Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

Richard Mille RM 27-05 Tourbillon Volant Rafael Nadal : une résistance extraordnaire à 14.000 G


La maison horlogère Richard Mille poursuit le développement de ses montres Rafael Nadal avec ce tout nouveau modèle ultra-technique qui a demandé trois ans de recherches et développement : la RM 27-05 Tourbillon Volant Rafael Nadal, un garde-temps en édition limitée de 80 pièces ultra-léger (11,5 grammes sans le bracelet), résolument sportif et robuste puisqu’il résiste à des forces allant jusqu’à 14.000 G ! Détails.



Roland-Garros 2024 ne laissera probablement pas un bon souvenir à Rafa, vu qu’il a été éliminé au premier tour, battu par Alexander Zverev (6-3, 7-6 [5], 6-3). Suite à cela, l'Espagnol a confié qu'il ne participerait probablement pas à Wimbledon début juillet pour se concentrer sur sa préparation olympique.
 
Toujours est-il qu’à l’occasion du Grand Open de France, Richard Mille a présenté une toute nouvelle montre Rafael Nadal. Et une fois encore, la marque a repoussé les limites techniques et technologiques pour cette montre dont le boitier, étanche à 10 mètres, ne pèse même pas 12 grammes !
 
Cela fait quinze que Rafael Nadal et Richard Mille travaillent de concert pour la réalisation de garde-temps hors-normes. Une "série" de dix montres au total (cette nouveauté incluse).
 
Ultra-technique, ultra-horlogère mais aussi et surtout, ultra-résistante puisque le fondement même de cette « collection » a toujours été que Rafa puisse porter ses montres tout en jouant au tennis. Et compte-tenu de la puissance de ses coups, résistantes, il faut qu’elles le soient ses montres ! 

Flash-back. En 2010, la RM 027 Tourbillon est née d’un challenge. Elle constituait alors, le prélude d’une aventure passionnante, la quête d’une légèreté remarquable et de performances superlatives.

Avec la RM 27-05 Tourbillon Volant Rafael Nadal, cette saga signée Richard Mille s’offre donc un « épilogue en apothéose » précise la marque dans son communiqué. Cela signifie-t-il qu’il s’agit ici du dernier modèle de cette série ?
 
Cette montre de 11,5 grammes en carbone TPT B.4 -sans le bracelet- peut endurer 14.000 G ! Un double record pour un calibre tourbillon à remontage manuel.
 
Si le projet RM 27-05 débute en 2019, son histoire commence bien plus tôt… Elle est le fruit d’une rencontre métamorphosée depuis en véritable amitié entre Rafa et Richard Mille.

« Je me souviens encore de cette journée de 2008, où Richard m’a contacté pour discuter d’une collaboration. Une idée inenvisageable pour moi, qui n’avais jamais rien porté au poignet. Tout est devenu concret en 2010, lorsqu’il est venu me rendre visite, à Majorque » rappelle Rafa.
 
Et d’ajouter : « pour plaisanter, il m’a tout d’abord présenté une montre en platine très lourde. Face à ma réaction attendue, il a rapidement brandi un prototype de la RM 027 : une montre étonnamment légère, avec des lignes spectaculaires » se remémore le joueur de tennis.
 
Depuis, les victoires avec les montres Mille au poignet (droit) se sont enchaînées (c’est devenu chose courante qu’un joueur porte une montre en championnat mais ça ne l’était pas à l’époque !). Chaque évolution pour faire de chaque modèle une pièce légère et confortable a consolidé la relation entre le champion et Richard Mille.

Le projet RM 27-05 a été guidé par la recherche obstinée du gain de poids tout en possédant d’impressionnantes caractéristiques techniques.
 
Le mouvement à remontage manuel, dont la base technique repose sur le calibre ultraplat RMUP-01, est doté d’une réserve de marche de 55 heures et intègre un tourbillon volant oscillant à une fréquence de 3 Hz. Sa platine, en titane traité PVD, est squelettée de manière optimale et ornée de finitions à la main, y compris sur les parties non visibles.
 
Les ponts font également appel au titane grade 5 ainsi qu’au Carbone TPT, ce, afin de gagner en légèreté. Le calibre est d’une épaisseur de 3,75 mm pour une masse de seulement 3,79 grammes. Le moindre détail a été pensé pour atteindre l’objectif fixé : légèreté mais résistance extrême.
 
« Grâce à une base dotée d’un roulement à billes, le tourbillon a conservé ses performances tout en supprimant un pont. Rendre le barillet volant répond de même à notre impératif de légèreté. Sa faible épaisseur de 0,72 mm, a aidé à mettre au point un calibre à la fois extra-plat mais avec du volume. Ce barillet, traité PVD 5N est entré au service de cette esthétique singulière, un chef-d’œuvre d’expression du travail traditionnel », précise Salvador Arbona, directeur technique mouvement.

En tout, il aura fallu 4.000 heures de travail pour la conception du calibre et de l’habillage. « Le temps n’a pas été compté pour créer la RM 27-05 Tourbillon Volant Rafael Nadal. Si sa sobriété signe un retour aux origines, repenser le processus de fabrication d’une montre s’est imposé comme un leitmotiv à chacune des étapes de son élaboration » précise la marque dans son communiqué.
 
Ainsi, aucune vis ne maintient le mouvement dans le boîtier. L’intégralité du mécanisme repose à l’intérieur de la carrure/fond monobloc qui est ensuite surmonté par le rehaut et la lunette. L’ensemble fait pression sur le calibre pour le maintenir fermement.
 
Les atouts d’un nouveau composite, le Carbone TPT B.4, mis au point pendant cinq ans avec le partenaire suisse North Thin Ply Technology (NTPTTM) offrent un avantage majeur à ce modèle. En effet, ce matériau anisotrope optimisé permet d’obtenir lors de l’usinage du boîtier des sections toujours plus fines.

Pour rappel, l’anisotropie est la propriété d’un matériau d'être dépendant de la direction, dont les caractéristiques changent selon son orientation, comme par exemple, les lunettes de soleil polarisantes.
 
Comparé au Carbone TPT, ce composite est 4% plus dense, la fibre plus rigide de 15% et la résine plus résistante de 30%. Ces valeurs permettent d’alléger l’ensemble sans perdre en rigidité. Afin d’atteindre une solidité optimale, le Carbone TPT B.4 est conçu à partir d’un tissage superposé selon une orientation spécifique des couches à 70°.
 
Cette option garantit à l’architecture puissante de la montre les meilleurs ratio, poids, performance et rigidité. Ce procédé permet de créer sur le fond du boîtier l’excroissance en X qui suit le tissage du Carbone TPT B.4 et sur laquelle vient reposer le mouvement.
 
Des simulations d’ensemble, avec l’habillage, ont conduit à positionner le calibre à 5/100e du fond sur 6 points d’appui et participent à la rigidité de la montre. Ce motif en X se retrouve visuellement sur l’ensemble du boîtier et apporte ainsi à la lunette, au rehaut et au fond monobloc, la capacité de conserver leurs propriétés initiales en toute circonstance.
 
Les calculs par éléments finis, les multiples simulations et analyses, le recours à la tomographie et les nombreux tests aux chocs ont permis de vérifier au fil des prototypes la pertinence de chaque option technique et d’ainsi, confirmer l’endurance extraordinaire de la RM 27-05 à des accélérations supérieures à 14.000 G.
 
« Toutes les recherches sur les matériaux ont contribué à ce record de résistante, de légèreté. Cette prouesse est également obtenue par l’utilisation d’une glace en PMMA, un polymère doté d’un traitement anti rayure. Le verre saphir était trop lourd pour le challenge à relever », détaille Julien Boillat directeur technique habillage.
 
« Ce qui nous lie, c’est l’humain et la force de notre amitié avec Rafa. Après tout ce temps passé ensemble, nous comptons bien poursuivre cet échange des années encore. La RM 27-05 est un témoignage de cette longue amitié autant que du plaisir partagé. Et si l’on évoque l’avenir, il est certain que les techniques utilisées pour le développement de la RM 27-05 vont assurément profiter à toutes nos futures créations, » assure Alexandre Mille, directeur commercial
 
Si la première victoire de Rafa à Roland-Garros remonte à 2005, sa toute première rencontre avec Richard Mille date de 2008. Pour la petite histoire rappelons que les deux hommes se sont retrouvés par l’entremise d’un ami commun tennisman.
 
Dès la première entrevue, le contact s’est fait immédiatement. D’autant que c’est le roi d’Espagne Juan Carlos qui, le premier, parla de son admiration pour la marque horlogère au jeune majorquin.
 
Problème… Superstitieux comme la plupart des sportifs, Nadal refusait alors de porter une montre pendant ses matchs. C’est la raison pour laquelle, l’horloger du déployer des trésors d’imagination pour rendre ses montres le plus léger possible ! Depuis, Rafa ne joue plus sans sa RM au poignet.

Montres-de-luxe.com | Publié le 29 Mai 2024 | Lu 6110 fois







Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail