Montres-de-luxe.com
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige



Richard Mille : des montres à l'épreuve des "G"


Au lancement de la RM 001, Richard Mille jeta par terre sa première montre devant ses clients médusés, c’est ainsi que la notion de « g » a fait une entrée fracassante dans l’histoire de la marque… Dès le départ, le message était très clair : les montres résisteront à des chocs particulièrement violents !



La volonté de Richard Mille est en effet de créer des montres à vivre et non des objets que l’on garde dans des coffres forts. Ce sont des pièces qui se veulent « agréables au porter, légères, au point que Nadal en parle comme d’une « seconde peau » ». La dernière-née de sa collection, la RM 27-03, met d’ailleurs toutes ces propriétés à l’honneur.
 
La vie quotidienne éprouve les objets mécaniques tels les montres, il est donc logique que toutes sortes de chocs extérieurs –dont l’intensité s’évalue au moyen de l’unité de force gravitationnelle- puissent influer sur son fonctionnement. Ce point précis retient particulièrement les ingénieurs impliqués dans le développement de nouveaux modèles ou mouvements.
 
Nous avons tous entendu parler de g, notamment en matière d’aviation à propos des 10 g endurés par un pilote d’avion de chasse, déjà incroyables à l’échelle humaine. Alors pourquoi rechercher 10 000 g pour une montre ? Plus importante est l’accélération, plus violent est le choc.
 
Une montre qui percute un obstacle verra sa vitesse varier sur un temps très court. Sa seule chute sur le sol d’une hauteur d’un mètre peut facilement soumettre une montre à une livraison d’environ 6 000 g pendant une fraction de seconde, susceptible de déséquilibrer son fonctionnement. La montre portée reçoit donc quotidiennement des chocs plus ou moins violents.
 
Autre élément crucial à prendre en compte, une montre est par nature asymétrique ce qui rend encore plus complexe la création de nouveaux mouvements, surtout pour les montres sport. L’accélération linéaire lors d’une activité sportive peut atteindre 280 g. Les tests réalisés avec le « mouton-pendule » qui font subir à un matériau des chocs répétés permettent de déceler le moment où interviennent altération, déformation ou rupture.

La masse mesure quant à elle la résilience de l’alliage ou du métal. La montre est donc confrontée à des accélérations, des vibrations et flexions extrêmes. Cette asymétrie signifie aussi que les chocs délivrés en trois endroits (sur le verre saphir au plan de la tête de montre, à 9 heures et sur la couronne) ont des répercussions différentes sur le mouvement.
 
Pour cette raison, les expérimentations des ingénieurs ont été conduites dans diverses directions, d’abord pour analyser, puis pour assurer que le mécanisme sera effectivement protégé en endurant des g de n’importe quelle provenance. Au tennis, le transfert d’énergie à travers le choc provoqué par la balle au contact de la raquette est directement communiqué à la montre (précisons que Rafa la porte au poignet droit alors qu’il joue de la main gauche), de même que les accélérations et décélérations dues aux multiples gestes du bras durant un match.
 
Selon des mesures enregistrées par un laboratoire de microtechnique suisse, une montre encaisse lors d’un service de tennis 60 g en accélération linéaire pour un amateur. On imagine aisément qu’avec la force de frappe de Rafa et son jeu musclé, l’accélération linéaire puisse dépasser les 100 g. Le fait est que la marque a décidé de développer un produit animé par un échappement tourbillon, un organe régulant qui théoriquement ne doit pas être trop stressé pour ne pas nuire aux performances chronométriques.
 
Le propos de Richard Mille était d’aller à l’encontre des convictions selon lesquelles un mouvement tourbillon ne serait pas capable de supporter de tels chocs. La RM 027, la RM 27-01, la RM 27-02 et maintenant la RM 27-03 démontrent justement cette capacité d’endurance.
 
L’utilisation d’une platine monobloc en Carbone TPT, de ponts en titane grade 5 et de points de renforcement stratégiques au coeur du calibre participent de la rigidité de la pièce. L’utilisation d’un balancier à inertie variable et de ponts de tourbillon agissant comme des « silentblocs » caractéristiques de la marque contribuent à répondre au cahier des charges : passer les 10 000 g.

Montres-de-luxe.com | Publié le 30 Mai 2017 | Lu 1353 fois



Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos