Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Patek Philippe Chronographe à Heure Universelle réf 5930


Cette année encore, Patek Philippe fut l’une des marques « star » de la Foire de Bâle 2016, notamment avec cette nouvelle référence 5930, un chronographe flyback en or gris de 39,5 mm à heure universelle arborant un splendide cadran bleu guilloché main. Un garde-temps embarquant un calibre mécanique à remontage automatique particulièrement séduisant qui associe deux des complications les plus utiles au quotidien.



Le chronographe et l’heure universelle sont deux des spécialités de Patek Philippe. Toutefois, si ces complications sont relativement courantes dans les catalogues de la manufacture, leur association est nettement plus rare… De fait, on retrouve dans les archives une unique… pièce unique datant de 1940 !
 
Ainsi, par le passé, Patek Philippe n’a produit qu’un seul Chronographe à Heure Universelle connu -la montre N° 862 442 de 1940 (Patek Philippe Museum inv. P-996)-, une pièce unique qui possédait par ailleurs un cadran avec échelles pulsométrique et asthmométrique (respirations) ; un garde-temps qui appartenait probablement à un médecin.
 
En lançant cette nouvelle 5930, PP propose donc pour la première fois ce duo de complications dans sa collection courante, en l’amenant bien évidemment aux standards techniques du 21ème siècle. Comme le rappelle la marque dans son communiqué, « construire un chronographe sur lequel le soleil ne se couche jamais, parce qu’il affiche en permanence les 24 fuseaux horaires, est un challenge au 100e de millimètre ».
 
De fait, l’Heure Universelle classique ne possède pas d’aiguille des secondes, alors que le chronographe arbore une fine trotteuse et un compteur 30 minutes. Là où se trouve sur la plupart des chronographes l’échelle divisée en fractions de seconde, l’HU présente deux disques mobiles : le disque des villes, avec 24 noms de lieux représentant chacun l’un des 24 fuseaux horaires, et le disque des 24 heures, indiquant l’heure locale dans le fuseau en regard. Le cadran d’un chrono HU regroupe donc un certain nombre d’indicateurs (aiguilles, disques) mus par différents mécanismes devant fonctionner en parfaite harmonie.  

Le nouveau calibre mécanique CH 28-520 HU se base sur le mouvement chronographe automatique CH 28-520 PS à roue à colonnes et embrayage vertical, ainsi que sur le fameux mécanisme d’Heure Universelle Patek Philippe. Rendons à César ce qui appartient à César… De fait, cet ingénieux système repose sur un concept de l’horloger genevois Louis Cottier datant des années 1930. La manufacture PP l’a ensuite optimisé, en faisant breveter deux développements majeurs en 1959 et 1999.  
 
Les horlogers ont longuement travaillé pour adapter ces deux mécanismes l’un à l’autre. Ils ont déplacé des axes, aminci et reconstruit des ponts, modifié des écartements. Au final, le CH 28-520 HU peut donc être présenté -à juste titre- comme un nouveau mouvement ! Comme sur toutes les montres de la manufacture, le mode d’utilisation a été conçu pour être le plus simple possible.
 
Le chronographe possède un poussoir de mise en marche/arrêt à 2h et un poussoir de remise à zéro à 4h servant également pour la fonction « flyback ». Si l’on presse sur ce poussoir lorsque la trotteuse tourne, cette dernière revient immédiatement à zéro et lance un nouveau chronométrage. Grâce à la présence d’un embrayage vertical, l’aiguille de chrono peut également être utilisée –avec un minimum d’usure et sans influence sur la précision et la réserve de marche– comme trotteuse.
 
La fonction HU se distingue, elle aussi, par sa grande facilité d’emploi. Les aiguilles centrales des heures et des minutes indiquent l’heure du fuseau horaire dont le « nom » se trouve à 12h. Les heures des 23 autres fuseaux se laissent lire d’un seul coup d’œil grâce au disque des villes et à celui des 24 heures, situé un peu plus au centre. La division de ce dernier en zones blanche et noire indique s’il fait jour ou nuit au lieu désiré. 

Lorsque le voyageur arrive dans un autre fuseau horaire, il lui suffit d’activer le poussoir à 10h. Les disques des villes et des 24 heures tournent alors par pas d’une heure dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, tandis que l’aiguille centrale des heures avance dans le sens horaire, également par crans d’une heure. La correction est achevée quand le nom de la ville désirée se trouve à 12h. Pendant ce processus, le mécanisme d’HU et l’aiguille des heures sont déconnectés du mouvement de base afin d’éviter toute perturbation de l’amplitude du balancier ou de la précision de l’aiguille des minutes. L’aiguille de chronographe poursuit également sa course sans le moindre écart. 
 
Cette fantastique mécanique trouve sa place au sein d’un boitier rond de 39,5 mm en or gris. Ce dernier présente les mêmes attaches de bracelet en « ailes » qui constituaient déjà un détail caractéristique des montres HU des années 1940 et 1950. Le poussoir des fuseaux horaires, placé comme il est d’usage à 10h, arbore un contour rectangulaire identique à celui des deux poussoirs de chronographe –une forme très répandue sur les chronographes classiques de la manufacture. Le boîtier est également doté d’un fond en verre saphir.
 
Le centre du rotor est finement perlé, tandis que la masse oscillante proprement dite est ornée de Côtes de Genève circulaires et d’une Croix de Calatrava gravée. Le décor de côtes circulaires se poursuit sur les ponts rhodiés, avec anglages polis, trous moulurés et polis et gravures dorées conformes aux prescriptions du Poinçon Patek Philippe. Ces éléments forment un beau contraste avec l’éclat rouge des rubis, la couleur dorée du balancier Gyromax et les reflets bleu-violet du spiral Spiromax breveté en Silinvar. Grâce à sa courbe finale Patek Philippe, ce spiral allie les oscillations concentriques d’un spiral Breguet avec la faible hauteur de construction d’un spiral plat classique. 

Côté cadran, PP a choisi le bleu, une couleur très en vogue ces derniers temps… Blue is new black. A l’extérieur se trouve le disque bleu des villes, avec les noms des 24 lieux représentant chacun un fuseau horaire. Patek a utilisé pour cela l’échelle des villes réactualisée sur laquelle certains fuseaux sont définis par de nouveaux noms de lieux, tandis que d’autres ont connu un changement d’heure locale. Exemples : Dubaï au lieu de Riyad, Brisbane au lieu de Nouméa, ou l’heure locale de Moscou passée de UTC+4 à UTC+3.
 
Entre le disque des villes et le disque des 24 heures prend place l’échelle des secondes pour le chronographe, une étroite bande circulaire blanche avec division en quarts de seconde –en accord avec la fréquence de 4 Hertz (28 800 A/h) permettant des mesures exactes au huitième de seconde. Le disque des 24 heures tournant en permanence dans le sens contraire des aiguilles d’une montre sert simultanément d’indicateur jour/nuit, avec des chiffres clairs sur fond foncé et un symbole de la lune pour les heures nocturnes et des chiffres foncés sur fond clair et un symbole du soleil pour le jour. A noter que cette UH n’affiche pas la date.
 
Le centre du cadran respecte la grande tradition des montres à Heure Universelle Patek Philippe en arborant un décor guilloché à la main. Ce motif rayonnant n’est interrompu que par les index appliques en or gris et par le compteur 30 minutes du chronographe, qui se détache grâce à son fin cadre en or gris, à son échelle des minutes blanche et à son discret azurage. Cette référence se porte sur un bracelet en alligator grandes écailles carrées, cousu main, de couleur bleu marine mat assortie au cadran, avec boucle déployante Calatrava en or gris.     

​Spécificités techniques

Boîtier or gris 39,5mm
Fond en verre saphir 
Epaisseur (glace à glace) : 12,86 mm
Entrecornes: 21 mm 
 
Etanche à 30 mètres (3 bars) 
 
Cadran 3 zones :
• disque des villes bleu avec décalques blanches
• disque des 24 heures avec indication jour/nuit par la couleur et les symboles soleil/lune (jour: chiffres bleus sur fond argenté; nuit: chiffres blancs sur fond bleu)
• centre bleu marine guilloché à la main. Index des heures appliques de type « bâton » en or gris 
 
Aiguilles :
• aiguilles des heures et des minutes de type « dauphine » en or gris, 3 faces, avec revêtement luminescent Superluminova 
• aiguille de chronographe de type « parfil » en acier rhodié
• aiguille du compteur 30 minutes de chronographe de type « bâton », avec contrepoids, en acier rhodié 
 
Calibre CH 28-520 HU à remontage automatique, chronographe à roue à colonnes et embrayage vertical, heure locale, indication des 24 fuseaux horaires, indication jour/nuit 
Diamètre : 33 mm 
Mouvement de base : 30 mm 
Module de fuseaux horaires : 33 mm
Hauteur : 7,91 mm
Nombre de composants : 343
Rubis : 38
Rotor central en or 21 carats, remontage unidirectionnel
Balancier : Gyromax
Fréquence : 28 800 alternances par heure (4 Hz)
Spiral Spiromax
Piton mobile
 
Réserve de marche : Min. 50 heures, max. 55 heures
 
Poinçon Patek Philippe          
 
Bracelet alligator grandes écailles carrées, cousu main, bleu marine mat avec boucle déployante en or gris  

Montres-de-luxe.com | Publié le 4 Mai 2016 | Lu 1440 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos