Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe

Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Reservoir Sonomaster : le chronographe autrement vu


On le sait, la marque horlogère française Reservoir s’est spécialisée dans un affichage du temps différents qui s’inspire des instruments de mesure existants depuis des générations... Aujourd’hui, elle va plus loin en réinterprétant le chronographe qui passe des compteurs bicompax à des ouvertures latérales qui calcule le passage des secondes et affiche la date de manière rétrograde, s’inspirant des VU mètres d’amplificateur. Quand la mesure du son se fait mesure du temps. Compter 6.150 euros.



On se souvient qu’en juillet dernier, Audemars Piguet présentait une collection Royal Oak VU-mètre qui s’inspirait de l’affichage digital du son sur un égaliseur. La marque rappelait à cette occasion, fort justement, que le son était depuis toujours au cœur de l’art horloger. En effet, bien avant que l’heure ne puisse être lue sur un cadran, elle l’était grâce aux cloches qui sonnaient l’heure par exemple.
 
Aujourd’hui, c’est au tour de Reservoir de présenter son tout premier chronographe s’inspirant quant à lui, des instruments de mesure largement utilisés dans le monde du son ou de la hi-fi. Mais comment ce projet un peu fou a-t-il vu le jour ? Cela faisait longtemps que François Moreau avait cette idée en tête, encore fallait-il la concrétiser et qu’elle reste en totale cohérence avec le concept de la marque…
 
Comme la vitesse, les tours par minute de l'arbre de transmission ou le temps, les niveaux sonores sont mieux mesurés et présentés par une aiguille mince appliquée à une échelle. A ce titre, à l’origine, l’industrie du son utilisait des compteurs mécaniques qui n'étaient pas aussi « rapides » que le son lui-même, de sorte que les pics n'étaient pas capturés avec précision en temps réel.

A l’époque, seuls des ingénieurs chevronnés savaient comment lire ces compteurs, aidés par leur audition entraînée et affutée. Mais cela restait l’apanage de quelques rares spécialistes. Un système plus fiable et plus précis restait nécessaire à inventer…
 
Grâce aux efforts combinés d'un certain nombre d'organisations aux États-Unis, un appareil appelé "VU-mètre" fut commercialisé dans les années 1940. Les lettres V et U signifiant « Volume Unit ».
 
Ce dernier a été développé pour mesurer toutes sortes de signaux électroniques, y compris les sons entrants dans une table de mixage ou un magnétophone dans un studio d'enregistrement, la force d'un signal de diffusion radio, la puissance de sortie d'un amplificateur ou les niveaux de pression acoustique dans l'écoute espace (également appelé « volume » ou « sonie »).

Les VU-mètres apparurent alors sous d'innombrables formes, mais tous partageaient les éléments de base d'une aiguille mince pivotant sur une échelle dessinée en arc ou en ligne droite. L'action de l'aiguille d'un VU-mètre similaire à celle d'une aiguille rétrograde dans une montre : elles ne s’affichent pas dans un cercle de 360°, comme le font les aiguilles d'une montre conventionnelle, mais oscillent d'avant en arrière ou de haut en bas ou de gauche à droite.
 
C’est cette mesure sonore qui va inspirer Reservoir pour la création de ce chronographe. Oui mais comment passer des compteurs ronds d’un chrono à des aiguilles rétrogrades ? En fait, les deux aiguilles rétrogrades de ce chrono d’un genre nouveau reproduisent celles des mesures de puissance ou des VU mètres que chacun retrouve dans les amplificateurs stéréo analogiques.
 
Plus précisément, la solution a été trouvé en observant le panneau avant de l'emblématique amplificateur hi-fi vintage Luxman M10 Mk II. Cet amplificateur comporte en effet, deux VU-mètres massifs, avec des aiguilles noires contre des cadrans crèmes, accentués de segments rouges pour indiquer les « zones de danger ».

Au lieu de les présenter horizontalement, Reservoir les a fait pivoter pour qu’ils apparaissent de manière verticale dans des guichets en arc-de-cercle ! Le cadran de gauche affiche des secondes rétrogrades à 120°, son échelle est graduée de 0 à 30, avec l'aiguille qui recule toutes les demi-minutes. Le cadran de droite affiche la date, ses indications étant marquées de 0 à 31, avec un retour rétrograde à la fin du mois.
 
Cette montre bi-rétrograde inaugure donc un nouveau modèle chronographe Reservoir baptisé Sonomaster doté d’un boitier de 43 mm en acier brossé (étanche à 50 mètres) et d’un bracelet entièrement fabriqués en acier 316L, brossé également. Pour le reste, plus classique, on retrouve une seconde centrale, un compteur 30 minutes à 12h et un compteur 12 heures à 6h.
 
Deux versions de cadrans sont disponibles : argent et noir pour un look contemporain ou noir et beige pour un aspect nettement plus vintage (avec une petite préférence pour cette configuration qui évoque plus directement le design de l’amplificateur Luxman). Une lunette tachymétrique base 500 et un verre saphir bombé anti-reflet complète cet ensemble des plus cohérents.
 
On remarque enfin que la couronne de remontoir est similaire à un bouton de commande d'amplificateur. Quant aux deux poussoirs du chrono, ils s’inspirent des boutons « bass » et « treeble » ! Bien vu -ou bien « VU » pour rester dans l’ambiance de ce chrono. Les aiguilles heures et minutes sont recouvertes comme il se doit, de Superluminova.
 
Cette montre en acier est animée par le nouveau calibre horloger RSV-Bi120 sur base LJP-8310  (visible à travers un fond saphir ouvert à 360 degrés) : un mouvement chronographe bi-rétrograde, à remontage mécanique automatique et roue à colonnes. Sa réserve de marche, week-end proof, est de 60 heures.
 
Disponible dès maintenant chez vos revendeurs ou sur la boutique en ligne de la marque.

Montres-de-luxe.com | Publié le 26 Septembre 2022 | Lu 7840 fois