, grâce aux jets commerciaux, on pouvait enfin voler d’Europe en Amérique en quelques heures et sans escale.
 
Par la suite, Patek a amené son mécanisme de double fuseau horaire à un nouveau degré de perfection en 1996 –une optimisation récompensée par un second brevet. Lorsqu’on avance ou recule l’aiguille de l’heure locale par crans d’une heure à l’aide de l’un des deux poussoirs logés dans la carrure, un système d’isolateur déconnecte le mécanisme de fuseaux horaires du mouvement de base. Résultat : ces manipulations n’ont aucune influence, via le rouage, sur l’amplitude du balancier ou la régularité de ses oscillations et la montre conserve toute sa précision de marche. Dans cette nouvelle Calatrava, ce dispositif est intégré au calibre automatique 324 C FUS, avec seconde centrale, quantième à aiguille et rotor central lourd en or 21 carats. Un mouvement décoré avec soin. De plus, le balancier Gyromax est couplé à un spiral Spiromax en Silinvar, un dérivé du silicium. Les qualités de ce matériau ainsi que la géométrie brevetée du spiral garantissent la haute fiabilité et l’extrême précision de marche exigées par le Poinçon Patek Philippe, avec une tolérance de –3/+2 secondes par jour. Un fond transparent avec verre saphir permet d’admirer les ponts anglés et ornés de Côtes de Genève, le rotor en or avec Côtes de Genève circulaires, centre perlé, flancs colimaçonnés et croix de Calatrava, ainsi que les contrastes entre surfaces polies, gravures dorées et rubis rougeoyants.
 
Ce mouvement de 294 composants se cache sous un cadran habillé –contrairement aux montres de pilotes ordinaires– non pas de noir, mais d’un bleu verni (très subtil) rappelant les avions de chasse américains des années 1930. Les grands chiffres arabes (caractéristiques de cadrans de montres de pilote) appliques en or gris et les larges aiguilles « bâtons » en acier avec revêtement luminescent Superluminova assurent une excellente lisibilité de l’heure locale, qu’il fasse jour ou nuit. Comme sur toutes les montres Travel Time, l’aiguille de l’heure du domicile, ajourée, se tient discrètement au second plan. Quand l’heure locale et celle du domicile sont identiques, elle se dissimule même entièrement sous l’aiguille de l’heure locale. Les deux fuseaux horaires disposent d’une indication jour/nuit (à 9h pour l’heure locale, à 3h pour l’heure du domicile). Le tout nouveau quantième à aiguille, à 6h, affiche pour la première fois les chiffres de trois en trois –ce qui assure une grande facilité de lecture, sans surcharger visuellement l’échelle.
 
Cette Pilot Travel Time embarque un boîtier de grande taille (42 mm de diamètre) en or gris. La lunette plate présente un profil légèrement biseauté, la carrure se poursuit dans les attaches de bracelet élancées. La couronne et les deux poussoirs de fuseaux horaires à 8h (+1 heure) et 10h (–1 heure) possèdent un relief cannelé qui offre l’ergonomie et la touche technique convenant à un tel instrument. Les poussoirs disposent, par ailleurs, d’un système de sécurité breveté évitant tout dérèglement accidentel de l’heure locale. Pour les activer, l’utilisateur doit d’abord les déverrouiller en les tournant d’un quart de tour (une manipulation facilitée par le relief cannelé). Ils sont ensuite reverrouillés en les tournant à nouveau d’un quart de tour après activation. C
 
Ce modèle est doté d’un bracelet en cuir de veau brun « vintage » avec coutures contrastées qui rappellent les ceintures en cuir des combinaisons classiques de pilotes. Quant à la boucle à ardillon en or gris avec double « traverse », elle s’inspire des sangles qui permettaient aux aviateurs de fixer sur eux, en toute sécurité, leur kit d’urgence contenant le parachute et l’équipement de survie.

Spécificités techniques

Calibre 324 S C FUS
Mouvement mécanique à remontage automatique, deux fuseaux horaires (heure locale et heure du domicile), indications jour/nuit séparées pour l’heure locale et l’heure du domicile, date par aiguille
Diamètre : 31 mm (mouvement de base 27 mm, module de calendrier/fuseaux horaires 31 mm)
Hauteur : 4,9 mm (mouvement de base 3,32 mm, module de calendrier/fuseaux horaires 1,58 mm)
Nombre de composants : 294
Nombre de rubis : 29
Masse oscillante: Rotor central en or 21 carats, remontage unidirectionnel
Balancier : Gyromax
Fréquence : 28 800 alternances par heure (4 Hz)
Spiral : Spiromax
Piton : Fixe
 
Réserve de marche : Min. 35 heures, max. 45 heures
 
Fonctions de la couronne
Couronne à deux positions:
- poussée: remontage du mouvement
- tirée: mise à l’heure
Affichages :
Aiguille de l’heure locale (aiguille supérieure) et aiguille des minutes au centre
Aiguille de l’heure du domicile (aiguille inférieure) au centre
Aiguille des secondes au centre
Aiguille de la date à 6h
Affichages par guichets :
- indication jour/nuit pour l’heure locale à 9h (LOCAL)
- indication jour/nuit pour l’heure du domicile à 3h (HOME)
Correcteur : Date entre 6h et 7h
Poussoirs : Avance de l’heure locale par crans d’une heure à 8h
Recul de l’heure locale par crans d’une heure à 10h
Demande de brevet pour le système de sécurité : verrouillage des poussoirs par rotation d’un quart de tour.
 
Signe distinctif : Poinçon Patek Philippe
 
Boîtier or gris 18 carats, fond en verre saphir, couronne vissée étanche
Dimensions du boîtier: Diamètre : 42 mm
Longueur (cornes à cornes) : 50,75 mm
Largeur (3h à 9h avec couronne) : 48,53 mm
Epaisseur (glace à cornes) : 11,01 mm
Epaisseur (glace à glace) : 10,78 mm
Entre-cornes : 21 mm
 
Etanche à 30 mètres
 
Cadran : laiton bleu verni
Chiffres arabes appliques en or gris 18 carats avec revêtement luminescent Superluminova
Aiguilles des heures et des minutes de l’heure locale de type «bâton» en acier bleui avec revêtement luminescent Superluminova
Aiguille de l’heure du domicile de type «bâton» ajourée en acier laqué blanc
Aiguille des secondes en acier avec revêtement luminescent Superluminova
Aiguille de la date de type «feuille» laquée blanc
 
Bracelet cuir de veau brun « vintage » avec coutures contrastées, boucle à ardillon à double « traverse » en or gris 18 carats


Montres-de-luxe.com | Publié le 24 Mars 2015 | Lu 3292 fois



Alpina | Anonimo | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | F.P. Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | HYT | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | SevenFriday | Speake-Marin | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques