Montres-de-luxe.com
montres-de-luxe
L'actualité des montres de luxe et des marques horlogères de prestige

TAG Heuer Carrera Skipper : le temps "hissez haut" !


Alors que TAG Heuer fait son grand retour dans le monde de la voile de compétition, la marque horlogère du groupe LVMH vient de dévoiler une très belle réédition de l’un de ses modèles historiques, la Skipper qui arrive en cette été dans une version Carrera dotée d’un boitier de 39 mm, étanche à 100 mètres et embarquant sur le pont, le Calibre TH20-06 Automatique. Un modèle qui entre en collection. Compter 6.850 euros.



C’est le monde de la voile et plus précisément celui de la compétition qui a donné naissance à l’un des chronographes les plus appréciés et les plus distinctifs des TAG Heuer Carrera : la « Skipper », aux couleurs vives et immédiatement reconnaissables.
 
Le modèle Heuer Carrera Skipper référence 7754 avait été conçu à l’origine en 1967 par Jack Heuer pour célébrer le triomphe de Mosbacher, skipper sur The Intrepid.
 
A l’époque, la décision de Mosbacher d'utiliser The Intrepid était risquée, compte-tenu du caractère atypique de ce voilier de course : le célèbre concepteur de yacht Olin Stephens avait en effet décidé de séparer le gouvernail de la quille pour en améliorer la maniabilité.
 
Ce choix osé fut un succès qui permit au voilier de battre sa rivale Dame Pattie, 4-0. 

La référence 7754 fut baptisée « Skipperera ». Elle est l’unique Skipper a possédé ce boitier spécifique de 35 mm avec ses iconiques cornes facettées. La « Skipperera » intégraient les couleurs vives de The Intrepid, visibles en particulier sur les compteurs.
 
Le vert clair était caractéristique du pont du bateau -une étude du MIT prouvait que cette couleur était la plus efficace pour absorber les reflets du soleil, souvent gênants pour les skippers pendant les courses.
 
Le orange et vert foncé se retrouvaient quant à eux sur les cordages du bateau. Enfin, le bleu foncé du cadran rendait bien évidemment hommage à la mer. Cette référence 7754 était dotée d’un calibre Valjoux 7730 modifié qui permettait d’afficher le fameux compte à rebours avec trois segments de cinq minutes.

Un outil qui reste essentiel pour tous les skippers et que l’on retrouve toujours à peu près dans la même configuration sur les montres de régate contemporaines ; même si le concept a été affiné, notamment par Rolex.
 
Fabriquée en plusieurs séries depuis sa version originale jusqu’au dernier modèle de série de 1983, la « Skipper » était autrefois reconnue aux poignets des navigateurs, tant amateurs que professionnels. Rappelons que l’horloger était déjà spécialisé dans tout ce qui était relatif aux différents chronométrages sportifs.
 
En 2017, l’horloger du groupe LVMH relançait ce modèle en collaboration avec Hodinkee. Aujourd’hui, six ans plus tard, TAG Heuer relance une Carrera Skipper dans une nouvelle version qui, cette fois-ci, entre en catalogue et qui annonce l’arrivée de nouvelles montres maritimes pour TH dans les années à venir. Mais ceci est une autre histoire.

Bien que les versions ultérieures de la « Skipper » aient utilisé le boîtier de la TAG Heuer Autavia, les tous premiers exemplaires (environ 300 exemplaires seulement) étaient basés sur le célèbre chronographe Heuer Carrera.
 
Conformément à cet aspect important de l’héritage nautique de TAG Heuer, la nouvelle génération de la « Skipper » s’apparente à la TAG Heuer Carrera « glassbox » récemment lancée durant le salon Watches and Wonders 2023.
 
Grâce à son absence de lunette, à son verre qui s’étend jusqu’au bord du boîtier, à son cadran à « rebords incurvés » et à ses compteurs idéalement placés, la « Skipper » reste lisible en toute condition.
 
Cette nouvelle Skipper est dotée d’un boitier de 39 mm, étanche à 100 mètres. Largement suffisant pour une montre de voile. Elle est équipée du dernier mouvement TH20-06 à remontage bidirectionnel, d’une très confortable réserve de marche de 80 heures (largement week-end proof) ainsi que d’un bracelet textile résistant à l’eau de mer.

Pour la petite histoire…

Remontons au milieu des années 1940. A l’époque, le fournisseur d’articles de sport Abercrombie and Fitch demande à Jack Heuer de produire des montres A & F pour ses magasins new-yorkais. La première sera la Solunar qui affichait l’heure des marées et qui, dans les années 1950, mena à la création des chronographes plus sophistiqués Seafarer et Mareographe.
 
À la fin des années 1960, c’est l’étroite amitié entre Jack Heuer et le président d’Abercombie and Fitch, Walter Haynes, qui permet à Heuer de devenir le partenaire officiel du chronométrage du bateau américain de la Coupe de l’America. Surnommé l’Intrepid - le yacht américain de 12 mètres doit défendre le trophée pour le New York Yacht Club contre Dame Pattie, le challenger du Royal Sydney Yacht Squadron.
 
Pour la manche de la Coupe de l’America de 1967, Heuer fournit à l’Intrepid un ensemble de chronomètres portatifs et à son équipage des montres-bracelets Aquastar. Celles-ci sont dotées d’un ingénieux compte à rebours composé d’un disque rouge et blanc qui tourne derrière une série de cinq trous.

L’Intrepid remporte l’épreuve quatre courses à zéro. Pour célébrer cette victoire, Heuer a créé le chronographe Skipper, doté d’un cadran secondaire de 30 minutes adapté pour décompter les 15 minutes de pré-départ de la régate en trois segments de cinq minutes.
 
Chacun de ces segments est d’une couleur différente. L’orange vif était utilisé pour alerter l’équipage qu’il ne restait que cinq minutes avant le départ de la course, le bleu clair reprenait le gréement du bateau et le vert celui du pont de l’Intrepid.
 
La nouvelle Skipper reprend ces couleurs distinctives, avec un cadran principal circulaire brossé dans le bleu caractéristique de Carrera (un ton initialement inspiré par la mer) et des sous-cadrans très contrastés. Le compteur des 12h arbore un bleu “Intrepid Teal”, le compteur de régate de 15 minutes présente quant à lui des segments dans les teintes “Intrepid teal”, “Lagoon Green” et “Regatta Orange”.
 
Parmi les autres caractéristiques inspirées de cette montre historique, citons les repères en forme de triangle placés toutes les cinq minutes autour du rehaut extérieur incurvé. L’aiguille centrale des secondes de couleur orange vif et le nom “Skipper” à la base du compteur de 12h viennent
parfaire ce chronographe des mers.

Montres-de-luxe.com | Publié le 13 Juillet 2023 | Lu 9986 fois






Retrouvez Montres-de-luxe.com sur
Facebook
X


Chaque mois, retrouvez le meilleur de l'actualité des Montres de Luxe dans votre boite mail