Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige


Patek Philippe référence 5235 Régulateur à Quantième Annuel : classe et efficacité mécanique


Patek Philippe, la prestigieuse manufacture horlogère genevoise a présenté la semaine dernière à Genève sa toute dernière création –et non des moindres… En effet, il s’agit tout simplement d’une montre-bracelet régulateur. La seule de la marque ! Une pièce tout à fait exceptionnelle, un garde-temps de haute volée, une montre hors-norme et incontestablement un futur « must have » pour tous les amateurs éclairés. Ce Régulateur à Quantième Annuel référence 5235 Patek Philippe est doté d’un boitier de 40.5 mm en or gris et d’un mouvement extra-plat à microrotor et d’une réserve de marche de 60 heures ! Sortie prévue Novembre/Décembre 2011. Un beau cadeau de noël en perspective…



Patek Philippe référence 5235 Régulateur à Quantième Annuel : classe et efficacité mécanique
Ce nouveauté de chez Patek Philippe présente diverses innovations et particularités inédites dans les collections de la manufacture. En effet, il s’agit de la toute première montre-bracelet de la marque à être dotée d’un cadran de type « régulateur », avec grande aiguille centrale des minutes, cadran auxiliaire des heures à 12h et petite seconde à 6h.

De plus, le nouveau calibre 31-260 REG QA équipant ce garde-temps est le premier mouvement automatique extra-plat à microrotor Patek Philippe affichant la petite seconde à 6h. C’est aussi le premier calibre de base entièrement nouveau dont la conception intègre des composants en Silinvar ; la roue d’ancre et l’ancre de son échappement Pulsomax ainsi que son spiral Spiromax sont en effet fabriqués dans ce dérivé novateur du silicium.

La référence 5235 s’annonce comme « la parfaite illustration de la philosophie guidant la conception de toutes les créations Patek Philippe : une montre doit être avant tout un instrument de mesure du temps le plus précis et le plus fiable possible ».

La configuration inhabituelle de son cadran –grande aiguille centrale des minutes, petit affichage des heures à 12h, petite seconde à 6h– est un hommage aux horloges de précision appelées « régulateurs » qui, durant plus de deux cents ans, ont servi à afficher le temps exact dans les ateliers d’horlogerie des manufactures et les observatoires, avant d’être détrônées par les instruments d’étalonnage pilotés par quartz ou par radio.

A l’époque, les horlogers chargés de régler les montres avaient un absolu besoin de voir en tout temps l’aiguille des secondes sur l’horloge de référence; c’est pourquoi l’affichage des heures fut placé dans un petit cadran auxiliaire où son aiguille ne pouvait pas masquer partiellement le cadran des secondes. Parmi les meilleurs exemples de ce type d’horloges figure un régulateur Patek Philippe & Co., datant du début du 20ème siècle, qui jouit paisiblement de sa retraite depuis de nombreuses années en battant très exactement la seconde dans le bureau du président d’honneur de la manufacture Philippe Stern...

Mais en transposant sur une montre-bracelet le visage caractéristique des cadrans de type « régulateur », avec trois affichages séparés pour les heures, les minutes et les secondes, Patek Philippe n’a pas seulement introduit dans ses collections une petite révolution esthétique.

Dans les faits, le développement de la référence 5235 s’est aussi accompagné de plusieurs innovations techniques. Le cahier des charges exigeait une montre automatique au profil particulièrement plat. Il a donc fallu concevoir un nouveau mouvement, car sur le légendaire calibre 240, avec micro-rotor en or 22 carats intégré à la platine, la petite seconde se trouve de manière très inhabituelle à 5h au lieu de 6h. Lancé en 1977, le calibre 240 reste à ce jour –avec ses 2,53 mm de hauteur– l’un des plus plats du marché.

Il a été la source d’inspiration principale pour la mise au point du nouveau mouvement. Grâce à cette précieuse base ainsi qu’à plusieurs innovations de pointe, le calibre automatique Patek Philippe 31- 260 REG QA remplit toutes les exigences pour s’imposer comme une nouvelle référence mécanique. Sa petite seconde, placée à équidistance entre le centre et la périphérie du mouvement, a permis par ailleurs de donner au cadran auxiliaire des dimensions maximales –un autre hommage à la philosophie des affichages Patek Philippe, qui visent à concilier équilibre parfait et lisibilité.

Patek Philippe référence 5235 Régulateur à Quantième Annuel : classe et efficacité mécanique
1ère innovation: un organe régulateur en Silinvar

Pour la première fois dans l’histoire de Patek Philippe, un mouvement a été conçu dès le départ pour accueillir un organe régulateur en Silinvar, un dérivé du silicium breveté. Cet organe régulateur se compose d’un spiral Spiromax et d’un échappement Pulsomax.

Grâce à sa géométrie exclusive et brevetée, avec courbe terminale Patek Philippe sur un seul niveau, le spiral Spiromax oscille de manière parfaitement concentrique et régulière tout en offrant un profil plat.

Quant à l’échappement Pulsomax, son ancre et sa roue d’ancre en Silinvar présentent, elles aussi, des formes entièrement inédites, qui ont été développées par Patek Philippe et ont fait l’objet d’un dépôt de brevet.

L’amélioration de l’isochronisme grâce au Spiromax et l’accroissement du rendement grâce au Pulsomax contribuent grandement à optimiser les performances de marche du mouvement et à renforcer sa fiabilité à long terme. Les composants en Silinvar sont, par ailleurs, totalement amagnétiques; ils présentent une résistance exceptionnelle aux chocs ainsi qu’à la corrosion et ne nécessitent aucune lubrification.

2e innovation: de nouvelles dentures pour le rouage

Les ingénieurs de Patek Philippe ne se sont pas contentés d’introduire un nouvel organe régulateur. Ils ont également entièrement retravaillé et optimisé le rouage du mouvement –du barillet à la roue d’ancre. Les profils caractérisant les dents des roues et les ailes des pignons ont été soigneusement analysés, recalculés et redessinés de manière spécifique pour chacun des organes (roue de grande moyenne, roue de moyenne, roue des secondes, ainsi que leurs pignons respectifs). Les nouveaux profils assurent à chaque contact un meilleur engrènement entre les roues et les pignons, une réduction des frottements, une meilleure tolérance aux variations d’entre-axes et une transmission plus efficace de l’énergie du barillet à la roue d’ancre. Ils contribuent ainsi à accroître nettement le rendement, tout en diminuant les phénomènes d’usure.

3e innovation: une fréquence exceptionnelle de 3,2 Hertz

Les technologies d’avant-garde introduites dans le mouvement 31-260 REG QA pour améliorer le rendement et l’isochronisme entraînent d’autres conséquences positives. Alors que le calibre automatique classique 240 bat à 21 600 alternances par heure, Patek Philippe a pu augmenter la fréquence du nouveau mouvement de près de 10%, pour atteindre 23 040 A/h (soit 3,2 Hz), tout en augmentant la réserve de marche.

Une fréquence plus élevée rend plus aisé le réglage de la précision de marche aux tolérances Patek Philippe (-3; +2 s/24h). Grâce au rendement accru du rouage et de l’organe régulateur, il a également été possible d’utiliser un ressort-moteur de moindre puissance, ce qui réduit les forces de cisaillement agissant sur les roues et par là même les frottements des fins pivots des roues dans les coussinets – d’où un gain en matière de durabilité et de fiabilité. Ce souci constant d’optimiser les performances remplit l’une des exigences essentielles du Poinçon Patek Philippe. Il est aussi une condition indispensable pour une montre destinée à traverser le temps, de génération en génération.

4e innovation: un ressort-moteur extra-long pour une plus grande autonomie de marche

Grâce à l’optimisation du rendement énergétique, il a été possible d’utiliser un ressort-moteur non seulement moins puissant, mais également plus long. Malgré sa fréquence supérieure et la présence d’un seul barillet, le nouveau calibre 31-260 REG QA possède ainsi une autonomie de marche de maximum 60 heures (calibre 240: max. 48 heures).

Ce ressort-moteur plus long présente un autre avantage: la courbe de son couple est nettement plus plate pendant le désarmage, ce qui garantit l’amplitude la plus stable possible durant la majeure partie du temps d’autonomie, et donc une régularité de marche tout aussi stable. Résultat: une précision plus élevée sur une plus longue période de temps. Et la possibilité de laisser la montre au repos tout un week-end, sans devoir à nouveau régler l’heure et les indications du calendrier le lundi.

D’autres innovations marquantes

Pour garantir à sa nouvelle montre-bracelet Régulateur à Quantième Annuel un maximum de durabilité et de fiabilité à long terme, Patek Philippe a introduit d’autres nouveautés techniques. Comme tous les mouvements automatiques de la manufacture, le calibre 31-260 REG QA peut également être remonté à la main. Mais son mécanisme de remontage manuel est débrayé lorsque le remontage automatique est en fonction. Ce système permet d’accroître les performances de remontage tout en réduisant l’usure. La roue de la couronne destinée au remontage manuel a reçu, par ailleurs, une nouvelle denture qui limite l’usure, élève le rendement et optimise la sensation au toucher. Le micro-rotor en or 22 carats intégré dans la platine a gagné 0,3 mm d’épaisseur par rapport à celui du calibre 240, ce qui accroît sa masse et ses performances de remontage. Sans parler de son décor de Côtes de Genève circulaires, particulièrement élégant.

En comparaison avec le calibre 240, lancé il y a 34 ans, le nouveau calibre 31-260 REG QA présente une fréquence plus élevée de près de 10% et une autonomie de marche supérieure de près de 25%, ce qui signifie un accroissement du rendement d’environ 30%. Cette performance souligne le grand potentiel des garde-temps mécaniques. En cette époque où les débats sur l’énergie agitent la planète, elle peut servir d’exemple, en montrant que même dans les domaines traditionnels comme la mécanique classique, il est encore possible d’améliorer l’efficacité énergétique.

Un Quantième Annuel à guichets

La nouvelle montre-bracelet régulateur référence 5235 ne se limite pas à une mesure du temps ultra-précise à la seconde près. Elle affiche avec la même exactitude des unités temporelles beaucoup plus importantes. Le nouveau calibre de base a été en effet enrichi du mécanisme d’affichage à Quantième Annuel. Depuis son lancement en 1996, cette complication utile et brevetée s’est imposée comme l’un des best-sellers de la manufacture genevoise. Le Quantième Annuel affiche dans trois guichets de dimensions généreuses le jour, le mois et la date, en tenant compte automatiquement des longueurs des mois de 30 et 31 jours; il ne nécessite donc qu’une seule correction par an –le 1er mars.

Le calibre de base équipé de ce module de calendrier porte la désignation 31-260 REG QA. Il compte 320 composants (181 pour le mouvement de base, 139 pour le quantième annuel), est épais de 5,08 mm (2,60 mm pour le mouvement de base, 2,48 mm pour le quantième annuel) et mesure 33 mm de diamètre (31,74 mm pour le mouvement de base, 33 mm pour le quantième annuel).

Un nouveau cadran « régulateur » marié au style classique Calatrava

Malgré la configuration inhabituelle de son cadran « régulateur », la nouvelle montre-bracelet Patek Philippe affiche cette élégance inimitable distinguant tous les garde-temps de la manufacture. Son boîtier reprend le célèbre design classique Calatrava –qui s’est imposé depuis près de 70 ans comme la quintessence de la montre-bracelet ronde. Grâce au mouvement extra-plat, il ne mesure qu’un peu moins de 11 mm d’épaisseur –une minceur exceptionnelle pour une montre dotée d’un Quantième Annuel et d’un remontage automatique. Avec ses 40,50 mm de diamètre, la référence 5235 affiche des dimensions très contemporaines.

La construction classique en trois pièces, avec lunette, carrure et fond en or gris 18 carats, est fidèle au principe du Bauhaus « la forme est dictée par la fonction » (form follows function). La lunette biseautée présente un profil plat. La carrure a reçu des finitions «satiné horizontal» s’harmonisant à la perfection avec le cadran satiné. Les attaches de bracelet légèrement inclinées prolongent l’esthétique de la lunette biseautée, tout en améliorant le confort au poignet.

La référence 5235 est équipée d’un bracelet en alligator bleu nuit avec écailles carrées cousu main, taillé dans les parties les plus nobles des peaux. La boucle à ardillon classique en or gris 18 carats est ornée d’une signature Patek Philippe gravée. Le boîtier est doté d’un fond saphir transparent laissant admirer en tout temps le nouvel organe régulateur avec échappement Pulsomax et spiral Spiromax, ainsi que le micro-rotor orné de Côtes de Genève circulaires, les ponts anglés et décorés de Côtes de Genève et les gravures dorées.

Sous son verre saphir, le cadran de la nouvelle Patek Philippe référence 5235 présente la disposition typique des régulateurs, avec grand affichage central des minutes, cadran auxiliaire des heures à 12h et petite seconde surdimensionnée à 6h. Les trois guichets de grande taille du Quantième Annuel sont disposés sur un arc de cercle suivant le contour de la lunette : jour à 10h, mois à 2h et date à 6h. Le logo Patek Philippe Genève, placé sur l’axe horizontal à 3h, est gravé dans le cadran. Selon la lumière, il présente une nuance allant de presque noir à un gris argenté se détachant discrètement sur le fond. Les chiffres, index et échelles imprimés garantissent à tout moment une lecture optimale de l’heure.

La minuterie « chemin de fer » ainsi que les cadrans auxiliaires des heures et des secondes possèdent un fond gris argenté plus clair contrastant avec le gris argenté foncé du centre du cadran, doté – pour marquer les intervalles de 5 minutes – d’index courts imprimés en bleu. Les chiffres arabes épurés, les aiguilles « bâton » en acier bleui et les affichages du calendrier bleus sur fond blanc renforcent l’élégance technique de cette montre-bracelet de 2011 – parfait hommage aux horloges « régulateurs » ultraprécises des siècles passés. Le cadran deux tons argenté est doté d’une finition «satiné vertical», tandis que les deux cadrans auxiliaires s’ornent d’un fin décor azuré.

Spécificités techniques de la Patek Philippe Régulateur à Quantième Annuel référence 5235 en or gris 18 carats

Patek Philippe référence 5235 Régulateur à Quantième Annuel : classe et efficacité mécanique
Calibre 31-260 REG QA

Mouvement mécanique extra-plat à remontage automatique, quantième annuel à 3 guichets, jour, date et mois.
Diamètre total : 33 mm (mouvement de base 31,74 mm; quantième annuel 33 mm)
Hauteur : 5,08 mm (mouvement de base 2,60 mm; quantième annuel 2,48 mm)
Nombre de composants : 320 (mouvement de base 181; quantième annuel 139)
Nombre de rubis : 29
Masse oscillante : Micro-rotor unidirectionnel en or 22 carats
Balancier : Gyromax
Fréquence : 23 040 alternances par heure (3,2 Hz)
Spiral : Spiromax
Echappement : Pulsomax (ancre et roue d’ancre en Silinvar®)
Piton : Mobile

Réserve de marche : Max. 60 heures

Fonctions
Couronne à deux positions :
- poussée : remontage du mouvement
- tirée : mise à l’heure
Boutons correcteurs :
- correction de la date entre 9h et 10h
- correction du mois à 10h
- correction du jour à 9h

Livrée avec un crayon correcteur en ébène incrusté d’or gris 18 carats

Affichages :
Aiguille des minutes au centre
Cadrans auxiliaires :
- petite seconde à 6h
- heures à 12h
Guichets :
- jour à 10h et mois à 2h en arc de cercle
- date à 6h
Signe distinctif : Poinçon Patek Philippe

Habillage
Boîtier :
Or gris 18 carats, fond en verre saphir
Etanche à 30 m
Dimensions : Diamètre: 40,50 mm
Epaisseur : 10,65 mm
Entre-cornes : 20 mm

Cadran : Deux tons argenté satiné vertical, décalqué bleu
Affichage de type «régulateur»
Aiguilles des heures, des minutes et des secondes en acier bleui
Minuterie «chemin de fer» sur le pourtour du cadran décalquée bleu
Logo gravé Patek Philippe Genève à 3h

Bracelet : alligator écailles carrées bleu nuit mat, cousu main, avec boucle à ardillon de 16 mm en or gris 18 carats gravée « Patek Philippe ».

Prix de vente public conseillé : 36.640,00 euros TTC

Montres-de-luxe.com | Publié le 29 Juin 2011 | Lu 6447 fois



Alpina | Audemars Piguet | Ball Watches | Baume et Mercier | Bell & Ross | Blancpain | Boucheron | Bovet | Breguet | Breitling | Bremont | BRM | Bulgari | Bulova | Carl F. Bucherer | Cartier | Chanel | Chaumet | Chopard | Christophe Claret | Concord | Corum | Cuervo y sobrinos | De Bethune | Dior | Ebel | Eberhard & co | Eterna | FP Journe | Fortis | Franck Muller | Frédérique Constant | Glashütte Original | Girard-Perregaux | Graham London | Greubel-Forsey | Gucci | Hamilton | Hanhart | Harry Winston | Hautlence | Michel Herbelin | Hermès | Hublot | IWC | Jaeger Lecoultre | Jaquet Droz | JeanRichard | Lange & Söhne | Longines | Louis Erard | Louis Moinet | Louis Vuitton | MATWatches | Maurice Lacroix | MB & F | Meistersinger | Montblanc | Movado | Moser | Omega | Oris | Panerai | Parmigiani Fleurier | Patek Philippe | Paul Picot | Pequignet | Perrelet | Piaget | Porsche Design | Rado | Raidillon | Ralf Tech Watches | Ralph Lauren | Raymond Weil | Richard Mille | Roger Dubuis | Rolex | Romain Jérôme | Saint Honoré | Seiko | Swatch | Tag Heuer | Tissot | Tudor | Ulysse Nardin | Urwerk | Vacheron Constantin | Van Cleef & Arpels | Victorinox | Vulcain | Zenith | Autres marques