Montres-de-luxe.com

Seiko Prospex LX Line : cadran vert d'eau en hommage aux forêts d'algues d'un lac en Antarctique


En cet été 2020, Seiko vient de dévoiler une nouvelle édition limitée : il s’agit d’une Prospex LX Line qui ne sera produite qu’à 500 exemplaires et qui, avec son cadran vert d’eau, rend hommage aux « forêts aquatiques » qui peuplent les fonds d’un lac en Antarctique. Un boitier en acier de 44,8 mm étanche à 300 mètres qui accueille le calibre « maison » Springdrive 5R65.




Rappelons que d’une manière générale, la nature a toujours joué un rôle important dans les fondements de l'identité japonaise. Elle a également souvent inspiré les designers de chez Seiko avec par exemple les cadrans Mont Iwate qui évoquent, avec leurs stries, la géographie des montagnes du nord du Japon.
 
Cette année, ce sont des fonds lagunaires qui ont stimulé l’imagination des créateurs de chez Seiko avec cette plongeuse Prospex LX Line (modèle haut de gamme des sportives Seiko introduit en 2019) dotée d’un boitier de 44,8 mm (15,7 mm d’épaisseur) étanche à 300 mètres avec verre saphir antireflet.
 
Ce dernier arbore une lunette unidirectionnelle en céramique verte associée à des aiguilles en Lumibrite et à un cadran vert foncé muni d’un décor qui rappelle les forêts d’algues aquatiques que l’on trouve dans les profondeurs glacées d’un lac qui se situe près de Slarvsnes Foreland en Antarctique (à 55km d’une base japonaise).

Ces algues peuvent atteindre la hauteur de 80 cm ! Les Japonais les ont surnommés « la forêt de kokebozu », un mot qui associe koke (mousse) et bouzu (jeune garçon).
 
Pour rappel, il y a 55 ans (soit douze ans après les Suisses), Seiko lançait la toute première montre de plongée du Japon. Équipée d’un mouvement automatique et étanche jusqu’à 150 m, elle apportait alors la preuve de sa fiabilité au poignet des membres de l’expédition japonaise dans ses missions de recherche en Antarctique qui eurent lieu de 1966 à 1969.
 
Depuis, Seiko est devenue une marque référence en matière de « plongeuses » et a conçu de nombreux autres modèles -dont les fameuses Turtles- plébiscités depuis cinq décennies par les plongeurs, amateurs comme professionnels. On le voit donc, l’Antarctique a joué un rôle fondateur dans le développement des montres sportives de l’horloger japonais.

Dans cette édition limitée à 500 exemplaires, le boitier de forme « tortue » avec couronne vissée à 4h est réalisé en acier inoxydable selon la technique Zaratsu (celle utilisée au Japon pour les lames de sabres) pour une finition miroir parfaite, sans distorsion. Le fond plein arbore la mention « Limited Edition » et le numéro de la pièce X/500.
 
Le calibre automatique est le 5R65, un Spring Drive qui offre une date à 3h et une réserve de marche de 72h (3 jours) qui apparait sur le cadran à 4h. Pour les amateurs, ce calibre (+/- une seconde par jour) est similaire au 9R65 utilisé par Grand Seiko, mais sans les finitions puisqu’il n’est pas visible au sein de cette « plongeuse ».
 
Cette montre est dotée d’un beau bracelet en acier avec extension pour être portée sur une combinaison de plongée.


Montres-de-luxe.com | Publié le 20 Juillet 2020 | Lu 5655 fois


Montres par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Montres de luxe pour femme | Montres vintage et de collection | Montres mythiques | Bracelets et accessoires | Historique des marques | Boutiques exclusives | Des livres et des montres | Un jour, une montre, un film | Portraits | En bref | Marché de l'occasion | Le temps d’une phrase par Alexis Francis-Bœuf | Les rendez-vous du Club-Chronos | Annuaire des horlogers (Paris) | Annuaire des horlogers (Province) | Vidéos